Archives de catégorie : Ressources

Racisme anti-asiatique : une si longue banalisation (France culture)

“Je ne suis pas chinetoque”, c’est le titre choc d’un documentaire diffusé sur France 5 ce 4 janvier. Quatre ans après les débuts du Covid qui a exacerbé le racisme anti asiatique, où en est-on ? Un retour dans le passé est nécessaire, aux origines de la banalisation de ces discriminations.

Avec
  • Simeng Wang Sociologue, chargée de recherches au CNRS
  • Ya-Han Chuang Sociologue, chercheuse à l’Institut national d’études démographiques (Ined) et fellow de l’Institut Convergences Migrations

 

Une émission à écouter sur France Culture

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/l-info-culturelle-reportages-enquetes-analyses/racisme-anti-asiatique-une-si-longue-banalisation-5261447

 

Ma tonkinoise, Hanaë Bossaert (podcast)

“Ma Tonkinoise”, reprise par Joséphine Baker, c’est la chanson que fredonnait souvent Gisèle, la grand-mère de Hanaë. Cette chanson, qui est censée être la chanson d’amour de jeunesse de Gisèle, raconte en fait la réalité coloniale de la relation entre un homme français et sa conquête vietnamienne. En tirant le fil de son histoire familiale, de Saigon en 1954 à Marseille en 2024, Hanaë se confronte à l’amnésie et ses conséquences, comme l’oubli de la langue, des rites, de la culture et finalement des mémoires historiques et intimes. Alors est-il encore possible de sauver les mémoires de l’Indochine française ? Injustices revient avec une nouvelle saison, Ma Tonkinoise, de Hanaë Bossert, dès le 1er février 2024.

Injustices est un podcast qui décortique les injustices structurelles. La saison 7 intitulée “Ma Tonkinoise” est une enquête familiale dans les mémoires enfouies de l’Indochine française, signée par Hanaë Bossert.

Abonnez-vous et écoutez sur Apple PodcastsSpotifyCastboxYoutubeSoundcloudDeezer et sur toutes vos applis grâce au flux RSS.

Réalisation sonore : Anne Buy | Montage : Kiana Von Schoen | Chargée de production : Louise Hemmerlé | Attachée de production : Elsa Berthault | Musique : Michael Liot et Saigon Soul Revival | Illustration : Adeline Schöne

Nos mémoires. Vietnam, les enfants oubliés

Résumé des Épisodes :

  1. Sénégal – Fils de Tirailleur
    Auteur : Karfa Diallo
    Ce récit poignant, écrit par Karfa Diallo, explore la lutte d’Abdoulaye Diallo, un tirailleur sénégalais, pour obtenir la reconnaissance et la pension méritées de la France. Les contributions et sacrifices des 300 000 hommes africains de l’Ouest, combattants dans l’armée française, sont soulignés.
  2. Martinique – L’Île Empoisonnée
    Autrice : Léa Mormin-Chauvac
    Léa Mormin-Chauvac dévoile l’histoire dramatique de la Martinique, marquée par l’utilisation massive du pesticide Chlordécone. Cet épisode met en lumière les conséquences sanitaires à long terme et le combat pour l’interdiction de ce produit toxique.
  3. Vietnam – Les Enfants Oubliés
    Auteur : Louis Raymond
    Louis Raymond nous plonge dans le récit de Néjame Aboubakar et d’autres enfants d’Indochine, rapatriés en France. Leur intégration forcée et la perte de leur culture natale sont évoquées, ainsi que la transmission mémorielle de cette expérience d’exil et de déracinement.
  4. Polynésie – Le Mirage Nucléaire
    Autrice : Titaua Peu
    Titaua Peu raconte les impacts de 193 essais nucléaires en Polynésie française. Elle aborde la promesse illusoire du progrès et les conséquences environnementales et sanitaires, dévoilant une réalité souvent occultée.
  5. Guyane – Atteinte à la Sûreté de l’État
    Autrice : Lauriane Nembrot
    Lauriane Nembrot explore les dynamiques de l’indépendantisme guyanais et la répression étatique française. L’épisode soulève des questions sur le statut administratif de la Guyane et son histoire marquée par les conflits politiques.

