Archives par mot-clé : memory studies

Nos mémoires. Vietnam, les enfants oubliés

Résumé des Épisodes :

  1. Sénégal – Fils de Tirailleur
    Auteur : Karfa Diallo
    Ce récit poignant, écrit par Karfa Diallo, explore la lutte d’Abdoulaye Diallo, un tirailleur sénégalais, pour obtenir la reconnaissance et la pension méritées de la France. Les contributions et sacrifices des 300 000 hommes africains de l’Ouest, combattants dans l’armée française, sont soulignés.
  2. Martinique – L’Île Empoisonnée
    Autrice : Léa Mormin-Chauvac
    Léa Mormin-Chauvac dévoile l’histoire dramatique de la Martinique, marquée par l’utilisation massive du pesticide Chlordécone. Cet épisode met en lumière les conséquences sanitaires à long terme et le combat pour l’interdiction de ce produit toxique.
  3. Vietnam – Les Enfants Oubliés
    Auteur : Louis Raymond
    Louis Raymond nous plonge dans le récit de Néjame Aboubakar et d’autres enfants d’Indochine, rapatriés en France. Leur intégration forcée et la perte de leur culture natale sont évoquées, ainsi que la transmission mémorielle de cette expérience d’exil et de déracinement.
  4. Polynésie – Le Mirage Nucléaire
    Autrice : Titaua Peu
    Titaua Peu raconte les impacts de 193 essais nucléaires en Polynésie française. Elle aborde la promesse illusoire du progrès et les conséquences environnementales et sanitaires, dévoilant une réalité souvent occultée.
  5. Guyane – Atteinte à la Sûreté de l’État
    Autrice : Lauriane Nembrot
    Lauriane Nembrot explore les dynamiques de l’indépendantisme guyanais et la répression étatique française. L’épisode soulève des questions sur le statut administratif de la Guyane et son histoire marquée par les conflits politiques.

 

 

Mémoire et internet – Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français

Cette série de notes de lecture s’inscrit dans notre recherche concernant la mémoire collective et s’interroge sur le rôle d’internet. Il s’agit pour l’auteur de rendre compte des différents travaux existants, de s’enrichir des théories et des concepts utilisés dans certaines situations pour les mettre à l’épreuve de sa propre recherche. Il s’agit donc d’une lecture partiale, intéressée, orientée des textes.

Gebeil, Sophie. « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français (1996-2013) », Migrations Société, vol. 151, no. 1, 2014, pp. 165-180.

Article à lire ici

Résumé de l’article :

Cet article aborde la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français dans les années 2000. Il s’agit de proposer une première approche des archives du web de l’INA et de la BnF comme source pour l’histoire de la période très contemporaine. Ces sources historiques inédites dévoilent les modalités selon lesquelles une diversité d’acteurs se saisit de la toile pour renouveler la scénographie de mémoires perçues comme marginalisées. Elles montrent la reconfiguration de ces mémoires en ligne, à l’aune des héritages et des filiations antérieures, du processus de mémorialisation et du temps commémoratif.

Nous sommes dans un contexte français, dans les années 2000, ce qui représente le cœur des débats sur le devoir de mémoire. Internet joue alors un rôle important puisqu’il permet d’offrir un espace d’expression de ces mémoires.

“À partir des archives du web, il s’agit de comprendre comment l’internet permet une reconfiguration de ces mémoires en transformant la scénographie et en mettant en visibilité de nouveaux acteurs mémoriels.” Cette problématique vaut pour d’autres situations.

Notons que l’objet de la recherche est déjà spécifique : il s’agit de considérer le web comme un espace d’archives – là où, en ce qui nous intéresse, nous pouvons aussi nous attarder sur le web dans sa dimension d’échanges dynamiques. Si ce sont des archives, se posent d’emblée des questions d’accessibilité, de visibilité (référencement), de compréhension et d’usage des documents.

Ce questionnement est celui de l’historienne qui a fait ce travail et qui ne sera pas le même pour un ou une sociologue.

Si on considère internet comme un espace social numérique, il a cette particularité de permettre la cristallisation d’échanges, de traces. Bien évidemment, ces traces peuvent être effacées mais elles peuvent aussi facilement être consultées et reproduites. La nature matérielle d’internet permet ainsi un archivage des différentes interactions qui y ont lieu, comme si l’on pouvait, sur le terrain, photographier une multitudes d’interactions à plusieurs instants.

La notion d’archives mobilisée dans cet article est différente. Il s’agit d’utiliser la numérisation des documents pour permettre un archivage de documents (photos par exemple) pré-existants.

