Archives par mot-clé : cinéma

Regarder Ru, point de vue de Pascal Huynh [ressource]

https://www.ledevoir.com/opinion/idees/807182/idees-regarder-ru-tant-quebecois-origine-vietnamienne

Dans ce texte d’opinion, Pascal Huynh partage ses impressions après avoir vu l’adaptation au cinéma du roman Ru de Kim Thuy.

Lire aussi Habiter au Vietnam pour se décoloniser – Pascal Huynh

Chronologie des histoires et mémoires de la diaspora vietnamienne

Ne faudrait-il pas faire une synthèse des informations et des ressources qui nous permettent de mieux comprendre l’histoire de la diaspora vietnamienne ? Et dans le même mouvement proposer de rassembler les productions scientifiques et artistiques qui traitent de ces mémoires ?
C’est un travail ambitieux, mais il faut bien commencer quelque part !

C’est un travail non exhaustif, en cours de réalisation. Pour toutes suggestions, utilisez la section commentaires ! Continuer la lecture de Chronologie des histoires et mémoires de la diaspora vietnamienne

Hiếu – Richard Van [EN]

Hiếu is a short film by director Richard Van, named after the character he briefly portrays. This snapshot of life provides an opportunity to showcase several aspects, aspirations specific to people of Vietnamese origin, several characteristics that I would like to dwell on for a few moments by focusing on three images, three key moments in the film.

American Dream

Must be a millionaire right?

In this picture we see Hiếu from behind, facing a group of Vietnamese Americans who came to listen to him. He is looking to recruit “collaborators” for his business of selling any kind of products, in this case, probably food products. He questions several people from his audience and asks them three things: what job they do, since when and if they have become millionaires. In this scene, we have a condensed version of the “American dream” in both its classic and modern versions, if any difference is relevant. Like many migrants, arriving in a new country means “starting from scratch”, a loss of economic and social capital. The priority for all the first generation is therefore to find a job in order to provide for their primary needs and to be able to pass on to the next generation the financial means to “take off” socially.
We see, among the characters who come to listen to our protagonist, rather old men and women who have low-skilled jobs with low wages: worker, employee, esthetician, etc.

It is interesting to note that solidarity within the community is also staged. For practical reasons, because one speaks the same language, because one has the same background, because one has been put in touch with trusted acquaintances, etc., one can hope to rely on one’s community members to do business.You can expect to rely on the members of your community to do business. It was this sense of solidarity that drew the audience to hear a Vietnamese man talk about money-making opportunities (and also the lure of money). This feeling also has its limits, since once the presentation is over, nobody seems convinced.

There is a sense of the fallen American dream in the staging of these people. These people have come to listen to a speech to earn money because they aspire, because they have aspired to become rich by living in one of the richest countries in the world. On the other side, there is a smooth talker who tries to convince himself as much as his audience that he can still get rich thanks to a new pyramid business system. We later learn that he has no place to sleep. In short, he is a loser and this is what makes this film so interesting. It succeeds in bringing a fairly accurate vision of this situation, which is neither that of the poverty of the migrant unable to integrate nor that of the luxurious abundance of the self-made man, who stands out from the model minority, and whose success proves the efficiency of the social system. We are here exactly between the two, showing how long and difficult economic integration is, how much sacrifice is required and how even when we incorporate the discourse and practices of the most “modern” businesses, nothing is guaranteed. In short, here, it is a question of connecting the situation of this person as an immigrant, with his or her initial capital and aspirations, but also as a member of a social class that goes beyond his or her origin and maintains a mass of people in the precariousness depicted.

Being eager to “come back there”

Dung asked me if I was going back there

 

From the very beginning of the film, one of the most popular songs from southern Vietnam, Sài Gòn đẹp lắm, serves as a pretext to trigger a discussion about Vietnam left behind at the time of exile with, without fully stating it. It is an obvious one, the tension between nostalgia and longing for return for the man and a kind of indifference and contempt on the part of his wife. Is this the reason for their separation? In any case, the two characters will continue to embody these two ideals, these two opposing relationships to Vietnam or the United States, as can be seen in this image in the kitchen.

