Sociologie du retour des diasporas (2) – Le pèlerinage, du sacré au séculaire

Cette série s’inscrit dans notre travail de recherche sur les mobilités des diasporas, notamment sous l’angle des questions mémorielles.
Cette recension résume et commente le travail de Rebecca Robin, « Pilgrimage and Purpose: Ancestor Research as Sacred Practice in a Secular Age », publié en 2021.

Dans notre recherche sur les pratiques de retour, il nous est paru nécessaire d’interroger les pratiques qui se rapportent au pèlerinage. Si le concept est d’abord religieux, sa dimension sacrée et donc sa force symbolique s’applique aussi à d’autres communautés et d’autres contextes plus séculaires. C’est précisément ce questionnement qui est au cœur d’un article dont la problématique est à la fois originale et directement en lien avec notre recherche : en quoi la pratique généalogique répond-elle à un déclin du religieux ? Si la sécularisation ne peut expliquer la totalité des pratique de mémoire familiale, la mise en perspective des dynamiques religieuses traditionnelles nous invite à porter un regard nouveau, inédit, à la fois sur la généalogie dans son ensemble mais également sur le retour en particulier. Ainsi, le déclin du religieux n’implique pas forcément la montée de l’individualisme mais la recherche de sens dans d’autres récits et d’autres formes de communautés. La relecture d’une littérature consacrée aux mobilités de retour font de cette contribution récente (2021) un passage obligé !

Le premier argument est de dire que les histoires de famille jouent un rôle similaire que les textes sacrés, qui sont transmis de générations en générations et qui procurent un sentiment d’appartenance à une humanité dans son ensemble. Les récits mettent en scène la question de soi et de l’autre, de sa place dans la famille et la société. Les objets qui forment l’héritage ont aussi un caractère de patrimoine sacré. Leur valeur n’est pas marchande mais symbolique car ils représentent l’histoire et la continuité avec les ancêtres. Ainsi, le récit familial renforce le sentiment de soi, l’individualité qui est ancrée dans une identité narrative (Ricœur) et peut plus facilement faire face aux défis rencontrés. Le fait de savoir que d’autres, avant nous, dans notre famille, ont vécu telle ou telle chose, nous donnerait de la force et du courage, mais aussi de la reconnaissance.

“La tradition du conte inhérente à tant de traditions religieuses a servi, et à travers de nombreuses communautés sert encore, comme un moyen d’engendrer cette révérence, de faire revivre le passé à travers le pouvoir du récit.” (Robinson, 2021, p. 5)

Le pèlerinage est ensuite entendu comme un voyage sacré. Celui-ci se retrouve dans de nombreuses traditions religieuses (bouddhisme, judaïsme, islam, catholicisme,etc.). Le camino ou le chemin de Compostelle est un exemple, un prototype de pèlerinage populaire même parmi les personnes les moins croyantes ou non-croyantes. Ce pèlerinage montre une forme de sécularisation du sacré, ou de “patrimonialisation de la religion”. Cela signifie que ce genre d’expérience garde une dimension de “voyage personnel de découverte de soi”. L’autrice fait remarquer un certain nombres de points très intéressants qu’il faut relayer. D’abord, les motivations sont multiples et dépendent de chacun.e ; et les attentes sont plus ou moins fortes. Certain.es attendent de trouver des réponses concernant leur identité, d’autres viennent par curiosité. Deuxièmement, même si le lieu n’a pas été visité depuis plusieurs générations, il y a toujours un sentiment de “retour” à la fois spatial et temporel, géographique et historique. Ensuite, il y a pour certain.es la volonté de “marcher dans les pas de ses ancêtres” c’est-à-dire non seulement voir mais également faire l’expérience de ce qu’ils ont vécus. Comme pour les artefacts, la valeur d’un endroit est avant-tout symbolique et personnelle.

Enfin, on étudie les pratiques de rassemblements sacrés (sacred gatherings) don un exemple peut être la messe. Dans la sphère familiale, nous nous rassemblons également pour de nombreux événements : naissances. anniversaires, mariages, fêtes, etc, autant de moments qui sont également marqués par certains rituels (comme souffler les bougies d’un gâteau, décorer un sapin, etc.). Ainsi, la recherche généalogique ou le travail de mémoire renforce le sentiment d’appartenance à la famille, autant passée que présente, et incite à participer davantage à des événements de ce type. En retour, ces rassemblements et réunions de famille sont l’occasion d’avoir accès à d’autres récits qui nourrissent le travail de mémoire.

Ce court article qui n’apporte pas de nouveaux résultats empiriques mais invite à penser des phénomènes sous un prisme nouveau vient confirmer notre intuition et notre envie de penser le pèlerinage dans ses formes qui se rapprochent du sacré, de la quête de sens. La mise en relation de ces différentes dimensions : le récit, le retour et le lien avec la famille sont des élements importants dans la compréhension des dynamiques du travail de mémoire.

Référence :

Robinson, Rebecca, « Pilgrimage and Purpose: Ancestor Research as Sacred Practice in a Secular Age », Genealogy, vol. 5,  no. 4, décembre 2021, p. 90.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search