Archives par mot-clé : politique

Chronologie des histoires et mémoires de la diaspora vietnamienne

Ne faudrait-il pas faire une synthèse des informations et des ressources qui nous permettent de mieux comprendre l’histoire de la diaspora vietnamienne ? Et dans le même mouvement proposer de rassembler les productions scientifiques et artistiques qui traitent de ces mémoires ?
C’est un travail ambitieux, mais il faut bien commencer quelque part !

C’est un travail non exhaustif, en cours de réalisation. Pour toutes suggestions, utilisez la section commentaires ! Continuer la lecture de Chronologie des histoires et mémoires de la diaspora vietnamienne

Marxisme, Post-Marxisme, Culture et Mémoire (2) : la prolétarisation de la mémoire

Pour continuer cette réflexion sur la manière dont on peut s’inspirer des théories matérialistes (marxistes) et post-marxistes pour penser la mémoire, nous partirons d’un aspect notamment commenté par Bernard Stiegler : la prolétarisation.

On peut lire notamment sur le site d’ars industrialis :

“La prolétarisation est, d’une manière générale, ce qui consiste à priver un sujet (producteur, consommateur, concepteur) de ses savoirs (savoir-faire, savoir-vivre, savoir concevoir et théoriser).”

Comment cela peut-il nous éclaire sur les questions de mémoire ? Que peut-on entendre par prolétarisation et comment cela s’applique-t-il à la mémoire ?

Penseur de la technique comme pharmakon (à la fois poison et à la fois remède), Bernard Stiegler nous a appris à penser les différents aspects du capitalisme dans ses formes les plus contemporaines et les plus subtiles, notamment depuis l’essor des GAFAM, en s’appuyant sur la philosophique la plus classique (Platon) et la plus controversée (Heidegger).

Sa critique du capitalisme cognitif – qui s’appuie sur les technologies de l’esprit – repose en grande partie sur le concept de prolétarisation qui n’a cessé de s’accroître à mesure que se sont développés les technologies censées “augmenter” l’humain. Si on prend l’exemple du GPS, c’est la machine qui prend en charge une capacité et un savoir-faire, ici se repérer dans l’espace. Les technologies qui se développent sur le web pourraient renforcer l’autonomie et le développement de l’humain et du social. Or, la logique du profit mais surtout l’absence de critique de comment fonctionne ces technologies ne font que renforcer ces pertes d’attention, ces capacités.

Il ne s’agit pas simplement de faire une critique contemporaine de ce qui a été le refus de voir les machines remplacer la main d’œuvre humaine. Il ne s’agit pas simplement de dire que les robots ou les machines “remplacent” les humains. Avec l’industrialisation, la machinisation, le travail des ouvriers s’est complexifié. Essentiellement, l’ouvrier est pour autant resté celui qui exerçait et entretenait un savoir-faire, une connaissance des outils puis des machines-outils. Un pas est franchi quand l’utilisateur ne “sait pas” ce qu’il fait, ne comprend pas comment fonctionne ses outils et ne fait qu’exécuter. Concrètement aujourd’hui les algoritmes choisissent pour nous. Nous n’avons plus à chercher ou même à réfléchir sur le contenu que l’on veut consommer. Stiegler applique ce concept de prolétarisation aux utilisateurs parce que les utilisateurs que nous sommes tous s’inscrivent encore et toujours dans des rapports de production. Sur internet, nous produisons des données. La valeur de notre travail est la valeur des données personnes qui s’échangent sur des marchés de consommateurs.

Ainsi, la question des mémoires collectives est aussi à penser sous le prisme de ce marché cognitif. On peut alors se poser la question de savoir dans quelle mesure nous sommes dépossédés de nos capacités à produire notre propre mémoire. Cela peut paraître paradoxal étant donné qu’internet offre cette espace de liberté de production et de consommation. Contrairement aux industries “classiques” telles que critiquées par Adorno et Horkheimer ou encore Viet Thanh Nguyen comme exprimé dans le post précédent, on peut espérer qu’il n’y a pas de rapports de pouvoir institutionnels sur internet. Chacun.e est a priori libre de produire le contenu qu’iel souhaite et c’est le succès des vues qui déterminera de la visiblité. Bon, déjà, on peut critiquer ce système de référencement quand on sait que les plate-formes comme Youtube qui étaient subversives à un moment (le court moment de ses débuts) est maintenant une véritable industrie, sinon la plus importante aujourd’hui. Cela veut dire que cette industrie fonctionne avec des intérêts similaires, des producteurs et des logiques de profit. On pourrait vouloir opposer les médias alternatifs aux médias mainstream mais il faudrait montrer que leurs fonctionnements sont véritablement différents. Si non, on peut toujours regarder comment des contenus différents co-évoluent sur internet et qu’est-ce que ça dit de la circulation des idées et du partage des mémoires.

