Sociologie du retour de la diaspora vietnamienne (4) – Se faire sa propre expérience

Cette série de recensions s’intéresse aux publications scientifiques concernant la diaspora vietnamienne qui retourne au Vietnam.
Recension de “Viet Kieu on a Fast Track Back?” de Lynellyn D. Long (2004)
Pour voir tous les articles de cette série, cliquez ici.

Nous lisons à présent le chapitre d’un ouvrage écrit par Lynellyn D. Long, paru en 2004 et dont la recherche de terrain a été effectuée entre 1996 et 2000. L’auteure rappelle le contexte de cette époque, à savoir une crise économique. Nous sommes, à ce moment, au début de l’essor et de l’ouverture de la société vietnamienne. À partir d’articles de presse, d’observations et d’entretiens, l’autrice présente les conditions et intentions de retour à Hanoi et à Ho Chi Minh-ville.

L’analyse des articles de journaux vise à rendre compte de la perception, du point de vue des États-Unis surtout, des Viet Kieus qui retournent au Vietnam. Nous évoquions à partir d’autres travaux les conditions d’accueil et plusieurs témoignages rapportent la difficulté à obtenir des permis de travail ou des visas. Il faut aussi souligner, comme il est précisé, qu’une personne qui veut revenir doit avoir les ressources financières suffisantes pour faire le voyage et revenir dans son pays d’installation.

Les raisons du retour évoquées peuvent être de plusieurs types :

  • après l’ouverture du Đổi mớiil s’agit d’étaler son succès (cela est surtout valable pour les premières générations).
  • profiter d’opportunités économiques, professionnelles. L’article précise que dans le contexte d’essor économique, les Viet Kieu étaient recherché.es pour leurs compétences occidentales/vietnamiennes.
  • confirmer / interroger son identité, son appartenance que ce soit occidentale ou vietnamienne. (lire ou relire le premier article commenté). Pour ancrer ses racines ou parce qu’on ne se sent pas en phase avec la société du pays d’accueil (notamment pour les personnes arrivées à l’adolescence et pour qui l’adaptation est plus difficile). Se sentir davantage occidental au Vietnam et vietnamien en Occident est aussi une observation partagée ici.

Les profils rapportés sont assez variés : première, deuxième génération, ou génération 1.5 (né au Vietnam mais ayant grandi à l’étranger). La question de la terminologie de Viet Kieu est alors soulevée. Y sont inclus les métisses (dont le stéréotype est de mère vietnamienne) étant né à l’étranger. Le critère relevé est d’avoir du sang vietnamien tout en ayant une éducation occidentale.

Les conditions qui encadrent le retour sont :

  • un long cheminement personnel qui mène au retour
  • une réflexion qui est appuyée par des relations personnelles
  • une dynamique liée au dialogue avec les parents (et à la question du conflit intergénérationnel)
  • le sentiment d’inévitabilité (destin) : “I always knew I was going to come back some day.” que l’on retrouve encore dans nos entretiens aujourd’hui.
  • l’inscription de ce projet dans un plan professionnel et/ou humanitaire. Il s’agit de contribuer à la société vietnamienne.

Several people observed that their parents’ unwillingness to discuss past lives in Vietnam provoked their own curiosity and determination to return. Because of their return experiences, some interviewees also challenged the stories told by parents and their parents’ memories of Vietnam. (p. 72)

Hieu observed, “their memories are frozen with respect to Vietnam and the war. I wish that I could bring them here [referring to Vietnam] to show them what it is about Vietnam.”” (p. 79)

“Some people returned to understand the silences and to know the stories be¬ hind their parents’ reticence so as to build better relationships in the future.” (p. 88)

Ici aussi, la question de la mémoire familiale est en jeu. Pour les deuxièmes générations, il s’agit de donner corps, de sentir la matière de souvenirs racontés.

Pour celles et ceux qui sont nés au Vietnam, il s’agit de retrouver des sensations, des souvenirs enfouis, perdus. Ici aussi, le moment et l’âge du départ sont importants car ils renvoient à différents types de souvenirs. Avant ou après 1975 ce sont deux mondes différents qui se succèdent à Saigon et qui marquent différemment les esprits. L’expérience de départ, plus ou moins violente ou traumatique selon les cas, joue aussi sur l’ancrage affectif du lieu quitté. On rappelle encore que l’exil peut être très long, que les familles peuvent séjourner d’abord dans des camps dans le Pacifique puis parfois dans des camps de réfugiés dans les pays d’accueil, ici Camp Pendleton. Le chapitre analyse cette expérience du point de vue des enfants qui immigrent, leur découverte, leur sentiment de rejet et d’aliénation jusqu’à leurs parcours scolaires, de l’école à l’université et pour certains le lien avec des communautés ou des groupes vietnamiens.

Faced with silence, some sought out elders or other relatives to tell them what really happened. Tui took her son to Saigon to record her grandmother’s story. Ha met an aunt who was willing to talk openly about Ha’s parent’s past lives. Diep and Pham reconnected with their grandfather. Before coming to Vietnam, Ha realized that “All my relatives made me feel like I was crazy, came from nowhere.”

Cet extrait est aussi très riche et nous renseigne sur les dynamiques de mémoire. On fait le constat d’un silence qui concerne, ce n’est pas clairement précisé ici, surtout la relation parents-enfants. On voit aussi que d’autres relations familiales, avec les tantes, les grands-parents, peuvent réussir à contourner ou débloquer ce silence. Enfin, le fait de retourner au Vietnam est un élément important car cela joue un effet de déclencheur de la mémoire.

Certains parents soutiennent le projet de retour de leurs enfants, d’autres craignent encore le régime communiste. Cette crainte des parents est vue comme de la paranoïa par certains, un symptôme du traumatisme vécu. Si l’on apporte des nuances il faut aussi distinguer entre le fait d’accepter que ses enfants visitent le Vietnam pour une certaine (courte) durée et un projet d’installation, qui sont des choses bien différentes. De plus, la position des parents n’est pas toujours homogène, un parent et un autre ayant sa propre mémoire et son propre lien au pays d’origine.

Une dimension importante du retour est le rapprochement avec la famille restée sur place que ce soit dans un projet d’installation ou d’aller-retour. Pour autant, quand une autre partie (frères, sœurs, neveux, nièces) se trouve ailleurs, la décision de s’installer est évidemment plus difficile.

Enfin, l’autrice replace ces dynamiques de mobilités dans les discours politiques liés à l’histoire et la mémoire. Accepter les Viet Kieu qui reviennent peut être vu comme un signe de pardon de la part du gouvernement vietnamien tandis que d’autres y verraient un échec du communisme (qui aurait besoin d’investissements étrangers). Les multiples expériences des individus montrent que c’est beaucoup plus subtile que ça.

Référence :
Long, Lynellyn D., « Viet Kieu on a Fast Track Back? », in Oxfeld, Ellen, dir., Coming Home? : Refugees, Migrants, and Those Who Stayed Behind, 2004, pp. 65‑103.



Citer ce billet
Julien Le Hoangan (2022, 13 octobre). Sociologie du retour de la diaspora vietnamienne (4) – Se faire sa propre expérience. Rhizomes. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpdg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.