Qu’est-ce que le racisme (anti-asiatique) et comment lutter contre ? (1/2)

Début février j’ai été contacté pour m’exprimer sur la question du racisme anti-asiatique qui refait malheureusement surface avec, et plus rapidement que le virus Corona.

Voici l’article à lire et écouter en vietnamien iciTại Pháp, virus kỳ thị người châu Á lây lan nhanh hơn virus corona (En France, le virus du racisme anti-asiatique se propage plus rapidement que le virus Corona)

L’occasion pour moi de revenir sur quelques questions simples qui m’ont été posées mais essentielles sur la spécificité et les points commun du racisme envers les personnes asiatiques par rapport aux autres formes de racisme. Je partage donc mon point de vue ici.

Plusieurs choses ont été dites à ce sujet, notamment dans l’article suivant :

Ne me demandez plus si le racisme anti-asiatique existe vraiment – Grace Ly

Première partie : le racisme anti-asiatique en France.

Qu’est-ce que le racisme anti-asiatique en France ? D’où vient-il ?

Le racisme anti-asiatique a toujours existé en France même s’il prend des proportions particulières en ce moment. Il faut toujours différencier deux choses : le racisme d’une personne, d’un individu qui est souvent surtout moral et le racisme comme ensemble social de normes, de rapports de pouvoir, de discriminations.

Ce qu’on retrouve à l’échelle individuelle, qui constitue de la haine ou de la moquerie découle d’un imaginaire collectif qui renforce les discriminations à l’échelle collective, institutionnelle.
Cet imaginaire est hérité de l’époque coloniale et s’inscrit dans la ligne directe des théories de hiérarchies de la race. On le sait (!), les races biologiques n’existent pas, ce qui n’empêche pas le racisme d’avoir toujours été et d’être toujours aussi culturel. En effet c’est l’association d’un trait moral et culturel à un trait physique ou biologique qui caractérise le racisme.

Aujourd’hui si le racisme s’est transformé, son mécanisme reste donc le même : attribuer à une population (qui n’est plus définie biologiquement mais culturellement ou géographiquement – subtile esquive) des attitudes ou des valeurs morales. Cela va engendrer à l’échelle institutionnelle des discriminations, des différences dans la manière dont une personne sera prise en charge, considérée, jugée par la société et ses services. Ces différences très concrètes peuvent aller jusqu’à la mort : non seulement une personne non-blanche a plus de risque d’être tuée par la police, mais elle est statistiquement plus vulnérable quant aux soins que la société lui apporte (ou pas).

Ainsi le racisme anti-asiatique a toujours existé en France et sous de multiples formes. Il est vécu par les individus à travers des injures, des moqueries, des agressions, une absence de représentation, une réduction et une appropriation de nombreux traits culturels. Aujourd’hui particulièrement, la peur sanitaire n’est qu’un prétexte au déversement de haine et de mépris envers les personnes vues comme chinoises mais en fait, toutes celles qui sont apparentées à ce qui ne serait qu’une seule et même culture asiatique.

Le racisme anti-asiatique est souvent oral en France ? Pourquoi ? Comment les asiatiques réagissent-ils aux actes racistes contre eux ?

Aujourd’hui avec l’épidémie du virus, c’est l’occasion de voir à quel point l’amalgame entre tous les asiatiques reste affreusement fort. Cet amalgame n’est pas un simple manque de connaissance puisque les gens, un minimum cultivé, savent très bien que la Chine, la Corée, le Japon, le Vietnam sont des entités politiques, culturelles, géographiques et historiques distinctes. Qu’est-ce que cela traduit alors ?

Beaucoup d’insultes, que ce soient pour les asiatiques ou les autres, vont être des clichés, des images réductrices, des amalgames de la culture de l’Autre qu’on va juger comme inférieure et anormale. Les moqueries sont nombreuses, elles peuvent porter sur nos noms et prénoms, sur les langues qu’on parle, sur les vêtements, la nourriture, etc. Réduire l’Autre c’est au sens littéral et figuratif une manière de lui enlever de son pouvoir, de sa puissance, c’est le rabaisser. Inutile d’expliquer en quoi cela va de pair avec un désir narcissique symétrique de vouloir affirmer sa propre puissance (ressentie comme agressée, mise en danger…).

Ces dernières années il faut souligner au moins deux événements qui ont poussé la communauté asiatique à se faire entendre. Il y a eu l’assassinat par la police de Liu Shao Yao en mars 2017 qui a montré que le silence de la communauté avait des limites à ne pas dépasser. Aussi, le boycott d’un sketch de deux humoristes se déguisant et imitant des asiatiques (avec la pratique qualifiée de Yellowface par analogie avec le Blackface), a suscité la colère de la communauté asiatique en France. Il ne faut pas non plus négliger le combat de longue haleine de certains et certaines engagées dans des collectifs artistiques et/ou politiques qui porte ses fruits à une époque où la question de l’identité raciale, d’une manière générale, fait se mobiliser les gens.

Les réseaux sociaux et certains médias facilitent et mettent en avant la voix des asiatiques aujourd’hui en France, en ce moment notamment avec le hashtag #jenesuispasunvirus. Une particularité du racisme anti-asiatique c’est son invisibilisation, encore une fois du fait qu’on considère cette communauté comme bien intégrée et sans problèmes, et c’est pour cela qu’offrir des espaces qui révèlent la réalité de ce que peuvent vivre les asiatiques est nécessaire.

Quelle est la différence entre le racisme anti-asiatique et anti-arabes, anti-juif.ves, anti-noir.es … ?

Les racismes s’expriment de multiples façons et à tous les niveaux. À l’échelle individuelle et institutionnelle. Selon le faciès de la personne, ses papiers, son nom de famille, son genre, son niveau d’études, son lieu de résidence, etc. chaque personne va subir des formes de racisme plus ou moins grave selon les contextes. Les insultes et les réactions individuelles ne sont pas à négliger mais il faut regarder aussi les institutions. Les discriminations dont on parle touchent l’accès à l’emploi, au logement, aux services publics comme la santé ou l’éducation, la formation, etc. S’il y a des différences c’est à ce niveau là parce qu’il faut admettre que les asiatiques ne subissent pas autant de discriminations systémiques que les noirs ou les arabes mais une spécificité encore une fois du racisme anti-asiatique c’est son invisibilisation qui renforce d’une certaine manière les agressions quotidiennes par leur manque de prise en considération par la société.

La preuve en est avec la scandaleuse reprise de l’expression « péril jaune » faisant référence à la peur de l’impérialisme chinois. Pendant longtemps nous avons vécu avec le cliché du « Made in China » et l’idée des chinois comme de simples travailleurs pauvres à la merci des occidentaux. Mais tout le monde sait que c’est aujourd’hui la première puissance mondiale. Il y a ainsi dans le racisme un mélange de mépris autant que de peur. Cette expression est dangereuse puisqu’elle soutient l’idée d’une invasion, que celle-ci soit démographique, économique ou aujourd’hui sanitaire et virale.  Si certains humoristes, éditorialistes ou autres quidams se permettent avec les asiatiques des comportements qu’ils n’auraient pas avec d’autres, il faut toutefois se rassurer à l’idée que les voix des personnes concernées émergent et les limites de l’inacceptable s’affirment peu à peu.

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/02/2020

    […] sur les actions possibles et existantes à partir de l’analyse du racisme proposée en première partie. Voici donc quelques réflexions parmi […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search