On peut émettre plusieurs hypothèses, à vérifier empiriquement, concernant la prolétarisation et le travail de mémoire. L’hypothèse la plus généreuse, positive, optimiste, consiste à dire que les technologies de l’esprit favorisent l’autonomie, la réappropriation des capacités liées au travail de mémoire. L’hypothèse opposée consiste à dire que le capitalisme cognitif et ses effets sur les technologies de l’esprit nourrisent une prolétarisation des sujets de mémoire. Une autre hypothèse serait plus neutre : malgré une prolétarisation, certains effets sont bénéfiques au travail de mémoire. Il faut alors expliciter ces hypothèses et les mettre à l’épreuve du terrain.

Pour l’hypothèse généreuse, optimiste, on peut supposer que le fait que chacun.e peut publier librement offre une meilleure visibilité des discours non-hégémoniques. En effet, dans les faits, toute personne désirant publier son histoire, son point de vue, peut le faire. Il faut toutefois montrer que le fait d’émettre va de pair avec l’effet de recevoir. Cela va donc de pair avec l’étude de la manière dont l’information, la consommation des produits culturels répond à d’autres logiques, et forme d’autres “réseaux sociaux” non pas au sens technique du terme mais au sens ici vraiment sociologique. Autrement dit, il faut s’assurer que la diffusion de ces discours non-hégémoniques a un effet, que les voix se font entendre. Est-ce que, parce que chacun peut avoir sa propre chaîne, sa propre page, les dynamiques des mémoires collectives des minorités montrent une amélioration sur le plan politique ? Les personnes ont-elles l’impression d’être plus entendues ? Il semble inévitable alors aussi, in fine, de regarder les effets de ces moyens sur l’objectif politique de reconnaissance, de représentation, etc. Cette hypothèse appelle encore d’autres questions et travaux conséquents.

La seconde hypothèse, inverse, entend montrer qu’internet ne fait que renforcer ce que certains appellent la guerre des mémoires, à laquelle on peut ajouter l’effet de saturation. Pour prouver cette hypothèse il faudrait montrer que malgré la prolifération des discours, des histoires des mémoires collectives, le discours général ne change pas.

Entre ces deux hypothèses, il semble y avoir une frontière assez mince qui repose sur l’accès des contenus. Ce n’est pas parce que les personnes y ont accès qu’elles consultent les informations, et ce n’est pas parce que les informations sont consultées qu’elles ont un effet “positif” sur le ressenti des personnes, et sur leurs discours. Il y a une question d’échelle. Quand on parle de mémoires collectives, il s’agit des mémoires des individus, des familles, des communautés, et à plus grande échelle des nations. Peut-on traiter de la même manière les productions culturelles qui s’adressent aux familles, aux communautés et celles qui participent aux discours à vise universelle ?

On pourrait ouvrir une parenthèse ici sur une doctrine qui fleurit depuis plusieurs années, inspirée du slogan féministe qui affirme que le personnel est politique. Ce slogan révèle une réalité sociologique et il ne s’agit pas de remettre en cause cela. On peut, pour autant, être sceptique sur la portée épistémique voire stratégique politiquement d’une telle affirmation qui est parfois brandie comme un credo, comme une vérité inébranlable qui entraîne des biais de raisonnement assez regrettables. Une interprétation douteuse de ce slogan, sa transcription sur le plan pseudo-scientifique en ferait une loi : l’expérience personnelle vaut vérité sociologique. On comprend les intentions et le discours général qui consiste à mettre en avant la continuité des normes, des valeurs, des actions, des comportements, des mentalités entre différentes sphères et différentes échelles. Mais croire que toute expérience individuelle vaut en tant que telle est une déformation de la logique. Et si cette logique déformée est dangereuse c’est qu’au final elle amène à une fin de la sociologie où plus aucune règle générale ne pourrait être énoncée puisque ne s’affronteraient que les vécus individuels des personnes. Il y a en somme une confusion entre la portée politique, psychologique de l’expérience personnelle et l’explication sociologique des conditions qui pèsent sur sa trajectoire. Une telle discussion mérite une réflexion plus poussée sur ça (à venir, un jour).

