« Je ne vois pas les couleurs »… mon œil !

« Je suis métisse ». « J’ai des origines ». « Je suis Eurasien ». « J’ai du sang vietnamien ».

Définir son identité aux autres répond à différentes exigences selon les situations et selon les personnes que l’on a en face de soi. En France selon les contextes je peux ne pas avoir besoin de « révéler » mon identité sans que cela m’empêche d’interagir, sans que cela n’interpelle. J’ai un physique et un passing blanc et mon nom de famille, bien qu’originairement vietnamien a lui aussi été francisé. Ma grand-mère a gardé son accent indochinois mais celui-ci a été effacé du patronyme pour mieux sonner français. Pour les esprits les plus convaincus ce name passing viendrait même m’ancrer dans le folklore breton. En effet si Lê Hoàng An ne semble guère laisser de doute, la police et le polissage assimilationniste (qu’il soit institutionnel, administratif et juridique ou inconscient et incorporé dans les esprits même par l’injonction à la norme) qui ont donné Le Hoangan me permettent de performer une identité bretonne autant que vietnamienne. Mais revenons aux apparences.

En France, il m’arrive très fréquemment qu’on me demande si j’ai des « origines », souvent avec une phrase qui se veut bienveillante du genre « c’est juste par curiosité parce que ça m’intéresse mais t’es pas obligé de répondre ». Une fois que je révèle mon arbre généalogique j’ai souvent droit à un « oui, je me disais bien que… » ou alors « ouais, ça se voit un peu »… mais le plus gênant c’est quand je subis les pronostics de profilage racial du genre « j’aurais dit que tu étais plutôt sud-américain ou égyptien » ou alors « c’est vrai que t’as un côté asiatique » et autres. Dans ces moments-là les personnes cherchent à confirmer leur capacité à caractériser les personnes métisses, qui ne rentrent pas dans les cases.

Au Vietnam, le contexte est différent. Je suis majoritairement reconnu comme un étranger, comme un blanc. Seulement lorsque je commence à interagir dans la langue locale, malgré un accent, je donne des indices qui aident les locaux à me situer. Parce qu’un touriste ou un immigré économique blanc (vulgairement appelé « expat ») ne parle que très rarement le vietnamien. Parce que l’histoire du pays est faite d’histoires de métissages. Ainsi pour beaucoup ma position sociale est une évidence et je suis facilement situé. Français d’origine vietnamienne. Người Pháp gốc Việt. C’est une évidence dans le sens où les métisses ont occupé des positions sociales très définies par le passé, et sont les fruits directs de l’histoire de la guerre encore récente.

J’avais remarqué en revanche que les Occidentaux, les Blancs, ont plus de mal à reconnaître ou admettre (là est toute la question) en moi des traits asiatiques. Et c’est là que nous en arrivons à cette étude publiée cet été 2019 qui a été recensée par Kristal Brent Zook sur le site zora.medium et dont j’aimerais faire un résumé en français ici. Cette étude vient répondre à l’éternelle ritournelle des humanistes « antiracialistes » qui ne voient pas les couleurs mais seulement des êtres humains. Qu’en est-il alors vraiment ?

Vous pouvez lire le billet original en anglais ici.

L’étude a été menée par une équipe de chercheur.ses du département de psychologie d’une université états-unienne (Norhtwestern) et regroupe 7 travaux portant sur un échantillon de 1100 personnes majoritairement blanches. Les universitaires ont étudié comment étaient perçus les métisses et quels étaient les stéréotypes qu’on leur attribue.

D’après leurs résultats ce qui caractérise le plus les métisses pour les personnes intérrogées, ce serait leur « pouvoir de séduction » ou leur « charme » (attractiveness).

De plus les personnes aux origines multiples (multiraciales) sont majoritairement vues comme en pertes de repères et en manque d’identité culturelle.

La chercheuse Kristin Pauker montre que les bébés métisses seraient, dès les 3 mois, capables de reconnaître plus facilement les visages que les bébés monoraciaux. Cela serait dû au bilinguisme et la nécessité de reconnaître des membres des familles aux visages plus variés.

