Sociologie du retour de la diaspora vietnamienne (6) – retrouver la famille

Cette série de recensions s’intéresse aux publications scientifiques concernant la diaspora vietnamienne qui retourne au Vietnam.
Recension de l’article « The Tensions of Diasporic ‘Return’ Migration: How Class and Money Create Distance in the Vietnamese Transnational Family » de Mytoan Nguyen-Akbar.
Pour voir tous les articles de cette série, cliquez ici.

Dans cette enquête plus récente, qui s’est étalée de 2004 à 2010 et qui a été publiée en 2014, on aborde la question du rapport à la famille, à l’argent, aux différences de culture et de classe notamment. Les personnes ayant des passeports états-unien, français, australien, allemand ou néerlandais, avec des profils métisses. La moitié est génération 1.5. Malgré cela, il n’y a pas d’analyse précise sur la différence de génération. Comme la plupart des travaux présentés jusqu’ici, celui-ci porte aussi sur le sud du Vietnam et particulièrement Saigon, du fait de l’histoire. La chercheuse confirme ici l’observation selon laquelle les Viet Kieu seraient moins visibles à Hanoi. Il sera intéressant de comparer les deux régions.

L’autrice rappelle la dimension économique et financière des relations familiales transnationales. La diaspora envoie beaucoup d’argent à leurs proches restés au pays, en plus d’investir financièrement dans des business et des projets de développement. Ici, il s’agit de regarder comment les individus se positionnent par rapport aux autres membres de leurs familles et sur quelles dynamiques d’argent, de dette cela repose.

D’abord, d’un point de vue symbolique, il s’agit de “s’occuper” ou de prendre soin des siens. La grand-mère joue un rôle important dans les relations familiales, elle est un pilier. S’occuper d’elle, des personnes âgées, c’est faire preuve de la piété filiale qui caractérise les cultures confucéennes. On regrette que l’autrice ne justifie pas davantage pourquoi ce rôle est plus féminin et comment on s’occupe aussi des hommes âgés. Le taux de mortalité est peut-être un facteur mais rien ne le justifie ici. En plus de ces rôles, il y a surtout la notion de participation financière. C’est un devoir pour les familles réfugiées, installées dans des pays riches (Occident) d’envoyer des fonds, de donner des enveloppes à la famille. La question qui se pose alors est de savoir comment se positionne les jeunes générations quand elles retournent au Vietnam, sachant qu’elles cherchent à s’installer sur place, sachant qu’elles n’ont pas tout à fait la même éducation et la même mentalité.

Il y a une renégociation des positions familiales en fonction du pouvoir et du status obtenus par ces jeunes interrogé.es. Même si l’envie d’aider la famille est présente, soulignons le sentiment de culpabilité du survivant et une certaine mémoire contrefactuelle qui peuvent renforcer la volonté de contribuer financièrement pour la famille, les proches qui n’ont pas eu la chance d’avoir une vie meilleure ailleurs.

À l’inverse, la pression qui va avec le devoir de subvenir aux besoins de la famille, l’écart de classes sociales, peut amener certain.es à prendre de la distance avec sa famille. Les normes et traditions peuvent être mal vécues, notamment pour les femmes qui subissent le contrôle familial. D’autres évoquent aussi l’envie d’indépendance et de faire des économies pour construire une carrière notamment.

Pour résumer et compléter, revenir au Vietnam implique le devoir de se rapprocher de sa famille. L’article ne précise pas le cas de celles et ceux qui ne connaissent pas cette famille, ce qui peut être souvent le cas en ayant grandi chacun.e de son côté. La différence de mentalité, de status, de classe, de culture font qu’il est parfois tout simplement difficile de nouer des relations affinitaires avec celles et ceux qui n’ont de commun que le sang ou le nom (en vietnamien, le terme cousin/cousine traduit littéralement “frère ou sœur de nom”). Quand la famille locale (au Vietnam) est plus pauvre mais aussi quand elle est plus riche, l’écart de niveau de vie peut révéler des tensions.

Lors de mes propres entretiens, j’ai pu constater aussi le cas des celles et ceux qui étaient déçus par des familles qui semblaient surtout intéressées par l’argent et regrettaient un manque d’authenticité dans les rapports humains. Les attentes envers les jeunes générations qui reviennent au Vietnam géographiquement sont des attentes en termes de culture, de famille, d’argent, etc. qui peuvent être trop lourdes à porter pour des personnes qui cherchent encore leur place dans une société qu’iels découvrent.

Références :

Nguyen-Akbar, Mytoan, « The Tensions of Diasporic ‘Return’ Migration: How Class and Money Create Distance in the Vietnamese Transnational Family », Journal of Contemporary Ethnography, vol. 43,  no. 2, avril 2014, pp. 176‑201.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Le Hoangan (16 octobre 2022). Sociologie du retour de la diaspora vietnamienne (6) – retrouver la famille. Rhizomes. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpdj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.