L’auteure rappelle qu’on peut se perdre dans l’océan que constitue internet, et choisit alors de se concentrer sur quelques dispositifs numériques mémoriels, terme qui désigne en général les pages et sites webs. Elle justifie son approche qualitative par la triangulation des sources en ligne, hors ligne, des entretiens et l’étude de différentes sources. Son objectif, est de “proposer une analyse approfondie des conditions de production des mémoires”, de “décrypter la façon dont les acteurs se saisissaient des technologies du web pour donner à voir un discours mémoriel spécifique”, ici concernant l’immigration maghrébine.

La recherche présentée met en avant différents âges de la médiation en ligne des mémoires de l’immigration. Le premier est l’expérimentation, le second la multiplication, diversification des acteurs. Enfin, on tend vers une uniformatisation de la médiatisation mémorielle.

Sur la forme, les archives concernent des écrits et des images. Plus récemment, ce sont des contenus audiovisuels qui se développent. On remarque aussi, aujourd’hui, que les nouvelles plateformes tendent à favoriser le contenu vidéo. On peut s’interroger sur le rôle, c’est-à-dire l’implication des internautes concernant les médias auxquels iels accèdent. Est-ce simplement un rôle de consultation ou peut-on participer par l’édition de contenu ? On peut s’interroger sur la forme de la présentation des contenus. Les sites présentés dans cet article prennent par exemple des formes narratives fictionnelles.

Un exemple illustre l’usage détourné de photos dans le but de servir un récit qui se rapporte à d’autres événements. Cela soulève la question du contrôle éditorial de tels médias, notamment à l’heure de “post-vérité”.

La dernière partie de l’article concerne les reconfigurations des mémoires et se divise en différents points. Le premier concerne internet comme outil de visibilisation des mémoires et s’inscrit dans une tradition littéraire, militante et associative qui s’est appuyée sur des tracts, livres, et documentaires télévisuels avant de débarquer sur le net.

L’historienne distingue 4 registres mémoriels :

  • l’enracinement vise à inscrire la population immigrée dans l’histoire globale.
  • la spécificité culturelle ou cultuelle met en avant la culture de la population dans le but d’en préserver une certaine authenticité.
  • la douleur désigne le fait de considérer la mémoire de migration sous l’angle des souffrances
  • le militantisme s’inscrit dans une démarche politique, valorisant l’histoire des luttes de l’immigration, notamment à partir de l’anticolonialisme.

Elle distingue également 6 dispositifs mémoriels :

  • la patrimonialisation
  • la commémoration
  • l’anamnèse
  • la communalisation
  • la territorialisation
  • la revanche

On aimerait en savoir plus sur ces différences, mais on comprend l’idée des concepts.

Ce que nous pouvons retenir de cet article est d’abord la diversité des pratiques qui correpond aussi à une diversité d’acteurs et d’actrices, potentiellement de différentes générations.

Ce que nous avons observé concernant la diaspora vietnamienne, notamment en France, correspond à cette diversité des modes de présentation des questions mémorielles. Certains groupes, certaines pages sur les réseaux sociaux visent à jouer ce rôle d’archivage, notamment de photographies d’époque, avec pour seul but de rendre accessibles des documents historiques. D’autres s’investissent davantage politiquement et proposent un discours ancré dans la société actuelle, pour questionner les dynamiques postcoloniales. Les témoignages des familles, des personnes témoins de l’histoire, peuvent alors venir servir différents discours, différentes narrations et différents usages (voire abus) de la mémoire.

Les lieux de mémoires sont des appareils mnémo-techniques, pour se souvenir, mais n’ont rien de neutre politiquement ou socialement. Ils ont été créés pour produire et reproduire, servir l’état-nation. Ils servent à l’outillage mental.

loci memoriae en latin.
Ce concept fait l’objet de débat quant à sa traduction, on peut alors préférer le terme français.

Memory studies and care studies [Research notes]

[Version en français]

In previous notes, I mentioned the idea that the work of memory could be analyzed through the prism of gender, in particular because the work of memory could be close to a work of care. After short definitions of the terms, let’s see what are the first hypotheses that allow us to conceive the links between memory work and care work.

Continuer la lecture de Memory studies and care studies [Research notes]

Travail de mémoire et travail de soin [Notes de recherches]

[English version]

Dans des notes précédentes, je mentionnais l’idée que le travail de mémoire pouvait être analysé sous le prisme du genre notamment parce que le travail de mémoire pouvait se rapprocher d’un travail de soin. Après quelques définitions des termes, voyons quelles sont les premières hypothèses qui nous permettent de concevoir les liens entre travail de mémoire et travail de soin.