 

 

Regarder Ru, point de vue de Pascal Huynh [ressource]

https://www.ledevoir.com/opinion/idees/807182/idees-regarder-ru-tant-quebecois-origine-vietnamienne

Dans ce texte d’opinion, Pascal Huynh partage ses impressions après avoir vu l’adaptation au cinéma du roman Ru de Kim Thuy.

Lire aussi Habiter au Vietnam pour se décoloniser – Pascal Huynh

Vietnam-sur-Lot, un podcast incontournable !

Vietnam-sur-Lot est un documentaire audio en six épisodes écrit par Alix Douart Sinnouretty. Fille d’une Vietnamienne d’origine indienne rapatriée dans le camp de Sainte-Livrade-sur-Lot dans les années 1950, Alix part à la rencontre de membres de sa famille, d’amies, d’un historien (Alain Ruscio), d’une sociologue (Dominique Rolland), ou encore d’une travailleuse sociale de la Cimade. Nous la suivons, depuis le sud de la France jusqu’en Inde et au Vietnam, sur les traces de son histoire familiale. Pour bien saisir le parcours de son grand-père, de sa grand-mère, de sa mère, la narratrice les resitue dans son contexte historique, depuis la fin de la guerre d’Indochine, des politiques d’immigration jusqu’aux luttes mémorielles des années les plus récentes.

J’ai eu le plaisir d’écouter cette série documentaire et d’en faire une recension à retrouver ici :
https://lescahiersdunem.fr/le-centre-daccueil-des-francais-dindochine-cafi-sera-un-ancetre-dont-on-racontera-lhistoire/

Pour le reste, le podcast est à écouter sur toutes les plates-formes !

La mémoire en retour. Voyages au Viêt Nam des jeunes générations de la diaspora vietnamienne

À partir d’une recherche doctorale auprès d’adultes nés en France, l’auteur analyse les différentes mobilités vers le pays d’origine de leurs parents ou ancêtres sous le prisme du travail de mémoire. Les études de cas présentés viennent ainsi compléter les travaux concernant le tourisme diasporique ou mémoriel des premières générations ou le tourisme des racines des suivantes pour proposer quatre modalités selon lesquelles l’expérience au Viêt Nam contribue à la démarche de construction de la mémoire familiale et collective. Celle-ci s’appuie en effet sur une enquête généalogique factuelle, sur une expérience sensible qui mobilise le corps dans l’espace, sur l’imagination comme capacité à se projeter dans une mémoire alternative ou contrefactuelle et enfin sur des pratiques symboliques qui se rapprochent de l’analyse du pèlerinage.

Article à lire sur le site de la revue mousson :

https://journals.openedition.org/moussons/

 

Le voyage d’une jeune femme métisse Vietnamienne-Étatsunienne pour retrouver ses racines. (Traduction)

Hành trình tìm về nguồn cội của cô gái lai Việt – Mỹ (Article du 30 Mai 2023)
Le voyage d’une jeune femme métisse Vietnamienne-Étatsunienne pour retrouver ses racines.

“Je veux que mes enfants grandissent ici, afin qu’ils puissent avoir des racines, avoir des amis, comprendre la culture et l’histoire vietnamiennes et ne plus se soucier de la question ‘qui suis-je, où est ma place ?'”

Continuer la lecture de Le voyage d’une jeune femme métisse Vietnamienne-Étatsunienne pour retrouver ses racines. (Traduction)

Asian Minorities in Europe and North America – Recension de la journée d’études du 12 juin 2023 (1/2)

Ce lundi 12 juin 2023 se tenait une journée d’études à Paris, organisée par Ya Han Chuang et Hélène Le Bail. Dans le cadre d’un partenariat transatlantique, les chercheuses ont invité des universitaires et activistes d’Amérique du Nord et d’Europe.

La journée était découpée en deux temps. Nous avons pu écouter les travaux du milieux académiques pendant la matinée et l’après-midi était consacrée à la présentation d’initiatives et collectifs de France et d’autres pays “occidentaux”.

Un état des lieux des mouvements

C’était l’occasion de revenir sur plusieurs aspects :

  • l’histoire (parfois récente) des mouvements asiatiques à travers les pays étudiés
  • les modes d’actions, de mobilisation et les discours portés par ces mouvements
  • les tensions internes, les solidarités externes des différentes communautés, notamment dans le contexte de crimes raciaux
  • l’impact de la période de covid-19 sur la mobilisation
  • les perspectives pour les mouvements asiatiques

Le premier pannel était constitué de Diane Wong (New-York), de Diana Yeh (Londres) , de Khatharya Um (Berkeley) et Russell Jeung (San Francisco).