Quoi qu’il en soit, on se trouve dans cette difficulté de saisir la portée des discours individuels dans cet espace numérique où règne une tension entre l’individualité et le collectif. La dernière hypothèse, peu engageante, expliquerait en quoi ces nouvelles pratiques digitales modifient les comportements sociaux déjà atomisés, sans vraiment changer la nature de leurs structures. Il y aurait alors de nouvelles pratiques mémorielles digitales mais les plates-formes ne sont que des manières et des supports différents de logiques déjà existantes et fondamentalement inchangées.

Ceci dit, ces remarques générales ne valent que si on précise à quoi la prolétarisation fait référence dans ces cas-ci. Cela veut aussi dire qu’il faut pouvoir recenser, repérer les pratiques et les savoir-faire qui sont soit perdus soit soutenus par les technologies. Cela apporte évidemment un niveau de complexité suplémentaire. Je distinguerais différentes pratiques liées à différentes étapes du travail de mémoire, à savoir collecter ; mettre en forme ; conserver et diffuser la mémoire collective.

C’est peut-être aussi là que l’on touche aux limites de ce que le cadre d’analyse marxiste matérialiste peut offrir. Il ne s’agit pas de produire des biens mais de “produire” de la mémoire. Qu’est-ce que ça veut donc dire ? Comment produit-on de la mémoire ? Est-ce la même chose que simplement produire des films ? Une analyse des industries mémorielles telle que le propose Viet Thanh Nguyen peut-elle se contenter de répéter et d’adapter une critique de l’industrie du cinéma ? Il semble que non, et si c’est le cas, la nuance réside dans la réalité que recouvre le terme d’adaptation. Comment adapter l’analyse critique des productions culturelles à celles des mémoires collectives ? Il me semble, encore une fois que c’est l’aspect atomisé, distribué, éclaté qui résulte de la configuration que permet internet qui nécessite de changer de perspective.

Internet n’est pas seulement un outil de consommation individualisé et personnalisé, c’est aussi un ensemble de moyens techniques que tout un chacun peut utiliser pour son travail de mémoire. Avant, il y avait des méthodes analogiques : le papier, l’enregistreur, le camescope, etc. Nous avons toujours eu des moyens techniques à notre disposition pour prendre des notes, enregistrer. Internet mais aussi peut-être surtout le smartphone offrent des capacités qui a priori et dans un premier temps facilitent ce travail de “collecte” de l’information. Pour autant, il ne faut pas oublier qu’un travail de mémoire est un travail de communication, de transmission. Soit entre des personnes (parent-enfant ou témoins-enquêteur) soit dans la recherche et l’interprétation de sources textuelles, graphiques (documents, photos, etc.). C’est aussi et d’abord ce travail de ressources matérielles et humaines qui semble constituer le travail de mémoire. De là, la question de la prolétarisation est de savoir dans quelle mesure les outils techniques dégradent ou améliorent la mise en lien, la mise en contact, la communication, l’interprétation, etc. Pour le prouver, pour le quantifier il faudrait déterminer dans quelle mesure toutes ces action menées sont perçues subjectivement ou évaluées objectivement, avec des critères à définir, comme plus efficaces, plus humaines.

Concernant la conservation des mémoires et leur partage, la question du support numérique semble offrir des avantages indéniables. Cela n’enlève pas les effets qu’on pourrait qualifier de “rebond” (comme l’effet rebond de l’innovation technologique) qui pourraient avoir lieu. On peut supposer que “puisque l’on sait que l’on a accès à certaines connaissances”, alors on ne prend pas ou plus la peine de se les approprier, de les consulter. Ce qui fait qu’on a certes une capacité d’archivage, de stockage des données personnelles, mais on les consulte moins. Peut-être qu’une métaphore ou une analogie de ce phénomène se constate avec la photographie : on prend de plus en plus de photographies, qui saturent alors les serveurs, mais on les regarde peut-être aussi beaucoup moins. Cela me fait me questionner sur ce qui peut être écrit comme recherche sur les pratiques liées aux photos de famille (qui prend les photos, qui garde les photos, qui regarde les photos, dans quelles conditions elles sont stockées, mises en valeur, etc…). On peut aussi se demander ce que les photographies suscitent comme dialogue avec les membres de la famille. Ce qui est valable avec les traces “graphiques” ou visuelles du passé est alors valable avec les traces “immatérielles” que constituent les histoires racontées. Il y a de sérieuses questions à se poser sur l’impact de la manière dont on stocke et la manière dont on utilise les objets de mémoires.