« Il y a cette idée que les gens peuvent être individualisés sur un plus grand nombre d’aspects : l’identité de genre, l’identité sexuelle, l’identité raciale. C’est plus facile que cela n’a jamais été de parler des identités métisses mais aussi pour les gens de les reconnaître. »

Voilà ce qu’affirme Debbie S. Ma, une professeure qui a participé à l’étude.

Tandis que les personnes qui se définissent selon une seule origine seront correctement catégorisées à 90% du temps, ce chiffre chute à 13% pour celles qui ont plus de deux origines raciales. Les personnes biraciales seront identifiées avec un taux un peu plus élevé.

Les preuves montrent que notre système de perception est très bien capable de reconnaître des personnes métisses mais quand on demande aux gens, on préfère ne pas donner la bonne réponse. Les personnes qui affirment ne pas voir les couleurs les voient au contraire très bien.

En examinant d’un point de vue neurologique les réponses du cerveau des personnes soumises à des images de mariages mixtes, la partie du cerveau responsable du dégoût, l’insula, se déclenchait.

De plus, la recherche montre que les jeunes femmes s’identifient plus facilement comme métisses que les jeunes hommes. Le harcèlement, la dépression touchent davantage les populations métisses.

Les personnes métisses seraient plus enclines à se situer politiquement en dehors des parties et structures existantes bien que la question raciale soit en général une question moins prioritaire que les personnes qui revendiquent une seule race. Cela se résumerait à « plus de fluidité » à la fois en termes politiques et identitaires.

L’article rappelle la nécessité de faire des études spécifiques concernant la santé. Ce qui est déjà le cas pour les personnes racisées l’est a priori également pour les personnes métisses. Car bien que les races biologiques n’existent pas, nos corps et nos patrimoines génétiques sont différents et demandent des traitements médicaux parfois différents.

Le billet se termine sur une citation d’un membre de l’équipe de recherche, Gaither : « Je pense qu’il y a des expériences de vie distinctes que nous ne comprenons pas encore entièrement, surtout parce que notre société est toujours autant concentrée sur le fait de penser une seule race à la fois ».

Cette étude confirme plusieurs intuitions que j’avais. La première est de toute évidence le fait que celles et ceux qui ne voient pas les couleurs ont soit un sérieux problème ophtalmologique soit un problème psycho-social. Cette étude a été faite aux États-Unis mais peut s’appliquer, avec la prudence nécessaire, à la situation française. Les stéréotypes véhiculés sur les métisses et l’aveuglement de façade sont les symptômes d’une idéologie qu’il convient alors de déconstruire. La beauté qu’on attribue au mélange génétique n’est qu’une défense intellectuelle en réaction à la posture eugéniste, purificatrice. De plus je mettrai l’accent sur le fait que la perte d’identité n’est pas un phénomène essentiel du métissage mais résulte de situations où les multiples héritages culturels ou les multiples facettes des identités individuelles ne sont pas reconnues dans les sociétés d’accueil. Pour le dire plus simplement c’est le racisme qui touche les métisses. De manière parfois différente des autres personnes racisées certes mais le fond du problème est le même.

Cette étude m’a également confirmé l’idée d’approfondir la recherche sur les expériences vécues liées au concept de passing. Pour le dire simplement, le white passing est le fait pour une personne d’être catégorisée comme blanche, lui attribuant certains privilèges de la catégorie dominante. Or ce que j’ai vécu et ce que d’autres ami.es métisses m’ont confirmé ne peut se réduire à la seule expérience du white passing mais à ce qui serait plutôt une catégorisation vague, un panethnic passing dans certains cas qui se traduirait concrètement pas des phrases comme « tu as un air de… » où la personne qui est en face sait qu’elle a à faire à une personne métisse et lui attribue une identité plus générale comme asiatique ou sud-américaine. On m’a déjà supposé des origines de quasiment tous les continents, ce qui me pousse à parler donc de ce passing comme une expérience spécifique qui mériterait d’être plus amplement étudiée.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search