Archives mensuelles : octobre 2020

Réflexions supplémentaires sur le racisme anti-asiatique actuel comme symptôme

Nous sommes fin Octobre 2020, alors que le gouvernement français reconfine la métropole, des messages d’une haine et d’une violence presque inédites appellent à s’en prendre aux Chinois. Ce racisme envers les Chinois est spécifique mais n’est pas nouveau. Pourtant, le fait que celui-ci ressurgisse maintenant n’est pas anodin. Il est le signe même d’une des facettes du racisme : le sentiment d’impuissance. Il a ceci de spécifique qu’il échappe au pouvoir dans son idéologie puisque les communautés asiatiques sont censées répondre au modèle d’intégration. On pourrait avancer l’hypothèse de la jalousie ou de la rancoeur des autres communautés minorisées mais cela est certainement plus complexe.

Je souhaite aussi, en m’opposant aux théories dites complotistes, adopter une perspective qui ne nourrisse pas l’idée de puissance de l’Etat. Je pose l’hypothèse que c’est justement l’absence de l’Etat, l’incapacité et l’irresponsabilité de l’Etat qui amène à ce genre de situations. Dans le même mouvement, cela ne signifie pas que nous ayons d’un Etat plus fort mais que continuions à prendre la mesure de notre puissance collective. Car le racisme florissant est bien la marque d’un tel échec qu’il faut dépasser.

L’idée principale est donc posée et simple : le racisme anti-asiatique se développe sur le sentiment d’impuissance générée par l’impotence de l’Etat actuel. Il convient de ne pas laisser ce vide se remplir de nos pires cauchemars. Il ne suffit pas non plus d’y opposer nos rêves les plus simplistes (où l’on nierait les catégories sociales de race, de genre et de classe pour les faire disparaître).

Un des messages appelant à s’en prendre aux Chinois a osé le parallèle avec la solution finale. S’il faut s’en défendre, cela est la marque de ce que représente pour certains les Chinois aujourd’hui : les bouc-émissaires. En comprenant cela on comprend plusieurs choses : – ce n’est pas l’identité chinoise ou la culture chinoise en soi qui est rendue problématique et qui constitue une menace mais c’est simplement l’idée d’une communauté “autre” et “altérisée” qui remplit une fonction ; – comme toutes les formes de racisme, il faut pouvoir identifier cet “autre” par des traits physiologiques ou biologiques qui sont donc des “marqueurs arbitraires” ; – ce racisme arbitraire suit une logique réductrice face à laquelle la raison ne peut pas grand chose : les Chinois ou tous les Asiatiques sont assimilés et perçus comme étant les mêmes ; – on comprend alors que cette fonction que joue les communautés visées aujourd’hui a visé d’autres populations et en visera d’autres plus tard.

Le contexte politique français, les conditions sociales de cette année ont montré les limites du pouvoir. Cette crise que nous traversons provoque de l’anxiété, de la frustration, de la peur, de la colère et autant d’émotions et de sentiments qui, à cette échelle et cette intensité peut mener aux pires scénarios comme aux élans de solidarité les plus réconfortants (et je ne parle pas de frapper dans ses mains une fois par jour). L’immobilisation, l’enfermement provoque l’étouffement des vies, des rêves, des espoirs. Ce n’est pas seulement le déplacement physique qui est limité mais c’est évidemment le mouvement politique qui est mis en cage. Alors on comprend la haine, la frustration, la colère, l’incompréhension, le sentiment d’être perdu quand c’est l’horizon lui-même qui est inaccessible. Pourtant, et c’est là que tout change, si cette haine, cette frustration et cette colère n’est pas canalisée politiquement c’est-à-dire en s’inscrivant dans une démarche de mise en commun, dans une démarche de réflexion sur les dynamiques de pouvoir et sur des actions collectives, elle ne peut que se transformer en cette énergie destructrice et prendre la forme du rejet de l’autre.

