Sociologie du retour des diasporas (1) – Revenir au bled

Cette série s’inscrit dans notre travail de recherche sur les mobilités des diasporas, notamment sous l’angle des questions mémorielles.
Cette recension est consacrée à l’article de Jennifer Bidet, « Revenir au bled. Tourisme diasporique, généalogique, ethnique ou identitaire ? »

Quel est le sens du tourisme diasporique pour les Algérien.nes de France ?

Pour répondre à cette question, l’article analyse le lien entre tourisme et diaspora dans un premier temps, puis s’intéresse au cas spécifique des pratiques de vacances de la diaspora algérienne, pour interroger le concept même de “retour au bled” au fil des générations.

On rappelle les types de liens entre tourisme et diaspora : (1) le retour de la diaspora vers le pays d’origine ; (2) la visite du pays d’origine vers la diaspora ; (3) le voyage vers des lieux tiers (camps de réfugiés au Pacifique dans le cas des Vietnamien.nes) ; (4) espaces de vacances de la diaspora dans le pays d’accueil. Cette typologie est tirée des travaux de Tim Coles et David Timothy. L’autrice y ajoute le tourisme d’exotisme suscité par la diaspora et mentionne l’attrait des Chinatown comme exemple.

On peut mentionner la possibilité d’étudier l’action des pouvoirs publics et institutions dans l’organisation et la structuration de ces mobilités, ici l’étude s’intéresse au point de vue de la diaspora. Le tourisme identitaire se distingue alors du tourisme généalogique (ou “ancestral”, ou “des racines”). Le premier vise la découverte du pays et de la culture, le second cherche à établir une filiation, à retrouver les traces concrètes d’ancêtres. Dans un cas il y a une coupure radicale avec la terre d’origine, ce qui n’est pas le cas, en général, des familles algériennes. La chercheuse s’appuie sur une définition de l’ethnique comme pratique dirigée vers les membres de sa propre communauté pour qualifier le tourisme VRF Visiting Friends and Relatives de tourisme ethnique qu’il faut chercher à analyser.

Les personnes interrogées partent pour voir de la famille majoritairement (82%), sont hébergées dans des logements secondaires ou chez de la famille, et restent plus longtemps que le temps moyen de vacances des Français.es. Pour autant, ces pratiques évoluent. Les voyages s’effectuent aussi en avion et les séjours peuvent être plus courts mais aussi plus fréquents, s’éloignant aussi du cadre familial.

“Ces cas restent minoritaires mais montrent les aménagements qui sont faits entre vacances «familiales» et vacances balnéaires (plage) ou culturelles (visites de villes, de sites touristiques).” (Bidet, 2009, p. 24)

La différence entre les générations est discutée. Les plus anciennes veulent revenir tous les ans, par habitude ou devoir et pas forcément dans une optique de “vacances” (le concept étant peu répandu en Algérie avant) tandis que les plus jeunes voyagent aussi ailleurs et “n’ont pas le même rapport au pays d’origine”.Ces différences sont accentuées par la classe sociale et le niveau de vie qui diffère entre les générations. Pour une même personne, le retour au bled peut être vécu de façon différente selon les périodes de la vie : comme des vacances (plus ou moins contraintes) à l’enfance qui prennent un sens tout autre à l’âge adulte où il symbolise le retour aux origines.  C’est aussi l’exotisme perçu par les jeunes générations qui peut donner un côté “vacances” au retour.

Cette position de tourisme que certain.es préfèrent adopter semble permettre de “dépassioner” le rapport au pays d’origine, ce qui est à comprendre comme la possibilité de ne pas souffrir d’attentes impossibles à satisfaire aussi, que ce soit vis-à-vis de la famille ou vis-à-vis de sa propre identité.

Cer article nous aide à bien comprendre la diversité de rapports qui se cache derrière une expression qui peut donner l’impression de pratiques homogènes. Selon les générations, avec le temps et selon les profils, les retour au bled évoluent et le sens que les personnes y donnent est différent. On aimerait en savoir davantage sur les pratiques liées à la mémoire et l’identité, sur la manière dont les personnes se positionnent dans leurs familles et leurs sociétés, notamment pour les secondes générations. Y a-t-il un tourisme mémoriel, qui vise à se réapproprier l’histoire de l’Algérie ? Si oui, comment cela se traduit-il concrètement ? L’approche de cette étude se concentre sur les retours envisagés comme courts séjours de vacances sans que l’on découvre les activités sur place (hormis l’idée qu’on ne fait pas grand chose). Il serait intéressant aussi, dans un autre contexte, de regarder d’autres mobilités de retour, c’est-à-dire des séjours plus longs.

Références :

Bidet, Jennifer, « Revenir au bled. Tourisme diasporique, généalogique, ethnique ou identitaire ? », Diasporas. Histoire et sociétés, vol. 14,  no. 1, 2009, pp. 12‑32.

Coles, Tim et Timothy, Dallen J., dir., Tourism, diasporas, and space, London ; New York, Routledge, 2004

Sayad, Abdelmalek, La double absence: des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search