The film holds this tension experienced and embodied by Hiếu who does not find his place here in the United States and wonders if he would be better off returning to his native country. A few years later, when he visits his wife and son, he shares this lingering doubt. He shares with his ex-wife the example of a comrade who returned “over there”.

This “over there” which is evident for him, does not evoke anything anymore for her though, who, at least in appearance, does not understand of which place he speaks. This is very powerful and shows once again how two imaginations, two postures oppose each other. For him, Vietnam is so present in his life here, that if he speaks of a return of any kind it is necessarily there. For her, this country she left no longer exists and there is no question of considering setting foot on this now unknown territory. She embodies integration and somehow oblivion, or at least acceptance, as emphasized by her new white companion.

This tension that opposes them is not as binary and frontal as one might think. The man, who is looking for his place, is summoned by his ex-wife to recover the last things he left at her place. Between the two of them, let’s not forget to mention the son, Brian, who also embodies this tension between these two parental poles.

I’m gonna go, okay?

Resignation?

The last scene is very tense. Locked in the room and not responding, his ex-wife and their son imagine the worst. Once they enter the room, they find him asleep. Sorry, he resigns himself to leave. Go where? Go back to that friend he’s been squatting with? Go back to Vietnam like Dung? We don’t know exactly, this sentence means anything.

He accepts his situation, he gives up his dreams, he lets it up.

There are obviously many more filmic elements to analyze, but these are the main ones that deal with this dynamic of memory and identity in the American diasporic context.

If you haven’t seen it yet:

https://www.richardvanfilms.com/hieu

HIẾU – Richard Van

Hiếu est un court-métrage du réalisateur Richard Van, qui porte le nom du personnage dont il fait le bref portrait. Cet instant de vie offre l’occasion de mettre en scène plusieurs aspects, aspirations propres aux personnes d’origine vietnamienne, plusieurs caractéristiques sur lesquelles j’aimerais m’attarder quelques instants en m’appuyant sur trois images, trois moments clés du film.

Le rêve américain

Tu dois déjà être millionnaire non ?

Sur ce cliché on voit Hiếu de dos, face à un groupe d’Américain.es d’origine vietnamienne venu l’écouter. Il cherche à recruter des “collaborateurs” pour son business de vente de produits quelconque, ici, sûrement des produits alimentaires. Il interroge plusieurs personnes de son audience en leur demande trois choses : quel métier elles font, depuis quand et si elles sont devenues millionnaires. On a dans cette scène un condensé du “rêve américain” à la fois dans sa version classique et moderne, si on peut faire une différence. Comme beaucoup de personnes migrantes, l’arrivée dans un nouveau pays est synonyme d’un “retour à la case départ”, d’une perte de capital économique et social. La priorité pour toutes les premières génération est donc de trouver un travail pour subvenir aux besoins primaires et pouvoir transmettre à la génération suivante de quoi “décoller” socialement.
On voit donc, parmi les personnages venus écouter notre protagoniste, des hommes et des femmes plutôt âgées qui exercent des métiers peu qualifiés aux salaires bas : ouvrière, employée, esthéticienne, etc.

Il est intéressant de noter la mise en scène également de la solidarité au sein de la communauté. Pour des raisons pratiques, parce qu’on parle la même langue, parce qu’on a le même vécu, parce qu’on a été mis en contact par des connaissances en qui l’on peut avoir confiance, etc. On peut espérer compter sur les membres de sa communauté pour faire des affaires. C’est ce sentiment de solidarité qui a poussé le public à venir écouter un Vietnamien parler d’opportunité de se faire de l’argent (et aussi l’appât du gain). Ce sentiment a aussi ses limites puisqu’une fois la présentation finie, personne ne semble convaincu.