Ceci dit, les histoires dont on parle on avant tout vocation à être transmises. Comment penser alors la transmission orale à l’ère d’internet ? On peut imaginer plusieurs scénarios : internet vient en supplément d’une transmission orale, qui est une sorte de manière de sauvegarder une parole qui continue de circuler malgré tout. On peut penser que la captation de la parole (que ce soit d’ailleurs par caméra analogique ou numérique ne change pas grand chose) vient aussi modifier l’énonciation de cette parole. La personne qui raconte ne raconte pas de la même manière quand elle sait qu’elle est enregistrée, parce qu’elle ne connaît pas son public ou qu’elle suppose un certain public. On peut même pousser plus loin et se dire que la personne n’aurait pas raconté et partagé son histoire sans un cadre formel d’enregistrement. Cela implique alors d’étudier comment l’objet technique implique le développement de dispositif – de configuration sociale. Et là où ça devient “intéressant” c’est qu’on peut supposer qu’il y a une différence entre le caméscope et le téléphone portable dans la mesure où nous sommes de plus en plus habitués à l’usage du smartphone et de la prise d’images, si bien que le dispositif (le fait d’être filmé) impressionne de moins en moins, met moins la pression.

Une autre dimension (parmi d’autres) est bien la capacité à partager cette captation, soit par des systèmes de communication entre membres d’une famille ou au sein d’un groupe privé ou restreint, soit en la publiant, c’est-à-dire en la rendant publique et donc accessible à tout le monde. Les deux actes diffèrent et influencent sûrement la prise elle-même. La personne qui capte a souvent une idée de sa diffusion avant de commencer à enregistrer. Le mode de diffusion, de publication est même une condition de l’acceptation ou du refus de participation. Parce que le contenu qu’une personne est prête à partager ne sera pas le même si celui-ci sera public ou non. On touche ici alors au fait qu’une même pratique peut répondre à différents objectifs, répondre à différents besoins. Le risque à mesurer réside dans la confusion de ceux-ci. La transmission familiale répond à un certain besoin, on pourrait dire qu’elle remplit une certaine fonction au niveau psychologique des membres de la famille en assurant l’unité du groupe, en maintenant les relations d’identité et d’appartenance, etc. Lorsqu’une une personne se raconte et raconte l’histoire de sa famille publiquement, même si c’est la même histoire, la même trajectoire, le récit sera sûrement différent, la mémoire sera différente parce que la fonction et les attentes liés au partage de celle-ci seront différentes aussi. Et c’est là que les technologies peuvent avoir des effets néfastes potentiels. Il s’agit de se demander comment garantir que le partage du récit personnel répond aux besoins véritables de la transmission familiale.

Le mélange des genres que nous avons évoqués plus haut concernant la dilution du personnel dans le politique et le politique dans le personnel doivent attirer notre attention. Il y a une tendance non négligeable de mise en avant de l’égo, de l’individu. Si nombre de critiques de cette tendance servent des positions réactionnaires, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas un regard critique à porter sur le règne des opinions et des “je” au détriment de la construction de collectifs plus organisés.

