Archives mensuelles : décembre 2019

Autrement dit : comment décoloniser l’universalisme abstrait sans pour autant tomber dans des
particularismes provinciaux isolés ?
Ramón Grosfoguel propose de partir de la posture d’Aimé Césaire, penseur afro-caribéen originaire de Martinique. Aimé Césaire dénonce en effet ce qu’il qualifie de réductionnisme européen, « l’instinctive tendance d’une civilisation éminente et prestigieuse à abuser de son prestige même pour faire le vide autour d’elle en ramenant abusivement la notion d’universel à ses propres dimensions ». Or aucune civilisation n’a le « monopole de la beauté ou de l’intelligence ». Mais Césaire prévient une objection :
« Provincialisme ? Non pas. Je ne m’enterre pas dans un particularisme étroit. Mais je ne veux pas non plus me perdre dans un universalisme décharné. Il y a deux manières de se perdre : par ségrégation murée dans le particulier ou par dilution dans “l’universel”. Ma conception de l’universel est celle d’un universel riche de tout le particulier, riche de tous les particuliers, approfondissement et coexistence de tous les particuliers.»

Autrement dit, face à l’universel abstrait, il ne s’agit d’affirmer ni un intégrisme, ni un fondamentalisme, ni toute autre conception monologique, préfixée et close de l’identité. Ces « conceptions carcérales de l’identité », qui aboutissent à un relativisme par juxtaposition, sont pour Césaire une limitation, sinon une prison ou un ghetto. Il précise ainsi le sens de sa défense de l’universel : « l’universel, oui […] mais non pas par négation, mais comme approfondissement de notre propre singularité […]. Notre engagement
n’a de sens que s’il s’agit d’un ré-enracinement certes, mais aussi d’un épanouissement, d’un dépassement et de la conquête d’une nouvelle et de la conquête d’une nouvelle et plus large fraternité ».

A. Césaire, Discours sur le colonialisme, suivi de Discours sur la négritude, Paris

cité dans :

UNIVERSALISME OU PLURIVERSALISME ?
Les apports de la philosophie latino-américaine
Fátima Hurtado López
Éditions Kimé | « Tumultes »
2017/1 n° 48 | pages 39 à 50
ISSN 1243-549X

Au lieu du discours sur l’appropriation, je suggère aux critiques et aux designers de s’engager dans un discours « inapproprié » qui recadrerait le débat en incluant toutes les choses que n’emportent pas
les créateurs occidentaux blancs lorsqu’ils se livrent ailleurs au pillage. Plutôt que d’être obsédé par le fait de définir certaines pratiques et formes d’appropriation culturelles comme « bonnes » ou
« mauvaises », « racistes » ou « post-raciales », respectueuses ou non, un discours inapproprié s’interroge sur ce qui n’est pas appropriable et pourquoi, ce qui ne peut pas être intégré et ne peut continuer à maintenir les structures de pouvoir existantes du système de la haute couture. Ce faisant, nous défions réellement l’idée que l’Occident détiendrait un pouvoir et une autorité absolus en matière de contrôle de la manière dont le monde voit, connaît la mode et en parle.

POUR UN DISCOURS INAPPROPRIÉ D’APPROPRIATION CULTURELLE
Minh-Ha T.Pham, Traduit de l’anglais par Zahra Ali
Éditions Kimé | « Tumultes »
2017/1 n° 48 | pages 117 à 125
ISSN 1243-549X