Il y a en creux, dans la mise en scène de ces personnes, le rêve américain déchu. Ces personnes sont venues écouter un speech pour gagner de l’argent car elles aspirent, car elles ont aspiré à devenir riche en vivant dans un des pays les plus riches du monde. De l’autre côté, il y a un beau parleur qui essaie de se convaincre autant que son audience qu’il peut encore accéder à la fortune grâce à un nouveau système de business pyramidal. On apprend par la suite qu’il n’a pas d’endroit pour dormir. Bref, c’est un looser et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce film qui réussit à apporter une vision assez juste de cette situation qui n’est ni celle de la pauvreté du migrant incapable de s’intégrer ni celle de l’abondance luxueuse du self-made man, sortant du lot de la minorité modèle, et dont le succès prouve l’efficacité du système social. Nous sommes ici exactement entre les deux, à montrer à quel point l’intégration économique est longue, difficile, nécessite des sacrifices et même quand on incorpore le discours et les pratiques des business les plus “modernes”, rien n’est garanti. En somme, ici, il s’agit bien d’arriver à faire la jonction entre la situation de cette personne en tant qu’issue de l’immigration, avec son capital de départ et ses aspirations, mais également en tant que membre d’une classe sociale qui dépasse son origine et maintient une masse dans la précarité dépeinte.

L’envie de retourner “là-bas”

Dung m’a demandé si j’allais y retourner

Dès le début du film, une des chansons les plus populaires du sud du Vietnam, Sài Gòn đẹp lắm, sert de prétexte pour déclencher une discussion sur le Vietnam laissé derrière soi au moment de l’exil avec, sans le dire pleinement mais cela est une évidence, la tension entre la nostalgie et l’envie du retour pour l’homme et une sorte d’indifférence et de mépris de la part de sa femme. Est-ce la raison de leur séparation ? Dans tous les cas, les deux personnages vont continuer d’incarner ces deux idéaux, ces deux rapports au Vietnam ou aux États-Unis qui s’opposent comme on peut le lire sur cette image dans la cuisine.

Le film tient cette tension vécue et incarnée par Hiếu qui ne trouve pas sa place ici, aux États-Unis, et se demande s’il ne ferait pas mieux de retourner dans son pays natal. Quelques années plus tard, lorsqu’il rend visite à sa femme et son fils, il fait part de ce doute qui continue de l’habiter. Il partage a son ex-femme l’exemple d’un camarade qui est retourné “là-bas”.

Ce “là-bas” qui est une évidence pour lui, n’évoque plus rien pour elle qui, au moins en apparence, ne comprend pas de quel endroit il parle. Cela est très fort et montre encore une fois comment deux imaginaires, deux postures s’opposent. Pour lui, le Vietnam est tellement présent dans sa vie ici, que s’il parle d’un retour quelconque c’est forcément là-bas. Pour elle, ce pays qu’elle a quitté n’existe plus et il n’est pas question d’envisager mettre un pied sur ce territoire aujourd’hui inconnu. Elle incarne l’intégration et en quelque sorte l’oubli ou du moins l’acceptation aussi soulignée par son nouveau compagnon, blanc.

Cette tension qui les oppose n’est pas aussi binaire et frontale qu’on pourrait le croire. L’homme, qui cherche sa place, est sommé par son ex-femme de récupérer les dernières affaires qu’il a laissé chez elle. Entre eux deux, n’oublions pas de mentionner le fils, Brian, qui incarne à lui aussi cette tension entre ces deux pôles parentaux.

Je vais y aller, OK ?

La résignation ?

La dernière scène est très forte en tension. Enfermé dans la chambre et ne répondant pas, son ex-femme et leur fils imaginent le pire. Une fois entrés dans la pièce, ils le trouvent endormi. Désolé, il se résigne à partir. Partir où ? Rentrez chez cet ami chez qui il squatte ? Rentrer au Vietnam comme Dung ? On ne sait pas exactement, cette phrase veut tout dire.

Il accepte sa situation, il abandonne ses rêves, il lâche prise.

Il y aurait encore évidemment beaucoup d’éléments filmographiques à analyser, mais ceux-ci sont les principaux qui traitent de cette dynamique de mémoire et d’identité en contexte diasporique états-unien.