Si les appels haineux ont été relayés par certaines personnes noires ou arabes, soyons extrêmement vigilants en tant qu’asiatiques (ou pas) à ne pas tomber dans le même piège, il convient malheureusement de devoir rappeler qu’il ne faut pas attribuer à une communauté les propos ou les attitudes d’une partie de ses membres mais il faut savoir concilier l’exigence de responsabilité individuelle avec la pertinence d’une analyse sociologique complexe. Entre d’autres termes il est possible de dépasser les faux dilemmes. D’un côté chaque personne doit répondre de ses actes. De l’autre côté on peut expliquer et comprendre pourquoi certaines personnes, selon leurs trajectoires et leurs conditions sociales, auront plus de chance d’adopter certains discours et comportements. Sans cette deuxième dimension, on se contente du classique “il y a des cons partout” ou “quand on est con, on est con” qui scelle le pessimisme et l’immobilisme politique.

Je ne suis pas chinois, je suis d’origine asiatique mais les racistes s’en foutent complètement. Je ne suis pas chinois mais je suis visé et touché par ce qui se passe. Je condamne les individus (dont la connerie est bien réelle) mais la réponse ne peut être que individuelle et pour dépasser cela il faut comprendre d’où vient cette haine. Il faut arriver à sortir de la logique du buzz médiatique qui donne de l’importance aux événements individuels. S’il y a des cons partout et de tous temps, il est vrai, il faut se demander ce qui fait que la connerie prend cette forme à un moment donné, surtout quand les “puissants”, justement, ne le sont pas.

Viet Kieu – Việt Kiều (définition)

Le terme Việt Kiều ou Viet Kieu désigne de manière générale la diaspora vietnamienne.

Il associe deux termes qui signifient littéralement “vietnamien.ne” et “d’outre-mer”.

D’abord utilisé de manière neutre pour faire référence aux compatriotes partis travailler ou faire des affaires à l’étranger, les connotations et les usages ont évolué avec le fil de l’histoire.

Il renvoie donc à la diaspora, à toutes les personnes qui ont quitté, émigré du Vietnam. Péjoratif pendant la période d’après-guerre – le gouvernement vietnamien étant critique de celles et ceux qu’il considérait comme des traîtres, les relations diplomatiques s’étant apaisées il a tendance a être davantage neutre aujourd’hui.

Cependant, certains se refusent de continuer à l’utiliser ou à se définir comme tels, trop marqués par les connotations négatives et les expériences qui y sont associées. De plus les secondes générations, nées à l’étranger, en occident, et se questionnant sur leurs identités, cherchent une autre terminologie qui serait plus adéquate, notamment pour se distinguer des jeunes né.es au Vietnam, qui émigrent ou partent faire leurs études à l’étranger et qui seraient donc “plus” Viet Kieu que les descendant.es de Viet Kieu.

À noter qu’en vietnamien, le terme “communauté” cộng đồng traduit la plupart du temps le mot “diaspora” qui est vu comme trop politique par le pouvoir. De même, pour dépasser la période où les Viet Kieu étaient mal vus, il préfère l’usage d’une expression qui se veut plus neutre người Việt ở nước ngoài qui signifie “Vietnamien.nes de l’étranger”.

Références pour aller plus loin :

Koh, Priscilla, « You Can Come Home Again: Narratives of Home and Belonging among Second-Generation Việt Kiều in Vietnam », Journal of Social Issues in Southeast Asia, vol. 30,  no. 1, mars 2015, pp. 173‑214.

Diasporas

On peut, dans un premier temps, retracer l’histoire des études sur les diasporas et l’émergence du concept, de ses définitions.

Cela nous amène notamment à ses critiques et à un autre concept, celui de post-diaspora développée par Michel Laguerre.

Ensuite, pour comprendre non pas simplement le concept mais les phénomènes diasporiques, il faut regarder chaque communauté, famille, histoire dans les détails, cas par cas.