Diane Wong a commencé par décrire les mouvements militants asiatiques aux États-Unis en rappellant le contexte de racisme sous ses formes les plus visibles et les plus violentes. Ainsi les Asiatiques se mobilisent contre les crimes de haine, raciaux mais aussi et surtout, c’était le cœur de son propos, contre un système policier et carcéral. Le discours tenu est alors clairement abolitionniste, contre la police et les prisons, et notamment en soutien avec les autres minorités ethniques touchées par ce système, les communautés noires.

Dans les faits, au-delà des manifestations en réaction à des événements, des faits divers ou des politiques de fond, l’engagement des personnes se traduit par la constitution de réseaux de solidarité, par un soutien matériel et psychologique. Il s’agit de penser collectivement le deuil, le soin des traumatismes induits par le système colonial qui se perpétue dans le racisme, par la perte de proches dûe aux expulsions de réfugié.es. Ce besoin se manifeste à travers la création d’un lieu physique qui devient un mémorial du temps présent dans lequel il est possible de partager des ressources, de documenter les luttes, d’archiver la mémoire de ces luttes et de se retrouver pour se donner du pouvoir collectivement. L’abolitionnisme n’est pas seulement un mouvement de négation mais d’affirmation d’un autre futur, d’une autre société.

Ensuite, Khatharya Um revient sur des considérations historiques et conceptuelles qui éclairent la construction de l’identité asiatique dans le monde occidental à travers la double figure paradoxale (ou faussement paradoxale) du mythe de la minorité modèle et de l’étranger perpétuel. La minorité modèle est une instrumentalisation stratégique de la blanchité pour hiérarchiser les minorités entre elles. Ya Han Chuang reviendra plus tard sur cet aspect en mentionnant la théorie de la triangulation raciale qui dit que si les asiatiques sont valorisés c’est toujours non seulement au dépend des noirs, et toujours en deça des blancs. Aux États-Unis, la perception des Asiatiques s’appuie alors sur les contextes économiques. Les Chinois qui ont construit les chemins de fer et contribué à l’essor industriel sont d’abord considérés comme de la main d’œuvre. Avec la guerre contre les Japonais, puis la guerre froide contre la Chine, l’imaginaire du péril jaune se développe jusqu’à marquer les esprits qui déterrent ce stéréotype avec l’épidémie de covid19. La sociologue rappelle ensuite un point important qui est la difficulté de saisir la complexité des expériences des Asian Americans du fait de leur diversité. En effet, cette catégorie s’est construite politiquement mais n’a pas qu’une pertinence limitée d’un point de vue sociologique. Elle souligne alors la nécessité de continuer les études plus précises sur les différentes communautés, qui révéleraient les nuances entre personnes venues ou descendantes du Vietnam, du Laos, du Cambodge, de Chine, du Japon, de la Corée, etc…

L’intervention de Diana Yeh apporte un éclairage différent, depuis l’Angleterre, en raison de l’histoire coloniale spécifique et du contexte migratoire qui en découle. Elle commence par expliquer la nécessité de penser une catégorie spécifique, les “Asiatiques d’Est et du Sud-Est”, par volonté de se démarquer de la catégorie “Asiatiques” jusqu’alors majoritarement associée aux Indiens. Les discours, qu’elle reconnaît largement, sont inspirés des États-Unis. La mobilisation se concentre sur les questions de racisme et on retrouve le même vocabulaire et des initiatives similaires. Il est ainsi question de traumatismes intergénérationnels, de mémoire collective, de solidarités avec les autres communautés. Les artistes et activistes présenté.es par la chercheuse mette en avant la déconstruction des clichés, la réappropriation de la culture, la perspective intersectionnelle (sans forcément utiliser le terme).

Le deuxième pannel était composé de Kien Nghi Ha (Tübingen), d’Irene Masdeu Torruella (Barcelone) et de Ya Han Chuang (Paris).