Je terminerai cette note là-dessus en faisant un rapprochement alors entre le concept de prolétarisation et perte d’individuation. Il y a une illusion qui consiste à croire que la mise en avant des égos constitue ce que Stiegler reprend de Simondon comme processus d’individuation, entendu comme développement de ce qui fait que nous développons nos capacités. L’individu, l’être sujet s’oppose ici à l’objet, à la machine. Le danger qui nous guette en tant qu’utilisateurs et utilisatrices de technologies mémorielles, c’est – à travers l’illusion d’une expression de nos individualités – la conformisation à une seule forme de discours sur la mémoire, ou l’absence de discours sur notre mémoire. La prolétarisation va avec la perte de conscience de classe en un sens. Je me demande si ce n’est pas ça le plus dangereux avec l’idée que chacun et chacune doit faire valoir sa voix selon un modèle libéral qui s’accomode très bien des récits individuels. La question est plutôt de savoir comment les technologies peuvent et doivent nous permettre de constituer ou reconstituer une conscience de classe, et donc aussi une organisation pour faire émerger une mémoire collective organisée. Ceux qui font de l’argent sur internet ne sont pas pour l’organisation mais pensent qu’un modèle “organique” suffit à faire émerger les voix éclectiques, sous couvert de pluralisme. On sait, encore une fois que ce pluralisme est en fait gouverné et dirigé par les intérêts des classes dirigeantes. Cela doit nous convaincre alors de la manière dont le personnel est politique, parce qu’il faut pouvoir comprendre que l’économie des technologies influence nos relations interpersonnelles et qu’il faut adresser un combat politique pour repenser une économie du web autrement qu’une simple concurrence des podcasts engagés, militants et radicaux dans les discours.

Vietnamese descendants and the question or race [EN]/[FR]

This year’s health crisis led to major social outbursts. Anti-Asian racism widely surfaced and tackled the image of a silent and docile minority. George Floyd’s death crystallized Black Lives Matter movements all around the world and urged communities (Asian included) to address their own racism and pushed forward the debate concerning racial dynamics. In that particular context, this paper aims to study how young Vietnamese descendants invoke and interpret familial and national history to question their own community’s political positions, specifically regarding the question of race and migration to convey a message of trans-generational, trans-national and trans-ethnic convergence. After 1975, Vietnamese Refugees constituted one of the biggest migration movements, and the Diasporic communities they constitute are now one of the biggest and more sparse in the world. Some left when Indochina ended, others fled the regime and the communist party sent workers in allies socialist countries. These intricate trajectories lead to divergent, if not opposite, narratives and fracture lines among them. It would be too easy to simplify the dynamics and say that these fracture lines between liberal, anti-racist and racist conservatives overlap with the opposition of communism (originating from the North of Vietnam) and anti-communist (from the South of Vietnam who fled the regime), older against younger generations.

Dépasser les clivages historico-politiques ? [Note de lecture]

Lire l’article sur Academia.

L’article de Phi Hong Su est intéressant à plus d’un titre. Dans le champ des études sur la diaspora vietnamienne, on parle surtout des communautés les plus importantes numériquement. Si l’Allemagne et la situation de Berlin qui est étudiée pour sa recherche n’est pas forcément la plus connue, elle est originale en raison du contexte particulier qui a fait se côtoyer dans la même ville différentes personnes, familles et communautés aux parcours et origines géographiques et politiques différentes. Après la seconde guerre mondiale et jusqu’à la chute du mur, il y avait deux Allemagnes et une capitale coupée en deux, justement séparée par ce fameux mur. De chaque côté se sont constituées des communautés vietnamiennes de réfugiés et de travailleurs contractuels. Les familles réfugiées avaient, comme dans les autres pays d’accueil de l’Ouest, fui le régime communiste au moment de la réunification de 1975. De l’autre côté, à l’Est, ce sont des travailleurs venus se former qui ont pour certains fini par s’installer pour de bon.
L’article s’intéresse aux perceptions mutuelles des différentes personnes.
La chercheuse s’intéresse à la façon dont les différentes catégories politiques et régionales se recoupent, s’opposent.
Tout le monde est conscient des stéréotypes régionaux et politiques qui associent au Nord le régime communiste et au Sud l’anticommunisme. On ne peut évidemment pas rabattre simplement le fait d’être du Nord avec le fait d’être pro-communiste. D’ailleurs, beaucoup disent qu’en ayant vécu le communisme directement, ils ont d’autant plus de raisons d’y être opposés.
De plus, des manières d’être distinguent les personnes selon leur lieu d’origine. Il est facile alors de réduire, de simplifier les identités et de rabattre sur une origine géographique une appartenance politique. Outre les différences culturelles minimes, liées à la nourriture, la langue ou des traditions, l’article montre en quoi des valeurs morales et des comportements, avec les jugements associés, sont invoquées au nom d’un régionalisme ou d’un autre. Ceux du Nord sont plus comme ça, ceux du Sud sont plus comme ça.
L’article, intitulé “There’s no solidarity”, souhaite interroger les effets de la chute du Mur sur ces perceptions, et les potentielles solidarités ou méfiances des Vietnamien.nes entre elleux, sur la base de leur région d’origine. Des travailleurs, venus de l’Est, ont ainsi profité de l’occasion pour essayer de migrer vers l’Ouest le moment venu, tous n’ont pas eu l’occasion d’obtenir le soutien de personnes venues du Sud.
Évidemment, les répondants nous disent que c’est plus compliqué que ça, dépassent les clivages refugié/travailleur ; communiste/anticommuniste parfois mais vont prévaloir des solidarités en fonction des liens de parenté ou de région d’origine. Le stigmate se retourne alors envers les migrants les plus récents, accusés de participer à des activités criminelles ou illégales.

