Archives de catégorie : EN

“Je ne vois pas les couleurs”… mon œil !

“Je suis métisse”. “J’ai des origines”. “Je suis Eurasien”. “J’ai du sang vietnamien”.

Définir son identité aux autres répond à différentes exigences selon les situations et selon les personnes que l’on a en face de soi. En France selon les contextes je peux ne pas avoir besoin de “révéler” mon identité sans que cela m’empêche d’interagir, sans que cela n’interpelle. J’ai un physique et un passing blanc et mon nom de famille, bien qu’originairement vietnamien a lui aussi été francisé. Ma grand-mère a gardé son accent indochinois mais celui-ci a été effacé du patronyme pour mieux sonner français. Pour les esprits les plus convaincus ce name passing viendrait même m’ancrer dans le folklore breton. En effet si Lê Hoàng An ne semble guère laisser de doute, la police et le polissage assimilationniste (qu’il soit institutionnel, administratif et juridique ou inconscient et incorporé dans les esprits même par l’injonction à la norme) qui ont donné Le Hoangan me permettent de performer une identité bretonne autant que vietnamienne. Mais revenons aux apparences.

En France, il m’arrive très fréquemment qu’on me demande si j’ai des “origines”, souvent avec une phrase qui se veut bienveillante du genre “c’est juste par curiosité parce que ça m’intéresse mais t’es pas obligé de répondre”. Une fois que je révèle mon arbre généalogique j’ai souvent droit à un “oui, je me disais bien que…” ou alors “ouais, ça se voit un peu”… mais le plus gênant c’est quand je subis les pronostics de profilage racial du genre “j’aurais dit que tu étais plutôt sud-américain ou égyptien” ou alors “c’est vrai que t’as un côté asiatique” et autres. Dans ces moments-là les personnes cherchent à confirmer leur capacité à caractériser les personnes métisses, qui ne rentrent pas dans les cases.

Continuer la lecture de “Je ne vois pas les couleurs”… mon œil !

Conférence de Viet Thanh Nguyen – Madrid 2019

La MSA (Memory Studies Association) s’est réunie la semaine dernière pour un ensemble de conférences et discussions avec notamment une présentation d’ouverture du professeur et auteur Vietnamien-Américain Viet Thanh Nguyen dans laquelle il insiste sur une partie de son ouvrage Nothing ever dies Vietnam and the memory of War paru en 2016 (en anglais).

Le point de départ et la colonne vertébrale de son livre est l’idée que la guerre a lieu deux fois : une première fois sur le champ de bataille et une seconde dans les mémoires. Ainsi la guerre du Vietnam, telle que l’appellent les Etats uniens, n’est pas finie mais continue de faire l’objet d’une lutte. Si les Américains ont perdu la guerre sur le terrain, ils ont gagné la suivante en imposant leur vision du conflit et leur vision du Vietnam et des Vietnamiens.

Continuer la lecture de Conférence de Viet Thanh Nguyen – Madrid 2019