Le chercheur allemand d’origine vietnamienne, Kien Nghi Ha, est revenu sur l’histoire de la migration asiatique en Allemagne, avec un focus sur la diaspora vietnamienne, puis s’est attardé sur la violence raciste néonazie qui a notamment donné la mort à Nguyễn Ngọc Châu et Đỗ Anh Lân à Hambourg en 1980 mais dont le cas a été seulement redécouvert en 2012 par un journaliste qui enquêtait sur l’histoire de ces agressions et crimes raciaux. Il mentionne également le terrible progrom de Rostock-Lichtenhagen lors duquel des centaines de néonazis ont incendié les logements des familles réfugiées roms et vietnamiennes.

La chercheuse catalane s’est concentrée sur la diaspora chinoise et sur la présentation d’artistes de la diaspora qui viennent interroger leur place dans la société, les clichés, le racisme, la mémoire collective. Elle explique, comme on peut le constater dans de nombreuses autres situations, que la seconde génération est plus éduquée et exprime son engagement et son identité différemment. Elle présente notamment les travaux de Paloma Chen, Quan Zhou,  Chenta Tsai,  ou Jia Jjie Yu Yan.

Enfin, Ya Han Chuang revient sur des points que l’on retrouve dans son travail de thèse publié à la Découverte, Une minorité modèle ? Chinois de France et racisme anti-Asiatiques. Je note le découpage qu’elle fait du mouvement asiatique en France : la solidarité ethnique donne place à la valorisation avant de se transformer en exigence de reconnaissance (c’est mon interprétation du mouvement qu’elle décrit en anglais comme ethnic solidarity-recognition-acknowledgment). Elle rappelle que les Chinois.es ou les personnes asiatiquetées, perçues comme telles, sont la cible d’agressions physiques interressées par l’argent du fait de stéréotypes de l’entrepreneur  riche ou du sans-papier vulnérable qui n’ira pas se plaindre à la police. Enfin, concernant les dynamiques entre communautés asiatiques et autres minorités raciales elle résume le mouvement avec les trois concepts de compétition, imitation et coalition qui semblent bien décrire l’évolution de certains discours et pratiques.

Pour un public qui ne connaît pas forcément le contexte spécifique à chaque pays, cette première partie a été riche en témoignages et a permis de souligner les différences et les similitudes entre les différentes communautés asiatiques de part et d’autre de l’Atlantique. On remarque alors qu’un même vocabulaire est partagé, que le répertoire d’actions est varié en fonction du contexte évidemment. Les chercheur.ses du continent européen n’hésitent pas à affirmer le rôle de modèle que jouent les États-Unis. Il faudrait, pour continuer cet échange, s’interroger sur la transformation et l’appropriation du vocabulaire et le sens qui est donné aux actions. Une difficulté à cela vient du fait de la diversité des trajectoires et des histoires de chaque communauté à l’intérieur de cette catégorie “asiatique”. Ainsi, la mémoire collective ou le trauma intergénérationnel sont des notions explicatives parfois trop lâches. Il faudrait distinguer l’histoire coloniale de l’histoire de migration et puis l’histoire récente de mobilisation en diaspora. Une question qui a été abordée à plusieurs reprises concerne aussi le point crucial de la légitimité de ces luttes et de ces recherches dans le monde académique, sa reconnaissance par la société et donc, in fine, les possiblités de financement qui en découlent.

 

 

 

 

 

 

Chronologie des histoires et mémoires de la diaspora vietnamienne

Ne faudrait-il pas faire une synthèse des informations et des ressources qui nous permettent de mieux comprendre l’histoire de la diaspora vietnamienne ? Et dans le même mouvement proposer de rassembler les productions scientifiques et artistiques qui traitent de ces mémoires ?
C’est un travail ambitieux, mais il faut bien commencer quelque part !

C’est un travail non exhaustif, en cours de réalisation. Pour toutes suggestions, utilisez la section commentaires ! Continuer la lecture de Chronologie des histoires et mémoires de la diaspora vietnamienne

Habiter au Vietnam pour se décoloniser – Pascal Huynh

Peut-on perdre sa langue maternelle ? Pour de nombreux enfants issus de l’immigration au Québec, le français prend le dessus dans leur quotidien, jusqu’à faire d’eux des bilingues passifs — c’est-à-dire qu’ils peuvent comprendre la langue de leurs parents, mais sans être capables de la parler. Le Devoir vous présente les portraits de Québécois qui ont voulu se la réapproprier. Aujourd’hui : le parcours de Pascal Huynh, d’origine vietnamienne.

