Lettre d’Info #1 – Avril/Mai 2024

Cela fait plusieurs années que j’ai commencé à partager des notes de recherche sur ce carnet en ligne. La publication y est irrégulière autant en termes de fréquence que de qualité ou forme des contenus. C’est aussi cette diversité qui donne à cette plate-forme sa richesse. La liberté éditoriale repose sur une souplesse, une auto-discipline.
Cela fait également plusieurs années que nous utilisons les réseaux sociaux et que nous sommes bombardés d’images, de sons, de textes, de liens. Si nous devons nous féliciter de la prolifération de contenus, nous devons veiller à la façon dont nous pouvons et devons en prendre soin en même temps que nous prenons soin de nous-mêmes.
Chacun.e d’entre nous consomme donc des tonnes d’informations. Depuis le début, ce blog a eu pour but d’enregistrer, de faciliter l’accès, de rendre visible les ressources concernant un nombre large de questions liées aux identités politiques et culturelles, aux rapports sociaux de race, de classe, de genre, et à la recherche sur les diasporas, les mémoires, l’histoire ou les sciences humaines en général.
Pour essayer de prendre du recul sur l’instantanéité des algorithmes, je m’essaie donc à un nouveau format, plus long, plus lent qui s’apparente à une lettre d’information dans laquelle je partagerai mes recherches du moment. Justement parce que nous consommons parfois trop rapidement les sources sans prendre le temps de les digérer, cet exercice de style particulier de recension sera l’occasion de dialoguer, discuter avec ces sources. Ce sera aussi une forme qui se rapproche alors encore plus du carnet de recherche comme journal presque intime, dans lequel on s’autorise à livrer des pensées encore en germes – à la différence que la conscience de publication pousse l’auteur à un niveau d’exigence supérieur. Les références mentionnées sont en bibliographie à la fin ou en liens directs.
Au sommaire :

Des airs de famille : mémoires croisées du Vietnam – Rennes le 18 mai 2024

Après plusieurs mois de discussions, création et un week-end de répétition au foyer vietnam, nous avons enfin présenté notre format hybride de conférence spectacle qui offre des moments de discussions et permet aux artistes de présenter leurs créations et de collaborer sur des morceaux de chant, musique ou danse qui interrogent les récits des familles, la mémoire et l’histoire du Vietnam et de l’exil.

Lectures : la littérature diasporique vietnamienne

Depuis le début de mes recherches, je n’ai pu passer à côté des productions littéraires qui amènent naturellement à la question du genre particulier qui se constitue comme la littérature diasporique. On y retrouve les thèmes de mémoire qui fait écho au style de mémoire ou “memoir” en anglais, qui mélange parfois fiction au récit de vie et l’autofiction. Pour aborder ces questions, on peut lire les travaux d’Isabelle Thuy-Pelaud, cofondatrice du réseau DVAN.

Ces derniers temps j’ai pu lire premier roman de Céline Pin, Les âmes errantes, qui m’a inspiré un article dans lequel je discute des thèmes abordés, l’occasion de nous intéresser plus en détails à la fois sur l’histoire de la migration vietnamienne en Angleterre mais aussi sur la migration contemporaine et les réseaux de traffic humain en Europe. J’espère ainsi débuter une série de recensions littéraires qui seront un prétexte à discussions socio-anthropologiques concernant les différentes diasporas vietnamiennes à travers le monde.

Les Âmes errantes : Cécile Pin par sa traductrice Carine Chichereau

Ces histoires de fantômes et de littérature diasporique font écho au roman de Lê Thi Diem Thuy, non traduit et peu connu qui m’a été recommandé qui s’appelle The Gangsters We Are Looking For.
Dans le même esprit j’ai lu Sous le ciel qui brûle de Hoai Huong Nguyen et Wo auch immer ihr seid de Khuê Phạm, journaliste pour Die Zeit qui a signé son premier roman, une auto-fiction largement inspirée de sa propre vie et surtout celle de son père et son oncle. Cela s’inscrit dans une lignée de romans qui mettent en scène une génération d’exilé.es, fuyant la guerre dans des contextes différents et mettant en lumière des dynamiques mémorielles, familiales et stratégies d’intégration différentes selon les pays d’accueil, les parcours professionnels et les aléas de la vie. Il est souvent question de trauma, de deuil, d’espoirs et de désillusions. Je reviendrai dans deux articles notamment sur le roman de Céline Pin et celui de Khuê Phạm qui donnent à voir une histoire de la migration vietnamienne en Angleterre et en Allemagne, relativement peu connue en France.

