Fonderie de la Ruelle 1914

Cet article a été intégré au projet Asian Migration Map, cliquez ici pour découvrir une autre manière de lire la recherche, dans son contexte géographique et historique.

La Fonderie de Ruelle prend au cours de la guerre une expansion considérable.

Dès octobre 1914, de nombreux réfugiés du Nord et de la Belgique, plusieurs dizaines de femmes, viennent se joindre aux ouvriers ruellois qui, pour la plupart, en tant que travailleurs des arsenaux, ne sont pas mobilisables sur le front. Par manque de ressources, des mères, des femmes et des sœurs de soldats assaillent l’établissement de demandes d’embauche. En novembre 1915, la municipalité intervient en leur faveur, recommandant qu’on leur accorde la priorité, ce qui laisse entendre qu’un certain favoritisme existe au bénéfice des familiers du personnel.

Des prisonniers allemands, des Algériens, des Marocains, des Sénégalais, des Malgaches, des Chinois (il en arrive 200 en janvier 1917), des Italiens viennent travailler à la Fonderie. Un camp des Indochinois, dont il ne reste guerre de trace, avait été établi
derrière l’établissement, en bas de la route de Champniers. La consommation d’alcoolest en hausse et les rixes se multiplient entre nationalités. Les effectifs qui étaient d’environ 1.500 personnes atteignent 5 ou 6.000. Les conditions de travail et de salaire se dégradent considérablement. En mai 1917, 150 prisonniers allemands font grève pour revendiquer une prime et un jour de congé par semaine. Quelque temps après, des protestations émanent des travailleurs français.
Les équipes se relaient 24 heures sur 24 par factions de 12 h. Les règles de sécurité ne sont plus respectées et il ne se passe pas de semaine sans accident, parfois mortel. Les ouvriers sont maintenus en activité au-delà de l’âge de la retraite.
Au total, la Fonderie aurait fourni au cours de cette période plus de 10.000 t de canons de tous calibres, un nombre considérable d’obus, de douilles et de matériel militaire.
— Parallèlement, la Poudrerie paraît pulvériser les effectifs records atteints en région avec 14.500 personnes.
— À Châtellerault, le renouvellement des fabrications constitue un indice inquiétant du retard technologique accumulé. La Manufacture se met à construire la mitrailleuse
Saint-Étienne au rythme de 3000 / an ainsi qu’un nouveau fusil (1915). Signe très net de dépendance, des mitrailleuses sont bientôt construites sous licence anglaise Vickers.
Châtellerault sort également des canons de 155. Là aussi, la croissance des effectifs est considérable : en 1918, on dépasse les 7 500 personnes, dont 1 835 femmes et plus de
350 Indochinois mais aucun prisonnier allemand.

Source : https://www.entreprises-coloniales.fr/empire/VEPC2.pdf

Une poche importante d’immigrants chinois à Châtellerault.

L’immigration « chinoise » fut organisée par les pouvoirs publics, pendant et après la guerre, notamment pour les besoins de la M.N.C. (Manufacture d’Armement de Châtellerault).
Dans un message téléphonique au ministre de la reconstitution industrielle à Paris, le 6 mars 1919, il est fait état d’un effectif de 2 909 [484 Chinois mobilisés + 1 972 civils + 146
ouvrières et employées + 307 Chinois au chômage]. Cette population immigrée chinoise a été, dès le départ, l’objet d’une surveillance stricte.
Destinés à l’atelier de construction de Rennes et employés à Châtellerault jusqu’au 4 septembre 1916, ce contingent sera dirigé sur Rennes où les logements seront à cette date prêts pour recevoir ces ouvriers chinois.

On prit alors des mesures concernant l’alimentation, le pain chinois devant être remplacé par du pain français. Le riz resta toujours présent, ainsi que la viande et le poisson.
Il fallait fournir le combustible nécessaire à la préparation des aliments et au chauffage. Enfin, rappelons que les ouvriers chinois devaient être absolument isolés des ouvriers indochinois afin d’éviter entre ces deux groupes de travailleurs tout motif de conflit.

Source : http://barthes.enssib.fr/clio/acsehmr/poitoucharentefinal.pdf

Voir les articles sur Les Travailleurs Indochinois


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Le Hoangan (14 juin 2024). Fonderie de la Ruelle 1914. Rhizomes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11tx9


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.