Lire les articles tagués diaspora

La notion de diaspora | Usages et champ sémantique – Martine Hovanessian

 

Décolonial

Le terme décolonial renvoie à la colonialité pour s’y opposer.

Si on conçoit la colonisation comme une période historique marquée par des événements identifiables et identifiés notamment par des textes qui témoignent d’un pouvoir administratif et juridique au minimum, la décolonisation désigne d’abord la période de libération des peuples colonisés.

Par extension, on conçoit que les relations de domination, d’exploitation, d’oppression, de dépendance, d’acculturation, de dépossession, etc. qui ont été forgées par la colonisation ne peuvent disparaître du jour au lendemain, par simple déclaration, mais nécessitent un effort, une lutte pour l’émancipation. Le terme de décolonisation désigne alors cette lutte, ce combat juridique, administratif, légal, culturel, intellectuel.

En insistant sur les dimensions intellectuelles, le cadre politique et historique décolonial a donné lieu à l’élaboration ou plus exactement à la mise en valeur de façons de faire et de penser le monde qui s’opposent alors à l’hégémonie scientifique et culturelle occidentale. Il s’agit donc de proposer d’autres épistèmè, d’autres méthodologies, appuyées par d’autres valeurs et donnant forme à d’autres discours.

Voir les articles de la catégorie décolonial

Qu’est-ce que la pensée décoloniale ? (extraits)

 

Métisse | Métissages

Pendant longtemps et en de nombreux endroits, l’union de deux personnes de races différentes était mal vue, socialement sanctionnée et les enfants de couples dits mixtes pouvaient souffrir de racismes. Aujourd’hui, les sociétés qui se disent les plus progressistes font l’apologie du métissage comme solution au racisme. Le terme de métissage est ainsi utilisé de manière générale pour désigner le mélange des cultures, des genres, des matières, de tout et n’importe quoi. S’il est vrai que la perception des personnes métisses a changé, certaines questions continuent de devoir être posées.

On peut lui préférer des termes comme : biracial ou multiracial ; personne issue de couple mixte d’une manière générale et selon les origines : eurasien, amérasien. Certains mots-valises en anglais viennent alors définir de nouvelles formes d’identité comme blasian pour black et asian.

Certains travaux font l’histoire du métissage selon les sociétés, notamment en périodes coloniales.

Aujourd’hui, les mixed-race studies s’intéressent à de nombreuses questions parmi lesquelles le racisme, le colorisme, etc.

Voir les articles tagués métissage

Métis de Philippe Franchini

De sang mêlé – de Dominique Rolland (morceaux choisis)

 

Identité(s)

Il est impossible de résumer ce que serait l’identité tant ce concept condense des problématiques qui continuent de faire couler l’encre. On peut alors essayer de définir quelques directions qui doivent nous faire penser des manières d’interroger le concept et ce qu’il recouvre dans la réalité.

L’identité personnelle est le fait de rester toujours la même personne (idem) et d’être soi (ipse). Mais l’identité est aussi toujours identification à des groupes. Ce sont des groupes liées à l’origine, la race, la culture, la classe, le genre, la sexualité, la profession, la religion, etc.
Rapidement, la question de l’identité personnelle, traitée en psychologie, en psychanalyse, est alors abordée par la sociologie qui s’intéresse aux interactions et aux effets des groupes sur les individus.
L’identité d’une personne se situe à l’intersection des différentes identifications de groupes, afiliations auxquelles elle se réfère.
Goffman montre par exemple avec sa métaphore théâtrale, que l’on change d’identités, de masques en fonction des situations, c’est-à-dire des groupes dans lesquels on interagit. La question est alors de savoir comment on développe cette aptitude à changer de masques ?

 

Le concept d’identité chez Stuart Hall – extraits

L’identité culturelle selon François Jullien

Malaise dans l’identité, Hervé Le Bras (Recension)

https://rhizomes.hypotheses.org/1672

Universalisme et identité.