Continuer la lecture de Travail de mémoire et travail de soin [Notes de recherches]

Depicting heroic lifes of the Vietnamese Diaspora, interview with Clement Baloup

On Thursday, December 3, 2020, I had the pleasure to discuss with Clément Baloup, cartoonist, illustrator, graphic novelist and author of a series of graphic novels dedicated to the stories of the Vietnamese diasporas. As a PhD student interested in memory dynamics within families of Vietnamese origin, I take this opportunity to interview him about his personal experience, but I am especially interested in his work as a researcher. The author, who has just published his fifth book in that series, shares his work process, his encounters with the protagonists of the stories but also with his readership. The discussion is therefore structured around the idea of telling good stories that are inspired and documented by the lives of those who have made and are still making history. His latest album – which you must absolutely get to complete your collection – “Les Engagés de Nouvelle-Calédonie”, is published in French by La Boîte à Bulles. Continuer la lecture de Depicting heroic lifes of the Vietnamese Diaspora, interview with Clement Baloup

Raconter l’héroïsme ordinaire de la diaspora vietnamienne, entretien avec Clément Baloup.

Déjà 5 tomes parus aux éditions La Boîte à Bulles

Le jeudi 3 décembre 2020, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Clément Baloup, dessinateur, illustrateur, bédéiste et auteur d’une série de romans graphiques consacrés aux histoires des diasporas vietnamiennes. En tant que doctorant qui m’intéresse aux dynamiques de mémoire au sein des familles d’origine vietnamienne, je profite de cette occasion pour l’interroger sur son expérience personnelle mais c’est surtout son travail de chercheur qui m’intéresse. L’auteur qui signe tout juste le cinquième ouvrage de cette série me confie alors son processus de travail, ses échanges avec les protagonistes de ses histoires mais aussi avec son lectorat. La discussion est donc structurée autour de l’idée de raconter de bonnes histoires qui soient inspirées et documentées par les vies de celles et ceux qui ont fait et font la grande Histoire. Son dernier album – que vous devez absolument vous procurer pour compléter votre collection – Les Engagés de Nouvelle-Calédonie, est édité par La Boîte à Bulles.

Capture de l’échange en ligne.

Continuer la lecture de Raconter l’héroïsme ordinaire de la diaspora vietnamienne, entretien avec Clément Baloup.

La charge mémorielle (1) [Notes de recherche]

Si on considère la charge raciale comme la place mentale, psychologique qu’occupe le fait de devoir se confronter aux normes de race dans une société donnée, j’aimerais explorer l’idée d’une charge plus spécifique qui serait la charge mémorielle.

Continuer la lecture de La charge mémorielle (1) [Notes de recherche]

Ressembler à l’ennemi : race et l’héritage de la guerre du Vietnam (notes) – FR

11 November  2020 — Un groupe d’experts explore les répercussions du conflit vietnamien-américain dans les deux pays, depuis le conflit jusqu’à aujourd’hui. Les intervenants présents sont  Roger Harris, Karen L. Ishizuka, Lynn Novick, et Viet Thanh Nguyen. La discussion est facilitée par Michelle Yun Mapplethorpe, directrice artistique de la Asia Society Triennial et directrice de la Asia Society Museum à New York.  L’échange dure 1h03 et voici quelques citations les plus importantes.

Continuer la lecture de Ressembler à l’ennemi : race et l’héritage de la guerre du Vietnam (notes) – FR

Looking Like the Enemy: Race and the Legacy of the Vietnam War (notes) – EN

November 11, 2020 — A group of experts explores the reverberations of the American-Vietnam War across the two countries’ cultures from the war’s outset to the present day. Speakers include Roger Harris, Karen L. Ishizuka, Lynn Novick, and Viet Thanh Nguyen. The conversation was moderated by Michelle Yun Mapplethorpe, artistic director of the Asia Society Triennial and director of the Asia Society Museum in New York. (1 hr., 3 min.)

Continuer la lecture de Looking Like the Enemy: Race and the Legacy of the Vietnam War (notes) – EN

Conférence de Viet Thanh Nguyen – Madrid 2019

La MSA (Memory Studies Association) s’est réunie la semaine dernière pour un ensemble de conférences et discussions avec notamment une présentation d’ouverture du professeur et auteur Vietnamien-Américain Viet Thanh Nguyen dans laquelle il insiste sur une partie de son ouvrage Nothing ever dies Vietnam and the memory of War paru en 2016 (en anglais).

Le point de départ et la colonne vertébrale de son livre est l’idée que la guerre a lieu deux fois : une première fois sur le champ de bataille et une seconde dans les mémoires. Ainsi la guerre du Vietnam, telle que l’appellent les Etats uniens, n’est pas finie mais continue de faire l’objet d’une lutte. Si les Américains ont perdu la guerre sur le terrain, ils ont gagné la suivante en imposant leur vision du conflit et leur vision du Vietnam et des Vietnamiens.

Continuer la lecture de Conférence de Viet Thanh Nguyen – Madrid 2019