Sociologie du retour de la diaspora vietnamienne (7) – installation, appartenance et sécurité

Cette série de recensions s’intéresse aux publications scientifiques concernant la diaspora vietnamienne qui retourne au Vietnam.
Lecture de « You Can Come Home Again: Narratives of Home and Belonging among Second-Generation Việt Kiều in Vietnam » de Priscilla Koh.
Pour voir tous les articles de cette série, cliquez ici.

L’article assez long (42 pages) commence par retracer l’histoire des migrations vietnamiennes et parmi cela l’évolution des mobilités de retour et des politiques gouvernementales. Sur cet aspect, on peut aussi lire ou relire les travaux de Christophe Vigne. L’autrice soutient une thèse assez répandue selon laquelle le gouvernement vietnamien appuie sa politique sur un sentiment d’identité nationale qui est plutôt culturel et ancestral que politique.

On voit que l’échantillon de cette dernière décennie (années 2010) est différent. On s’intéresse en effet à ces deuxièmes générations qui sont dans la trentaine, adultes par définition. Ici encore, l’étude se concentre sur Ho Chi Minh-Ville, et l’attirance des Viet Kieu pour cette ville se justifie en partant parce qu’ils peuvent retrouver leurs pairs

Nous avons donc une sorte d’empathie instinctive avec la position et les antécédents de chacun. Ici, il n’est pas nécessaire d’expliquer qui nous sommes, pourquoi nous avons l’air vietnamien, alors que nous ne le sommes pas tout à fait. Pourquoi nous parlons peut-être vietnamien, mais pas comme les locaux. Pourquoi nous sommes plus à l’aise avec l’anglais ou faisons les choses à la manière “occidentale”. Nous n’avons pas besoin d’expliquer qui nous sommes. Il suffit de dire que vous êtes Viet Kieu….. Cela met fin à toutes les questions et à la curiosité. Il y a quelque chose de libérateur et de réconfortant dans le fait d’être ici – de ne pas avoir à expliquer nos origines alambiquées et d’avoir cette communauté de personnes qui sont comme nous et qui nous “comprennent”.

Il faut interroger les plans de retour, entre les personnes qui reviennent pour les vacances (on l’a vu) et celles qui veulent s’installer, mais pour combien de temps ?

Les facteurs personnels mis en avant pour expliquer le retour au Vietnam sont :

  • le sentiment d’absence d’appartenance (sens of not belonging) dans leurs pays
  • une quête identitaire (et besoin d’affirmer ou ressentir une appartenance ethique ou culturelle)
  • le besoin de comprendre son passé
  • l’envie d’aventure
  • donner du sens à sa vie (et sa profession) : beaucoup se sentent plus en phase au Vietnam où, à compétences égales, leur travail paraît être plus nécessaire et plus utile.

Après un résumé des avancées juridiques concernant les Viet Kieu, l’autrice met en avant la persistence de difficultés bureaucratiques que ce soit pour les visas, les affaires ou l’accès à la propriété.

En fin de compte, il semble que les Vietnamiens d’outre-mer soient des “Vietnamiens” quand cela convient au gouvernement et des “étrangers” quand cela ne convient pas.

L’identité, ici mise en avant par la situation juridique et administrative, dépend du bon vouloir des autorités et de la situation. Mon observation et mon expérience personnelle lors de l’épidémie de Covid-19 a confirmé les limites de ce privilège des Viet Kieu, parfois considérés comme des étrangers, parfois comme des compatriotes. Ces expériences confirment la position d’entre-deux dont certain.es essaient d’échapper, soit en assumant une position de touristes, soit en cherchant à s’intégrer et s’implanter socialement et administrativement au Vietnam.

Une autre stratégie est d’accepter la position ambivalente et d’en tirer un maximum de profit :

Le Vietnam ne pouvait pas leur procurer un sentiment de sécurité politique ou économique à long terme. Pour ces raisons, il représentait pour eux un “foyer pratique”. Ils considéraient que c’était le “meilleur” endroit où se trouver “pour l’instant”, car ils pouvaient y gagner leur vie et “faire des choses” qu’ils auraient eu plus de mal à faire dans leur pays d’origine.

Si d’autres travaux mettaient en avant le questionnement de l’appartenance en termes culturels, il s’agit ici de questions pratiques et politiques, liées à la sécurité et au risque de devoir répondre de la justice perçue comme plus dure, notamment envers les descendants d’ennemis politiques. L’idée de sécurité est aussi liée à d’autres facteurs, aspects : pouvoir bénéficier d’un meilleur cadre de vie dans l’autre pays (système de santé, d’éducation). L’évolution des lois a pu rassurer des personnes jusque-là prudentes, qui hésitaient à s’installer pleinement.

Selon l’âge et le projet de vie des personnes, l’installation au Vietnam, comme une expatriation, est envisagée sur une durée plus ou moins longue et plus ou moins définitive. Fonder une famille amène à peser le pour et le contre pour l’avenir de ses enfants. La peur et l’insécurité, “étaient un héritage de la génération de leurs parents, dont les membres ont tant perdu lorsqu’ils ont fui le pays il y a plus de trois décennies”.

Cet article, dans la continuité des travaux similaires, continue de mettre en avant la complexité du rapport qu’entretiennent les jeunes générations au Vietnam, la façon dont l’installation s’inscrit dans un projet de vie qui tente de concilier des besoins primordiaux à la fois liés au rapport à la famille, à l’identité culturelle et l’appartenance à une communauté de pairs, mais aussi à la sécurité liée au status professionel et juridique.

Référence :

Koh, Priscilla, « You Can Come Home Again: Narratives of Home and Belonging among Second-Generation Việt Kiều in Vietnam », Journal of Social Issues in Southeast Asia, vol. 30,  no. 1, mars 2015, pp. 173‑214.



Citer ce billet
Julien Le Hoangan (2022, 16 octobre). Sociologie du retour de la diaspora vietnamienne (7) – installation, appartenance et sécurité. Rhizomes. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpdk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.