Article à lire sur :

https://www.ledevoir.com/societe/791635/langue-maternelle-habiter-au-vietnam-pour-se-decoloniser

 

Diaspora vietnamienne en Australie | Australian Vietnamese Diaspora

Cette série de vidéos est produite par une communauté vietnamienne d’Australie.

Les familles qui témoignent sont réfugiées. On y évoque la façon dont l’expérience d’une génération affecte la suivante.

Cet épisode décrit la situation classique des familles réfugiées vietnamiennes, qui ont fui le régime communiste. La grand-mère insiste sur l’importance de préserver les traditions, la culture, et notamment la langue. Plus loin, un de ses petits-fils reconnaît qu’avoir appris à parler et écrire, lire la langue lui aura permis de mieux apprécier la culture.

Un des garçons de la fratrie explique que son identité de Vietnamien fait partie de lui, que “c’est l’histoire, c’est de là d’où il vient”. Un autre insiste sur le fait d’honorer les ancêtres. Un peu plus loin, il conseille d’écouter les parents raconter leur histoire qui n’est pas seulement la leur mais aussi celle des enfants, celle de la famille.

Remarquons comment la mère rappelle son appartenance au Vietnam, par la tradition : Cháu Lạc Long Quân Âu Cơ, ce qui signifie qu’elle est la descendante du Dragon et de la Fée, selon la mythologie vietnamienne. Les différentes générations tentent de définir leur double identité, double appartenance au Vietnam et à l’Australie.


Au début de la vidéo, Lin Sun explique comment la relation qu’il avait avec ses parents a changé à mesure qu’il a grandit, qu’il est devenu père de famille lui-même. On évoque l’éducation stricte des parents, qui est décrite comme asiatique. La deuxième génération essaie de comprendre la perspective de la génération précédente.

Une musique plutôt dramatique dans le fond d’interviews entre les parents de la première génération et les enfants de la suivante. Nous sommes en Australie et les thématiques sont toujours les mêmes : identité, race, intégration, exil, transmission de la culture, trauma, etc. La vidéo part de la dance des lions, de l’art martial vietnamien, Vovinam, et le jeune Australien-Vietnamien explique en quoi leur pratique lui a permis d’apprécier son héritage culturel. Les témoignages racontent la difficulté pour les parents à travailler, à parler la langue, à réunir suffisamment d’argent pour mettre à leurs enfants de poursuivre des études. Elvis fait alors des études de médecine mais rêve de devenir acteur et veut inspirer sa génération et la suivante, montrer que même pour un Vietnamien, un descendant d’immigré, c’est possible de percer.

“Everything that they went through, it forms my identity too”. (7:06)

Tout ce qu’ils ont traversé, ça forge mon identité aussi, dit-il, en évoquant les difficultés de ses parents, leurs traumas. Une courte vidéo qui met l’accent sur les déterminismes sociaux autant que sur le libre-arbitre d’une génération qui veut définir son identité.

 

 

Mapping past and present memory [EN]

[Version française]

Mapping Memory is the project of a collective of Asian people in Berlin. The aim of this initiative is to bring to light the presence and memory of people of Asian origin in the city of Berlin by collecting testimonies, memories, experiences that come in the form of texts of different literary forms, various images that invite us to discover, through intimate and family histories, what Asian people who live and grew up in Berlin actually experience. These are voices of the second generation who question their place in German society and their way of integrating their family and cultural heritage into the everyday landscape.

There are several interesting things to notice, to consider the choices and what they might mean or tell.

Firstly, unlike many works of memory on the diasporas, it is not a question of recounting history as such, that of previous generations. If, of course, the aspect of legacy and transmission is there, it is approached and presented in terms of its traces and effects on the present. This is a clear indication of the change in mentality of the new generations, who are not simply nostalgic about the past, but are seeking to interpret and appropriate it.

It is therefore not a question of mapping distant history, as some necessary and still too few initiatives can do (which offer other historical narratives of places, bringing to the fore the experience of social groups minoritized by the dominant and hegemonic vision of history), it is a question of mapping the “present” memory, in the sense that we are talking about the one experienced by the new generations. And the testimonies clearly show to what extent this memory of the children of immigrants is also always charged with traditions, cultural questioning and migratory paths of the parents to be valued, as the categorization shows.