Débats sur l’histoire et la mémoire de l’époque coloniale sur le devant de la scène

Dans le cadre du séminaire de recherche de l’Institut d’Asie Orientale, Christopher Goscha est intervenu pour aborder la questio
n suivante : « L’asymétrie mémorielle Algérie-Indochine en France : ou comment expliquer l’oubli indochinois ? ». Lors de sa présentation, il revient sur les arguments qu’il avait déjà abordé dans son article sur le sujet (Son ouvrage majeur d’histoire du Vietnam, en anglais, est une référence, voir Bibliographie).
Les historiens Pascal Blanchard et Benjamin Stora ont discuté dans un double entretien de la question de la mémoire de la colonisation en rappelant certains éléments évoqués par Goscha. Il faudrait y ajouter des élements sociologiques contextuels, notamment concernant les dynamiques de mémoire prorpres à la diaspora vietnamienne.  Notons par exemple que le désintérêt apparent pour la question coloniale indochinoise tient en partie au fait que les rapatriés d’Indochine étaient du côté français, c’est-à-dire des colons, et n’ont donc aucun intérêt personnel à faire valoir une mémoire de victime (celle en partie portée par le gouvernement vietnamien) qui n’est pas la leur.

Toujours à l’occasion de l’anniversaire de Dien Bien Phu, des numéros hors-série et des discussions ont été organisées. Pour la sortie du Hors-Série du Nouvel Obs, la journaliste Doan Bui avait alors organisé plusieurs tables-rondes dont le replay est disponible sur Youtube (ci-dessous).

Concernant cette actualité des débats mémoriels, on peut lire l’édito des Cahiers du Nem qui appelle à dépasser une binarité des positions, à lire ici. Le point de vigilance le plus important est de ne pas tomber dans la caricature qui consiste à dire que le gouvernement essaierait de cacher aju public les crimes du colonialisme. Il n’en a simplement aucun intérêt, comme tout pouvoir ou même toute personne cherche toujours à oublier ses mauvais côtés. Voir l’oubli comme une logique machiavélique nous fait passer à côté des dynamiques de mémoires plus complexes que le simple rapport de force. Pour cela, nous pouvons lire, entre autres, Connerton et les formes de l’oubli (en anglais).
C’était aussi l’occasion pour les chaînes de télévision de diffuser des reportages inédits :

Soutenance de thèse d’Antoine Lê, “Ceux du Sud”

Le jeudi 30 mai avait lieu la soutenance de sa thèse intitulée : “La recherche politique d’une autonomie stratégique. La construction de l’appareil d’État révolutionnaire du Sud (COSVN) dans un contexte de guerre civile au Viêt Nam, 1954-1976″

Le jury était composé de :

Benoît DE TRÉGLODÉDirecteur de recherche, IRSEM/CASEDOAN Cam ThiProfesseure des Universités, INALCOSabine DULLIN, Professeure des Universités, Sciences Po ParisChristopher GOSCHAProfesseur, Université du Québec à Montréal, François GUILLEMOTIngénieur de recherche, CNRSAndrew HARDYDirecteur d’études, EFEO/CASE, et Pierre JOURNOUDProfesseur des Universités, Université Paul Valéry Montpellier 3. (Voir Bibliographie à la fin)

Au-delà du rituel académique, notons l’immense richesse des échanges qui ont eut lieu et qui ont permis d’apprécier le caractère “innovant, inédit, original” du travail de l’historien qui “fera date”. Nous en reparlerons certainement très prochainement car ce travail majeur va bousculer l’histoire et donc, on l’espère, la mémoire des diasporas vietnamiennes.

La lutte contre le racisme anti-asiatique

Je suis intervenu dans le cadre du Séminaire PoPAsie 2024 pour présenter une partie de mes travaux sur les discours des jeunes générations et montrer en quoi ils s’inscrivent dans la pensée postcoloniale ou décoloniale. L’expérience de racisme est notamment un des vecteurs de transformation des positions de la diaspora vietnamienne. La première génération était divisée sur le plan idéologique Est-Ouest ou communiste/capitaliste pour le dire simplement, mais les deuxièmes générations qui ont grandi en France ou dans d’autres pays occidentaux sont clairement plus réceptifs à de nouveaux discours, notamment féministes et antiracistes.
Cette question de l’antiracisme a été traitée lors d’un débat organisé par le MCFV au cours duquel j’ai eu le privilège d’intervenir et de discuter avec d’autres personnes d’origine vietnamienne. L’échange a été pensé et animé par Linh Lan Dao. Les échanges ont reflété le niveau de conscience de la communauté concernant le racisme vécu et peut-être aussi le manque d’outils et de concepts pour penser l’action contre ce racisme.
J’en profite pour repartager les quelques billets sur ce sujet ici.
Sur cette question et la montée de l’extrême-droite, on peut lire l’article Khuê Pham en Allemagne.

Communautés asiatiques

Le projet Paris Mosaïque de Cheryl Zhang

Ce projet porte le nom d’un cours enseigné par la professeuse Christelle Taraud qui a pour objet l’histoire des communautés diasporiques de Paris. À voir sur le site www.parismosaique.fr

Génération panasiatique

“PolAsie a soutenu un événement de lancement de l’association Génération panasiatique. L’événement, qui s’est déroulé le 16 mai à Paris, portait sur les enjeux et l’engagement de la jeunesse asiatique. Autour de deux tables rondes, les intervenant-e-s ont tenté de répondre aux questions : pourquoi et comment s’organiser pour les jeunes générations ? Comment la jeunesse asiatique s’engage aujourd’hui ?”

