Sociologie du retour de la diaspora vietnamienne (5) – Identités ethniques et nationales

Cette série de recensions s’intéresse aux publications scientifiques concernant la diaspora vietnamienne qui retourne au Vietnam.
Recension de “Recycling Migration and Changing Nationalisms: The Vietnamese Return Diaspora and Reconstruction of Vietnamese Nationhood” de Yuk Wah Chan and Thi Le Thu Tran et de “Hybrid diaspora and identitylaundering: a study of the return overseas Chinese Vietnamese in Vietnam” de Yuk Wah Chan.
Pour voir tous les articles de cette série, cliquez ici.

Le premier article examine la dynamique interactive entre la société du pays d’origine et les migrants de retour, ainsi que l’impact de la migration de retour sur l’identité nationale vietnamienne. Les auteurs commencent par rappeler que le disocurs du gouvernement et de la société ont évolués et cherchent à inclure les Viet Kieu dans le peuple vietnamien. Il commence par une analyse de l’évolution du gouvernement vis-à-vis de sa diaspora et décortique le terme Viet Kieu.

Un sondage présente entre autres l’attitude des Viet Kieu vis-à-vis du Vietnam. La majorité s’estime fière de la contribution que cette catégorie apporte au pays, 95% accepte le mode de vie moderne. Ces derniers sont vus comme faisant partie de la nation tout en étant occidentalisés. On retrouve tout au long de l’article les thèmes et réflexions déjà abordées dans d’autres travaux sur la double identité et la façon dont ces personnes qui choisissent le retour doivent se positionner dans la société qui les accueille.

Les premières générations cherchent l’authenticité et se désolent de voir que le Vietnam n’est plus ce qu’il était. Les enclaves diasporiques sont alors une manière de préserver cette authenticité.

Dans cette étude également, on fait le lien entre le retour géographique et le retour temporel.

Why did we have to leave? Why did my mother take me away and put me on a boat with strangers when I was only a ten-year-old kid? There was a gap there, I came back to complete the gap, fill the hole. A lot of us want to forget and they may or may not.

p.1111

Si ce témoignage est celui d’une personne née au Vietnam, et si son retour est motivé par le fait de retrouver son enfance perdue, des réflexions similaires peuvent animer les générations suivantes.

L’article met en perspective ce sentiment personnel avec la politique nationale. Il s’appuie sur un discours du premier ministre de l’époque, Nguyen Tan Dung, qui aurait déclarer “la patrie est pour toujours, l’histoire est dans le passé” pour inviter à oublier le passé et regarder vers l’avenir. Bien entendu, c’est perçu comme un affront direct de la part de la communauté de réfugié.es dont la mémoire de la guerre, de la persécution et de l’exil sont le noyau de leur identité.

L’enjeu, pour le Parti Communiste Vietnamien, est de construire une identité patriote transnationale. Or, puisqu’il refuse de reconnaître certains discours sur le passé, il se focalise sur une posture qui met en avant l’avenir. Les chercheurs s’interrogent alors sur la perception de cette politique, du point de vue des Viet Kieu. Ils soulignent que celles et ceux qui retournent au Vietnam, de par leur position ambivalente, contribuent à un recul, à une critique ou une déconstruction de ce que signifie l’identité vietnamienne. Notamment, qu’ils aient été méprisés ou jalousés, les enfants ayant grandi en Occident ont longtemps constitué une curiosité et une référence pour la jeunesse désireuse de se redéfinir autrement.

Le second article, du même auteur, Yuk Wah Chan, traite d’une question similaire mais se focalise sur une population particulière, les Chinois du Vietnam et s’interroge sur leur perception lors du retour au Vietnam. Sont-ils considérés comme des Chinois ou des Viet Kieu ?

L’auteur s’appuie sur le terme de diaspora hybride qui désigne à la base les Noir.es des Amériques, pour souligner le caractère de syncrétisme, de créolisation ou d’hybridation des cultures et des identités. Il est ainsi important de rappeler que beaucoup de personnes originaires du Vietnam ne sont pas ethniquement vietnamiennes, ou plus précisément Kinh, mais peuvent avoir des origines variées et métissées.

Il met en avant la complexité d’une identité qui est parfois qualifié de nationale, ethnique ou culturelle. Le témoignage de M. Chiu rend compte de sa multiple identité :

  • il se dit Viet Kieu parce qu’il est reconnu comme tel au Vietnam du fait qu’il avait quitté le pays.
  • il se dit Chinois parce qu’il est reconnu comme tel physiquement, parce qu’il parle cantonnais, quand il est à Hong Kong, Taiwan ou Singapour.
  • il est attaché au Vietnam parce qu’il y a grandi et conserve un sentiment de familiarité, notamment entretenu par ses amis et sa famille là-bas.

Il est difficile donc, a priori de déterminer quel aspect de l’identité d’une personne va être la plus importante dans l’absolu. C’est plutôt une capacité à s’adapter à la situation qui est déterminante.

Références :

Chan, Yuk Wah et Tran, Thi Le Thu, « Recycling Migration and Changing Nationalisms: The Vietnamese Return Diaspora and Reconstruction of Vietnamese Nationhood », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 37,  no. 7, août 2011, pp. 1101‑1117.

Chan, Yuk Wah, « Hybrid diaspora and identity-laundering: a study of the return overseas Chinese Vietnamese in Vietnam », Asian Ethnicity, vol. 14,  no. 4, septembre 2013, pp. 525‑541.

 
 

 

 



Citer ce billet
Julien Le Hoangan (2022, 15 octobre). Sociologie du retour de la diaspora vietnamienne (5) – Identités ethniques et nationales. Rhizomes. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpdi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.