The second aspect to focus on is the categorization chosen to navigate through these experiences: Denkmal/Memorials; Empowerment; Essen/Food; Generationen/Generations.

Places of memory are important places for people because of their cultural aspect. They are cemeteries, temples, special monuments that mark the memory. They are landmarks, points of return in which one invests. “To invest” refers here to the expenditure of a certain amount of energy to create and maintain a tie between the place and the memory, between the object and the symbol. This reminds us of the extent to which memory, culture and identity need material supports. This can, at the very least, be materialized by a restaurant, a plot of land or any place that recalls the elsewhere, the other-place that is not there but is invoked and performed in the present here. Several studies show how communities in diaspora seek to recreate a world that is both similar and different from the society they left behind. The famous Chinatown or Little Saigon testify to this. What is interesting in the experiences presented here is to see the diversity and subjectivity of the places of memory, the uses and meanings that can be given to them. Each relationship to a culture, a place is different and evolves over time. One can ask oneself for example how a trip to Vietnam (or any country of origin) with all that it brings as new experiences can then modify the memory and even the consciousness that one has of a place. I know that after living in Vietnam for several years, I pay much more attention to the tiny incursions of Vietnam in the French or Western public space in general. I notice the restaurants, the ways of being, the way the space is organized or not, by contrast.

The second category puts forward the concept of empowerment. It consists in highlighting the strength, the accomplishments of individuals as well as of communities that are often invisibilized, minoritized. Especially for Asian communities, which are represented through the model minority scheme, it is a question of presenting discourses that go against the image of docile, submissive, victimized people. It is a question of revalorizing people and cultures by demonstrating that common as well as singular experiences prove as much merit and value as the dominant models of success. By highlighting the struggles, the efforts, the sacrifices or the creativity of generations that integrate as best they can, we offer a new perspective that should inspire respect, pride, courage and hope. We understand all the more the interest of sharing these memories. The goal is to nourish a strength, a solidarity that can be lacking when we are isolated or when our voices are silenced.

The third category lists memories related to food, cooking. This is not surprising and a few words can be said about it too. Along with language, culinary savoir-faire is one of the few things that our parents or ancestors can take away and share on a daily basis. It is therefore, through what researchers call ordinary inculcation, a privileged vector in cultural transmission. At the individual and family level then, food is something that is concrete, easy to transmit and above all… delicious and symbolically rewarding. For many, cooking is also one of the few skills that is easy to value in the West, and this may explain why many families turn to the restaurant business. It is also a community space, a place of reunion, of exchange, a reference point for the communities. Finally, the kitchen is the privileged gateway for cultural exchanges, with all the delicate aspects that this can entail. Westerners are interested in Asia through food, which can have the advantage of familiarizing them with the taste, certain customs, and the sound of the language by including certain terms and names of dishes, for example. For this reason, it seems obvious that these places linked to food are anchor points for memory. Because we return to them regularly, because we see in them, as we have said, a miniature space of a culture to which we have little or no access; and because food is often associated with important figures (the mother, the grandmother), our memories of them are all the stronger.

The vision we have of previous generations is a category which, like the others, is not exclusive but overlaps with others. The memory we have of a place is a memory that is partly inherited, narrated, negotiated, questioned by and with or against our parents, or grandparents. There is no need here to dwell on the meaning of this category, which is already reflected in the previous ones. We can simply say that such a project can be read as a form of tribute to those who preceded us.

Finally, a last comment can be made on the panethnic aspect of such a project. Panethnic here means that it is not limited to a single ethno-national community (Viet, Lao, Khmer, Chinese, etc.). There are several simple reasons for this, which are important to mention. The first is that some people have multiple ethno-cultural heritages themselves. The second is that people having grown up in a multicultural environment, it is easier and more natural to claim a “broad” identity than to defend stato-national identities. Secondly, the current political context invites solidarity between the different social groups, the different sub-communities. This is in addition to the fact that the identities chosen are also sometimes responses to the identities suffered. Thus the very broad Asian category, if it encloses and reduces the diversity it contains, can, when politicized and directed autonomously, also open and nourish this diversity.