L’activité scientifique ailleurs

Le procès Tran To Nga a eu lieu le 7 mai. Des rassemblements de soutien ont été organisés par le Collectif Vietnam Dioxine (CVD) dans plusieurs villes autour de cette date. À Lyon, au siège de Bayer-Monsanto, malgré la pluie, quelques militant.es de diverses organisations politiques et syndicales ont répondu à l’appel de l’AAFV locale.
Le CVD organisait le 26 mai un rassemblement à République contre Monsanto qui a réuni des organisations écologiques, partis et initiatives diverses. Étaient présent également des membres de l’Observatoire Terre-Monde qui a sorti le premier numéro de sa revue Plurivers aux éditions du commun.

Cinéma

Le film Việt and Nam est diffusé seulement dans quelques salles à Paris (on espère pour l’instant).

Le lancement de la revue Face B de Bissai Media

Bissai Media et Faces Cachées Editions collaborent pour publier Face B, une revue qui célèbre les multiples héritages culturels en France. Commandez le premier numéro qui paraîtra en automne 2024 !

Faisant le constat que les débats et le récit collectif s’axent autour de la banalisation du racisme dans tous les espaces de la société, le projet Face B renoue à sa façon avec une histoire, mais surtout, une mémoire donnant la parole aux personnes concernées pour célébrer la diversité qui existe sur le territoire français et créer des archives à transmettre aux générations futures. L’enjeu est d’opérer une mise en lumière des angles morts et des non-dits en donnant une place centrale aux récits et vécus des personnes issues des diasporas afro-descendantes, asiatiques et nord-africaines.

Découvrez BISSAI MEDIA et soutenez le projet : lien vers crowdfunding du projet

Appels à participation !!

Nous avons besoin de vos témoignages !

Suite de mes recherches sur les identités, mémoires et diasporas

Pour la suite de mon travail de recherche et la préparation d’articles scientifiques sur les dynamiques mémorielles dans les familles d’origine vietnamienne, n’hésitez pas à me contacter si :

  • vous voulez partager votre expérience concernant le rapport au décès, la mort, le deuil et la façon dont cela affecte ou pas votre rapport à la mémoire.
  • vous voulez partager votre rapport à la langue, l’intégration et particulièrement l’accent dit “vietnamien” et ses représentations.
  • vous avez des écrits personnels dans votre famille (mémoires écrits, journal intime, correspondances, essais édités ou non…).

“Boat People” de Marine Bachelot-Nguyen

Boat people est un vaste projet d’écriture et de théâtre qui veut explorer l’histoire et la mémoire des « peuples des bateaux », et leur présence constitutive au sein de la population française. L’expression fait référence aux « boat people » venus du Sud-Est Asiatique (Vietnam, Cambodge) pour s’installer en France et dans d’autres pays occidentaux comme réfugiés politiques, dans la seconde moitié des années 1970. Le terme fait plus largement référence à d’autres communautés arrivées en France par bateau.

Marine Bachelot Nguyen souhaite entamer un travail de recueil de témoignages, de recherches historiques et sociologiques sur le sujet des boat people. Outre la dimension qui lui permet de continuer à explorer l’histoire du Viêtnam (déjà présente dans Les ombres et les lèvres ou Circulations Capitales), c’est aussi l’histoire et la naissance de l’humanitaire français et international qui peut être abordée à travers ce prisme.

Bibliographie sélective complémentaire

  • Connerton, Paul, « Seven types of forgetting », Memory Studies, vol. 1, no 1, janvier 2008, p. 59‑71.
  • Đoàn, Câm̀ Thi, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010.
  • Goscha, Christopher E., Vietnam: a new history, New York, Basic Books, 2016.
  • Guillemot, François, Viêt-Nam, fractures d’une nation: une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, France, s. d.
  • Hardy, Andrew, « Les dynamiques sociales des migrations vietnamiennes et le faux paradoxe du « pays natal » (quê hương) », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, vol. 97/98, 2010, p. 151‑183.
  • Journoud, Pierre, Un triangle stratégique à l’épreuve: la Chine, les États-Unis et l’Asie du Sud-Est depuis 1947, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2022.
  • Lê, Thi Diem Thúy, The gangster we are all looking for, First Anchor Books edition, New York, Anchor Books, 2004.
  • Nguyen, Hoai Huong, Sous le ciel qui brûle, Paris, Viviane Hamy, 2017.
  • Pelaud, Isabelle Thuy, This is all I choose to tell: history and hybridity in Vietnamese American literature, Philadelphia, Temple University Press, 2011.
  • Pham, Khuê, Wo auch immer ihr seid, BtB, 2021.
  • Pin, Cecile et Chichereau, Carine, Les âmes errantes, Paris, Editions Stock, 2023.
  • Stora, Benjamin, France-Algérie: les passions douloureuses, Paris, Albin Michel, 2021.
  • Tréglodé, Benoît de (dir.), Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, France, Éditions de la Sorbonne, 2018.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Le Hoangan (4 juin 2024). Lettre d’Info #1 – Avril/Mai 2024. Rhizomes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rkr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.