Cet article met en lumière la complexité de l’identité diasporique vietnamienne qui est souvent réduite à ses représentations états-uniennes qui réduisent celle-ci à l’image de réfugiés du sud anticommunistes, invisibilisant les multiples récits et trajectoires dissonants.

Cela nous pousse à nous questionner sur la réception de l’héritage de ces catégories historiques et politiques que les premières générations ammènent avec elles quand elles quittent le pays, aussi parce que cela est un socle identitaire très fort pour certaines communautés (États-Unis). Les générations qui n’ont pas grandi dans les contextes décrits dans l’article (Nord ou Sud du Vietnam ; République Socialiste ou République Démocratique du Vietnam) vont alors refondre et reforger de nouvelles catégories d’appartenance politique, redéfinir leur rapport à l’histoire, recréer leur lien avec la culture.

Repenser les “racines” raciales et culturelles avec le concept de “rhizomes”

 

Cette réflexion fait suite à la lecture d’un article de Stéphane Dorin paru en 2006 dans la revue Politix, intitulé : “La métaphore des racines : un obstacle à l’analyse sociologique des dynamiques culturelles”. Cet article “vise à démonter, pièce par pièce, les présupposés essentialistes et racialistes de la métaphore des racines culturelles, souvent invoquée dans les discours contemporains sur l’identité culturelle, dont l’authenticité serait menacée par la globalisation.” Il entend aussi montrer “que l’obsession de l’authenticité culturelle n’est pas nouvelle et que l’éloge du métissage n’en est que le revers.” Ainsi la métaphore des racines n’est pas nécessaire pour penser la “circulation de formes culturelles” mais se révèle même plus “trompeuse que féconde”.

Le piège intellectuel et rhétorique dans lequel on risque de tomber est le faux dilemme suivant : soit on fait l’éloge de bon sens de la tolérance, de l’universalisme, du métissage, soit on défend des identités trop ancrées et figées qui apparaissent comme hermétiques et conservatrices.

Je me propose donc de relever les arguments majeurs de l’article dans un premier temps pour ensuite les discuter et proposer une vision plus “positive” et nuancée de la métaphore des racines que nous développerons sous les différentes formes et appellations qu’elle prend : racine, souche, source et proposerons avec Deleuze l’usage du terme de “rhizomes”.

Continuer la lecture de Repenser les “racines” raciales et culturelles avec le concept de “rhizomes”

Réflexions supplémentaires sur le racisme anti-asiatique actuel comme symptôme

Nous sommes fin Octobre 2020, alors que le gouvernement français reconfine la métropole, des messages d’une haine et d’une violence presque inédites appellent à s’en prendre aux Chinois. Ce racisme envers les Chinois est spécifique mais n’est pas nouveau. Pourtant, le fait que celui-ci ressurgisse maintenant n’est pas anodin. Il est le signe même d’une des facettes du racisme : le sentiment d’impuissance. Il a ceci de spécifique qu’il échappe au pouvoir dans son idéologie puisque les communautés asiatiques sont censées répondre au modèle d’intégration. On pourrait avancer l’hypothèse de la jalousie ou de la rancoeur des autres communautés minorisées mais cela est certainement plus complexe.

Je souhaite aussi, en m’opposant aux théories dites complotistes, adopter une perspective qui ne nourrisse pas l’idée de puissance de l’Etat. Je pose l’hypothèse que c’est justement l’absence de l’Etat, l’incapacité et l’irresponsabilité de l’Etat qui amène à ce genre de situations. Dans le même mouvement, cela ne signifie pas que nous ayons d’un Etat plus fort mais que continuions à prendre la mesure de notre puissance collective. Car le racisme florissant est bien la marque d’un tel échec qu’il faut dépasser.