Hoping that these few lines will have made you want to know more, the site is, I remind you, in German and English:
https://mappingmemory.de/en/open-call/

Cartographier nos mémoires passées et présentes

[English version]

Mapping Memory est le projet d’un collectif de personnes asiatiques de Berlin. Le but de cette initiative est de visibiliser la présence et la mémoire des personnes d’origne asiatique dans la ville de Berlin en collectant des témoignages, des souvenirs, des expériences qui prennent la forme de textes de différentes formes littéraires, d’images diverses qui invitent à découvrir, par l’intime et l’histoire familiale, ce que vivent les personnes asiatiques qui vivent et grandissent à Berlin. Il s’agit donc des voix des deuxièmes générations qui se questionnent sur leur place dans la société allemande, et sur la manière d’intégrer leur héritage familial et culturel au paysage du quotidien.

On peut remarquer plusieurs choses intéressantes, s’interroger sur les choix et ce qu’ils peuvent signifier ou dire.

Premièrement, contrairement à de nombreux travaux de mémoire sur les diasporas, il ne s’agit pas de raconter l’histoire en tant que telle, celle des générations précédentes. Si, bien évidemment, l’aspect d’héritage et de transmission est présent, il est abordé et présenté sous l’angle des traces et des effets qu’il laisse dans le présent. Cela est manifeste du changement de mentalité des nouvelles générations qui ne sont pas dans une simple nostalgie face au passé mais dans une quête d’interprétation, d’appropriation.

Il s’agit donc de cartographier non pas l’histoire lointaine, comme peuvent le faire certaines initiatives nécessaires et encore trop peu nombreuses (qui offrent d’autres narrations historiques de lieux, remettant en avant l’expérience des groupes sociaux minorisés par la vision dominante de l’histoire), il s’agit de cartographier la mémoire “présente” au sens où l’on parle de celle vécue par les nouvelles générations. Et les témoignages montrent bien à quel point cette mémoire d’enfants de personnes immigrées est alors aussi toujours chargée de traditions, de questionnements culturels et de parcours migratoires des parents à valoriser, comme le montre la catégorisation.

Le second aspect sur lequel on peut s’attarder est donc la catégorisation choisie pour naviguer à travers ces expériences : Denkmal/Memorials ; Empowerment ; Essen/Food ; Generationen/Generations.

Les lieux de mémoire sont des lieux importants pour les personnes en raison de leur aspect culturel. Ce sont des cimetières, des temples, des monuments particuliers qui marquent la mémoire. Ils sont des points de repère, des points de retour dans lesquels on investit. Investir veut dire ici que l’on dépense une certaine énergie pour créer et maintenir un lien entre le lieu et le souvenir, entre l’objet et le symbole. Cela nous rappelle à quel point la mémoire, la culture et l’identité qui s’y rattachent ont besoin de supports matériels. Cela peut, à minima, se matérialiser par un restaurant, un coin de jardin ou tout endroit qui rappelle l’ailleurs, le lieu-autre qui n’est pas là mais qui est invoqué et performé dans l’ici. Plusieurs travaux montrent comment des communautés en diaspora cherchent ainsi à se recréer un monde, à la fois similaire et différent de la société quittée. Les fameux Chinatown ou Little Saigon en témoignent. Ce qui est intéressant dans les expérience présentées ici est de voir la diversité et la subjectivité des lieux de mémoire, des usages et des sens qu’on peut leur donner. Chaque rapport à une culture, un lieu est différent et évolue avec le temps aussi. On peut se demander par exemple comment un voyage au Vietnam (ou tout pays d’origine) avec tout ce qu’il apporte comme expériences nouvelles peut alors modifier la mémoire et même la conscience que l’on a d’un lieu. Je sais qu’après avoir vécu plusieurs années au Vietnam, je fais beaucoup plus attention aux infimes incursions du Vietnam dans l’espace public français ou occidental en général. Je remarque les restaurants, les manières d’être, la manière dont l’espace est organisé ou pas, par contraste.