Si vous ne l’avez pas encore vu :

https://www.richardvanfilms.com/hieu

Conférence de Viet Thanh Nguyen – Madrid 2019

La MSA (Memory Studies Association) s’est réunie la semaine dernière pour un ensemble de conférences et discussions avec notamment une présentation d’ouverture du professeur et auteur Vietnamien-Américain Viet Thanh Nguyen dans laquelle il insiste sur une partie de son ouvrage Nothing ever dies Vietnam and the memory of War paru en 2016 (en anglais).

Le point de départ et la colonne vertébrale de son livre est l’idée que la guerre a lieu deux fois : une première fois sur le champ de bataille et une seconde dans les mémoires. Ainsi la guerre du Vietnam, telle que l’appellent les Etats uniens, n’est pas finie mais continue de faire l’objet d’une lutte. Si les Américains ont perdu la guerre sur le terrain, ils ont gagné la suivante en imposant leur vision du conflit et leur vision du Vietnam et des Vietnamiens.

Continuer la lecture de Conférence de Viet Thanh Nguyen – Madrid 2019

J’avais honte d’oublier mon origine vietnamienne – Philippe Rostan (traduction)

Dans cette traduction d’un article paru en vietnamien dans le journal Tuoi Tre :
https://tuoitre.vn/dao-dien-philippe-rostan-toi-tung-xau-ho-khi-quen-nguon-goc-viet-20190604095203687.htm le réalisateur Franco-Vietnamien métisse né au Vietnam revient sur le film qu’il a réalisé sur les métisses de l’époque coloniale, et évoque son rapport à ses origines et son identité.

La séparation avec la mère patrie après 1954 a laissé une plaie profondément gravée dans le cœur de milliers de métisses franco-vietnamiens. Jusqu’à ce que le réalisateur Philippe Rostan tourne son film Inconnu, présumé Français ; beaucoup de personnes, après s’être tus la moitié de leur vie, ont fait sortir la vérité pour la première fois.

Le journal Tuổi Trẻ s’est entretenu avec le réalisateur Philippe Rostan au sujet de l’envie de faire son film qui sera projeté au dixième festival de films documentaires Europe-Vietnam de l’année 2019.

Pourquoi avez-vous décidé de faire un film sur les métisses franco-vietnamiens ?

– Quand la France a occupé le Vietnam, les métisses ont constitué un problème compliqué. Quand les Français sont partis en 1954, ils ont emmené avec eux 45.000 enfants métisses.

Les mères vietnamiennes qui ne connaissaient pas le français ont signé un document pour renoncer à leur maternité. Leurs enfants ont été emmenés en France et ont ensuite été logés dans des orphelinats.

Ces enfants sont devenus apatrides, sans-papiers, reconnus d’aucun côté. Ce n’est que bien plus tard que la France a résolu le problème de la nationalité des métisses.

Quand j’ai tourné le film, les métisses avaient 60 ans. Ils avaient tous caché le passé de leurs familles. J’ai un cousin nommé Georges, sa mère est une sœur de sang de ma mère. Je suis venu en France avec tous mes parents, et lui est allé en France mais n’a pas été reconnu par mon père. Depuis 1998, je voulais faire un film sur lui, mais en 2008, il a accepté.

Pour les métisses, le passé est une blessure très profonde dont ils ne veulent pas se rappeler. Grâce à Georges, j’ai trouvé une communauté de métisses. Ce sont tous des célibataires, regroupés dans un cercle d’amis proches.

J’ai entendu beaucoup d’histoires touchantes. Face à la caméra, beaucoup d’entre eux sont revenus sur le moment où à l’âge de 5 ou 6 ans ils ont quitté le Vietnam. Certaines personnes se souviennent encore des chansons que leurs mères leurs chantaient dans leur enfance.

Quel a été le plus gros défi pendant la réalisation du film ?

Pour les Français, c’est une tache de l’histoire qu’ils ne veulent plus mentionner. J’avais vraiment besoin de l’armée pour obtenir les documents, l’équipement et les finances. Malheureusement, ils ont refusé car je ne voulais pas ré-entendre cette histoire. Heureusement, le réalisateur Pierre Watrin a accepté de m’aider à réaliser le film. Après cela, il y a eu beaucoup d’autres directeurs à travailler sur ce sujet.

