La poudrerie basseau – Camp de travailleurs Indochinois

Cet article a été intégré au projet Asian Migration Map, cliquez ici pour découvrir une autre manière de lire la recherche, dans son contexte géographique et historique.

Angoulême: une ville dans le déni de son passé esclavagiste et colonial

https://blogs.mediapart.fr/stephane-calvet/blog/170620/angouleme-une-ville-dans-le-deni-de-son-passe-esclavagiste-et-colonial

Le passé indochinois oublié de la Poudrerie

Une partie de l’histoire de la Poudrerie va revivre au sein de la médiathèque de Bergerac. Du mardi 3 au samedi 21 avril, ce lieu très fréquenté, au cœur de la ville, « réveillera » le souvenir des travailleurs indochinois emmenés de force en France pour remplacer les hommes mobilisés, à quelques mois de l’entrée en guerre contre l’Allemagne. « Ils avaient de 20 à 30 ans, et la contrepartie versée à leurs familles, d’un milieu rural et pauvre, était infime par rapport à cette saignée d’une génération », raconte Pierre Daum, à l’origine de cette exposition (lire ci-dessous).

https://www.sudouest.fr/dordogne/creysse/le-passe-indochinois-oublie-de-la-poudrerie-9230629.php

Angoulême : mémoires de quartiers et politiques urbaines

  • Basseau : hier, aujourd’hui : mémoire collective d’un quartier d’Angoulême, Association de coordina (…)
  • Le récent ouvrage d’un sociologue (Lapeyronnie, Didier, Ghetto urbain, Robert Laffont, Paris, 2008) (…)

Avec la plaine d’Ozon à Châtellerault, nous abordons une réalité plus contemporaine qui renvoie aux quartiers dits parfois “d’exil” que constituent les zones urbaines sensibles. Parmi ces quartiers, celui de Basseau et de la Grande-Garenne, à l’ouest d’Angoulême, mérite d’être évoqué à plus d’un titre : symbole du quartier de relégation et des représentations négatives associées localement aux quartiers populaires périphériques, il est saisi de l’extérieur par l’opinion publique comme par les médias sous un stéréotype globalisant et imprécis du ghetto. Ce quartier de 5 300 habitants (avec seulement 10 % d’immigrés aujourd’hui) résume pourtant une soixantaine d’années d’histoire locale de l’immigration. D’abord constitué du camp des travailleurs indochinois en 1940 puis abritant des prisonniers allemands, le camp de Basseau se transforme en quartier populaire avec l’installation, au cours des années 1950, de nombreux “squatters” dans les baraques. Parmi ceux-ci, populations nomades sédentarisées, réfugiés espagnols, premiers immigrés algériens mais aussi de nombreuses autres personnes venues des campagnes proches, travaillant aux papeteries ou à la poudrerie. Les pouvoirs publics vont intervenir progressivement en construisant des cités remplaçant l’habitat spontané. Des populations ethniquement de plus en plus diversifiées vont s’y installer et y expérimenter de multiples opérations architecturales, les politiques successives de logement ou de développement social des quartiers étant parfois vécues comme des ruptures. Avec les délocalisations industrielles et la montée du chômage, ce quartier symbolise aujourd’hui l’anomie et la crise. Pourtant, une riche vie sociale et culturelle et les initiatives d’habitants et de militants de l’action sociale ont donné lieu par deux fois, au cours des années 1980 et très récemment, à la publication d’ouvrages qui rendent justice à la mémoire de l’immigration, intimement liée ici à une mémoire ouvrière12. Pour certains, cet ancrage dans l’histoire et la solidarité interethnique en devenir qui s’y exprime constituent un fort potentiel pour le quartier, gâché par la surenchère publique autour du communautarisme13. Basseau constitue un analyseur de la société dite “d’accueil” et de ses politiques publiques, n’échappant ni à la mise à distance des populations stigmatisées, ni au déni des discriminations ordinaires qu’elles y connaissent depuis plusieurs décennies. La mémoire locale des immigrations, riche mais largement méconnue, se présente ainsi comme une occasion ratée ou un outil négligé de développement social et de valorisation des populations.

in Pierre Billion, Antoine Dumont y Julie Garnier«Poitou-Charentes»Hommes & migrations, 1278 | 2009, 142-153.

https://blogs.mediapart.fr/stephane-calvet/blog/170620/angouleme-une-ville-dans-le-deni-de-son-passe-esclavagiste-et-colonial

Mémoire : ANGOULÊME: LA POUDRERIE, ENJEU DES MUNICIPALES

L’ancienne poudrerie d’Angoulême sera enfin dépolluée en juillet. 10% de la ville prêts à accueillir des projets. Les candidats aux municipales se positionnent.

Un dixième de la surface d’Angoulême totalement inexploité. Le chiffre donne le vertige. C’est pourtant une réalité: la dépollution de l’ancien site de la Société nationale des poudres et explosif (SNPE) s’achèvera en juillet, laissant libre ces 177 hectares de verdure qui s’étendent après les Trois- Chênes, à Basseau.

https://www.charentelibre.fr/charente/angouleme/angouleme-la-poudrerie-enjeu-des-municipales-5990388.php?csnt=19017bc1cff

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Le Hoangan (14 juin 2024). La poudrerie basseau – Camp de travailleurs Indochinois. Rhizomes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11tx8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.