L’idée principale est donc posée et simple : le racisme anti-asiatique se développe sur le sentiment d’impuissance générée par l’impotence de l’Etat actuel. Il convient de ne pas laisser ce vide se remplir de nos pires cauchemars. Il ne suffit pas non plus d’y opposer nos rêves les plus simplistes (où l’on nierait les catégories sociales de race, de genre et de classe pour les faire disparaître).

Un des messages appelant à s’en prendre aux Chinois a osé le parallèle avec la solution finale. S’il faut s’en défendre, cela est la marque de ce que représente pour certains les Chinois aujourd’hui : les bouc-émissaires. En comprenant cela on comprend plusieurs choses : – ce n’est pas l’identité chinoise ou la culture chinoise en soi qui est rendue problématique et qui constitue une menace mais c’est simplement l’idée d’une communauté “autre” et “altérisée” qui remplit une fonction ; – comme toutes les formes de racisme, il faut pouvoir identifier cet “autre” par des traits physiologiques ou biologiques qui sont donc des “marqueurs arbitraires” ; – ce racisme arbitraire suit une logique réductrice face à laquelle la raison ne peut pas grand chose : les Chinois ou tous les Asiatiques sont assimilés et perçus comme étant les mêmes ; – on comprend alors que cette fonction que joue les communautés visées aujourd’hui a visé d’autres populations et en visera d’autres plus tard.

Le contexte politique français, les conditions sociales de cette année ont montré les limites du pouvoir. Cette crise que nous traversons provoque de l’anxiété, de la frustration, de la peur, de la colère et autant d’émotions et de sentiments qui, à cette échelle et cette intensité peut mener aux pires scénarios comme aux élans de solidarité les plus réconfortants (et je ne parle pas de frapper dans ses mains une fois par jour). L’immobilisation, l’enfermement provoque l’étouffement des vies, des rêves, des espoirs. Ce n’est pas seulement le déplacement physique qui est limité mais c’est évidemment le mouvement politique qui est mis en cage. Alors on comprend la haine, la frustration, la colère, l’incompréhension, le sentiment d’être perdu quand c’est l’horizon lui-même qui est inaccessible. Pourtant, et c’est là que tout change, si cette haine, cette frustration et cette colère n’est pas canalisée politiquement c’est-à-dire en s’inscrivant dans une démarche de mise en commun, dans une démarche de réflexion sur les dynamiques de pouvoir et sur des actions collectives, elle ne peut que se transformer en cette énergie destructrice et prendre la forme du rejet de l’autre.

Si les appels haineux ont été relayés par certaines personnes noires ou arabes, soyons extrêmement vigilants en tant qu’asiatiques (ou pas) à ne pas tomber dans le même piège, il convient malheureusement de devoir rappeler qu’il ne faut pas attribuer à une communauté les propos ou les attitudes d’une partie de ses membres mais il faut savoir concilier l’exigence de responsabilité individuelle avec la pertinence d’une analyse sociologique complexe. Entre d’autres termes il est possible de dépasser les faux dilemmes. D’un côté chaque personne doit répondre de ses actes. De l’autre côté on peut expliquer et comprendre pourquoi certaines personnes, selon leurs trajectoires et leurs conditions sociales, auront plus de chance d’adopter certains discours et comportements. Sans cette deuxième dimension, on se contente du classique “il y a des cons partout” ou “quand on est con, on est con” qui scelle le pessimisme et l’immobilisme politique.

Je ne suis pas chinois, je suis d’origine asiatique mais les racistes s’en foutent complètement. Je ne suis pas chinois mais je suis visé et touché par ce qui se passe. Je condamne les individus (dont la connerie est bien réelle) mais la réponse ne peut être que individuelle et pour dépasser cela il faut comprendre d’où vient cette haine. Il faut arriver à sortir de la logique du buzz médiatique qui donne de l’importance aux événements individuels. S’il y a des cons partout et de tous temps, il est vrai, il faut se demander ce qui fait que la connerie prend cette forme à un moment donné, surtout quand les “puissants”, justement, ne le sont pas.