Silencieux depuis de nombreuses années, il y a de plus en plus de Français d’origine vietnamienne qui veulent raconter leur histoire. Il y a beaucoup de gens qui cachent leurs origines à leurs propres enfants. Après avoir visionné ce film pour la première fois, de nombreux enfants comprennent l’origine de leurs parents. Mon cousin a donné le film à sa fille, mais il n’a osé regarder le film que six mois plus tard.

Depuis le tournage, de nombreuses personnes ont entrepris de retrouver leurs parents. Quelques personnes sont revenues au Vietnam pour retrouver leur mère. Quant à leurs pères français, la plupart d’entre eux ne veulent pas reconnaître leurs enfants, car ils ont maintenant une famille.

Pourquoi êtes-vous revenu au Vietnam ?

Quand j’étais enfant, j’étudiais l’école française à Da Lat et Saigon. Arrivé en France, je parlais français dans la rue et chez moi je parlais vietnamien avec ma mère.

Je pensais que mon vietnamien était plutôt bon. Ensuite, j’ai eu le poste d’assistant du réalisateur Pierre Schoendoerffer lorsqu’il est allé au Vietnam pour réaliser le documentaire Điện Biên Phủ. J’ai soutenu le traducteur, mais en ce qui concernait le vocabulaire militaire, je ne connaissais pas un mot.

Après ce film, j’ai décidé de rentrer au Vietnam 6 mois pour apprendre le vietnamien. Depuis ce film aussi, j’ai remarqué de nombreuses idées de sujets de films à réaliser au Vietnam.

Quand vous êtes arrivé au Vietnam, qu’est-ce qui vous a permis de vous sentir connecté à ce pays?

En descendant de l’avion, sentir la chaleur et l’humidité, la sueur couler, puis la nourriture et les boissons … ça me ramène dans mon enfance. En France, les gens ont souvent l’habitude de dire “aller à Paris”, mais quand j’y vais, j’oublie parfois qu’au lieu de dire “aller à Paris”, je dis “aller à Buon Me Thuot”.

Je suis arrivé en France à 11 ans. Parfois mes parents m’envoyaient en camp d’été pendant un mois avec seulement des enfants français. De retour à la maison, en passant devant la glace j’ai soudain réalisé que j’avais oublié que j’étais vietnamien. Tout à coup j’ai ressenti beaucoup de honte, parce qu’à force de vivre en société avec des Français j’avais oublié que j’étais vietnamien. J’ai caché ça à mes parents.

Une dizaine d’années plus tard, j’ai parlé avec une cousine qui avait aussi partagé le même sentiment que moi. À ce moment je me suis senti soulagé.

Maintenant je comprends cela normalement. Il m’a fallu du temps pour trouver l’équilibre et concilier ces deux mondes. Faire des films est une manière de me comprendre

Filmographie d’après Wikipédia.

  • 2018 : Les Hmongs, entre terre et ciel
  • 2018 : La mission-fleuve
  • 2017 : Le dernier paradis des Kalinagos
  • 2015 : Le Dragon de Guyane, Mention spéciale du jury Terra Festival 2016
  • 2013 : Les Jumeaux maudits, Prix du documentaire Festival Quintessence d’Ouidah (Bénin) 2014
  • 2012 : L’Un est l’autre, téléfilm, Prix de la diversité France Télévision CNC ACSE
  • 2012 : Le Lotus dans tous ses états5, Prix du Public du Festival de Vesoul 2013
  • 2011 : Le Marché de l’amour, Etoile de la Scam 2012
  • 2010 : Les Trois guerres de Madeleine Riffaud Prix CNC 2011 des Images de la Diversité, “Etoile de la Scam 2011, Grand Prix du Film Documentaire du Festival du Cinéma d’Alger en 2012
  • 2009 : Inconnu, présumé français, Prix CNC 2010 des Images de la Diversité, Prix du public festival de Tours 2010
  • 2008 : Ho Chi Minh
  • 2007 : Le Petit Vietnam
  • 2002 : Cœur de Coréenne
  • 2001 : Chiec banh it
  • 1994 : Les Nems moi non plus