Sociologie du retour des diasporas (3) – le Hajj, du sacré au séculaire

Cette série s’inscrit dans notre travail de recherche sur les mobilités des diasporas, notamment sous l’angle des questions mémorielles.
Cette recension est consacrée à l’article de Carol Delaney, « The Hajj : sacred and secular ».

Cet article s’avère particulièrement intéressant pour penser le retour sous le prisme du pèlerinage.
Parce que les retours sont en général bien organisés, pendant le temps libre des vacances estivales, cela suscite un intérêt particulièrement sur plusieurs mois, s’étalant du moment qui précède le départ à celui qui suit le retour. La préparation autant que le récit du voyage sont des moments d’échange qui font partie de l’expérience en tant que telle.

Une réflexion très intéressante concerne la manière dont la Mecque est incorporée, incarnée dès le plus jeune âge, par le fait de se tourner vers elle pour les prières, notamment. Dans le cas d’autres diasporas, non religieuses, on peut se demander alors de quelle manière le lieu d’origine est lui aussi incorporé, de quelle manière il se manifeste. On pense alors d’abord aux enclaves : le pays est recréé à petite échelle dans des quartiers, par regroupement, par rapprochement des familles et constitution de Little Saigon ou de Chinatown. Par extension, on pourrait penser que le lieu d’origine est rappelé à travers la culture, mais on perd de la force qui est présentée dans l’exemple de la Mecque. Le fait de se tourner, physiquement, tous les jours vers un endroit qu’on ne connaît pas, nous donne une première connaissance, un premier rapport au lieu, qui semble inédit dans ce cas. En revanche, on peut penser qu’à l’inverse, c’est le tabou lié au retour ou alors son interdit, qui ancre d’une certaine manière le lieu chez certaines familles d’origine vietnamienne.

La dimension particulière du Hajj tient également de son caractère unique, exceptionnel, non seulement pour la personne qui effectue le voyage certes en solo mais pour toute la communauté qui célèbre le départ et l’arrivée et l’accompagne spirituellement. L’investissement financier que représente un tel voyage est récompensé par le gain en capital social acquis lors du retour (surtout les hommes). C’est un événement qui est censé susciter le sentiment d’unité au sein des croyants. Ceux-ci pourtant peuvent sentir la distance qui les sépare d’autres personnes venues d’autres pays, parlant d’autres langues, ayant d’autres coutumes.

Le pèlerinage “séculaire” des Turcs qui reviennent au village natal semble suivre une logique similaire. Le départ est célébré par la communauté, on y collecte des cadeaux à emporter. C’est une forme d’investissement attendu que l’on retrouve dans beaucoup de relations diasporiques transnationales. Ce voyage est aussi l’occasion de réaffirmer une identité, à partir du village et de la famille. On note une idéalisation du pays d’origine, avec un accent sur le climat, la nourriture, le cadre de vie.

 

Référence :

Delaney, Carol, « The Hajj : sacred and secular », American Ethnologist, vol. 17,  no. 3, août 1990, pp. 513‑530.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search