La deuxième catégorie met en avant ce qui se traduit parfois en français par “empuissantement” ou “empuissanter” pour sa forme verbiale, bien que le concept en lui-même soi aussi utilisé en anglais pour le substantif (et l’on voit que les Allemands ont gardé cette forme aussi). Cela consiste à mettre en avant la force, les accomplissements des individus comme des communautés qui sont souvent invisibilisés, minorisées. D’autant plus pour les communautés asiatiques qui sont représentées à travers le schème de la minorité modèle, il s’agit de proposer des discours qui vont contre l’image de personnes dociles, soumises, victimes. Il s’agit de revaloriser les personnes et les cultures en montrant que les expériences communes autant que singulières montrent autant de mérite, de valeur que les modèles de réussite dominants. Par la mise en avant des combats, des efforts, des sacrifices ou de la créativité des générations qui s’intègrent comme elles peuvent, on offre un nouveau regard qui doit inspirer le respect, la fierté, le courage, l’espoir. On comprend alors d’autant plus l’intérêt de partager ces souvenirs. Le but est bien de nourrir une force, une solidarité dont on peut manquer en étant isolé ou quand nos voix sont silenciées.

La troisième catégorie répertorie les souvenirs liés à la nourriture, à la cuisine. Ce n’est pas étonnant et on peut en dire aussi quelques mots. Avec la langue, le savoir-faire culinaire est une des rares choses que nos parents ou ancêtres peuvent emporter et partager au quotidien. C’est donc, par ce que des chercheur.es appelleent l’inculcation ordinaire, un vecteur privilégié dans la transmission culturelle. À l’échelle individuelle et familiale alors, la nourriture est quelque chose qui est concret, facile à transmettre et surtout… délicieux et symboliquement valorisant. Pour beaucoup, la cuisine est aussi ainsi une des rares compétences qu’il est facile de valoriser en occident, et cela peut expliquer que de nombreuses familles se tournent vers la restauration. C’est aussi un espace communautaire, un lieu de retrouvailles, d’échange, un point de repère pour les communautés. Enfin, la cuisine est la porte d’entrée privilégiée pour les échanges culturels, avec tous les aspects délicats que cela peut entraîner. Les occidentaux s’intéressent ainsi à l’Asie par la nourriture, ce qui peut avoir l’avantage de les familiariser au goût, à certaines coutumes, à une sonorité de la langue par l’inclusion de certains termes et noms de plats, par exemple. Pour cette raison, il paraît évident que ces lieux liés à la nourriture soient des points d’ancrage de la mémoire. Parce qu’on y revient régulièrement, parce qu’on y voit comme on l’a dit un espace miniature d’une culture à laquelle on a, par ailleurs, pas ou peu accès ; et parce que la nourriture est souvent associée à des figures importantes (la mère, la grand-mère), nos souvenirs sont d’autant plus forts les concernant.

Le regard que nous avons sur les générations précédentes est une catégorie qui, comme les autres, n’est pas exclusive mais en recoupe d’autres. La mémoire que nous avons d’un lieu est une mémoire en partie héritée, racontée, négociée, interrogée par et avec ou contre nos parents, nos grand-parents. Nul besoin ici de s’étendre sur ce que signifie cette catégorie qui transparaît déjà dans les précédentes. On pourra dire simplement qu’un tel projet peut être lu comme une forme d’hommage à celles et ceux qui nous précèdent.

Enfin, un dernier commentaire peut être fait sur l’aspect panéthnique d’un tel projet. Panéthique ici signifie qu’il n’est pas borné à une seule communauté éthno-nationale (Viet, Lao, Khmer, Chinois, etc.). Cela s’explique par plusieurs raisons assez simples mais qu’il est important de rappeler. La première est que certaines personnes ont elles-mêmes de multiples héritages ethno-culturels. La seconde est que les personnes ayant grandi dans un environnement multiculturel, c’est plus facile et plus naturel de se revendiquer d’une identité “large” que de vouloir défendre des identités stato-nationales. Ensuite, le contexte politique actuel invite à des solidarités entre les différents groupes sociaux, les différentes sous-communautés. Cela s’ajoute au fait que les identités choisies sont aussi parfois des réponses aux identités subies. Ainsi la catégorie Asiatique, très large, si elle enferme et réduit la diversité qu’elle contient, peut, quand elle est politisée et dirigée de manière autonome, aussi ouvrir et nourrir cette diversité.

En espérant que ces quelques lignes vous auront donné envie d’en savoir plus, le site est, je le rappelle, en allemand et en anglais, de quoi inspirer d’autres projets, partout ailleurs !
https://mappingmemory.de/en/open-call/

Pour en savoir un peu plus sur la communauté vietnamienne en Allemagne, vous pouvez lire cet article :
Dépasser les clivages historico-politiques ? [Note de lecture]