L’identité vietnamienne diasporique en musique

La musique est une composante importante de la culture vietnamienne. En diaspora, le Paris by night, qui comme son nom l’indique est états-unienne, est émission de télévision qui mettait à l’honneur les chanteurs et chanteuses, et une véritable institution. Pham Quynh Anh, belge adoptée a fait un carton avec sa chanson Bonjour Vietnam, devenue quasiment un hymne transnational, d’après notamment le travail de Hoang Anh-Ngoc.

Aujourd’hui, des décennies après les grandes vagues de migration et surtout avec l’arrivée de nouvelles générations, on trouve plusieurs personnes d’origine vietnamienne qui chantent dans leurs langues ou en vietnamien, qui parlent du vietnam ou qui partagent leur expérience de racisme ou liée à l’identité vietnamienne ou métisse. Voici une première sélection, bien sûr non exhaustive. Pour toute suggestion, n’hésitez-pas à me contacter !

Lai – Métisse

George Ka (France)

Le texte de George Ka, illustré par son clip (dans lequel on aperçoit le beatmaker Nodey), nous transporte à Saigon, où on imagine la chanteuse découvrir ou redécouvrir cet univers si différent de la France. Elle y décrit le quotidien de la rue, l’ambiance, les couleurs, les interactions sociales et les personnes-personnages de la rue qui lui “rappellent son grand-père” pour qui elle écrit. Elle livre un regard qui se veut critique notamment vis-à-vis des touristes et leurs attitudes de colons. Le lien qu’elle entretient avec le Vietnam et les Vietnamiennes est explicité par la ressemblance physique, la familiarité, l’idée de communauté mais aussi la position ambigüe d’européenne, d’occidentale. “On a pas choisi de naître ailleurs, mais on construira peut-être l’avenir” symbolise clairement cette position des jeunes générations qui viennent au Vietnam dans l’espoir de tourner une nouvelle page, d’écrire un nouveau chapitre, différent de leurs parents, avec d’autres mentalités et surtout moins de rancœur, de ressentiment.

“Tout le monde voit en moi les 50% qui viennent de l’autre pays” exprime cette impossibilité de s’identifier, d’être identifié.e et de construire une appartenance entière envers l’un ou l’autre des pays, des territoires, des peuples auxquels on appartient.

Renne Dang (République Tchèque)

Dans un ton beaucoup plus sombre, avec un clip aussi tourné à Saigon, le métisse tchèque Renne Dang fait de son métissage et de sa double culture un fil rouge qui se retrouve dans de nombreux titres, à travers ses différents albums. Ici, on peut écouter le morceau explicite Con Lai qui veut dire “enfant métisse” et qui traite du racisme et de la double culture. Il évoque son chemin personnel, de la honte qu’il a pu ressentir étant plus jeune au sentiment de fierté et à la revendication de son identité de banane, d’apparence asiatique avec une culture et une mentalité occidentale. Ce morceau puissant n’est pour autant pas forcément des plus optimistes, les strophes et le refrain rappellent la quête d’identité, le fait de se chercher, le sentiment de ne pas savoir qui l’on est. D’autres morceaux évoquent la thématique de l’identité, du rapport à son père vietnamien. C’est en tout cas un artiste connu et reconnu en République Tchèque.

Mixed Miyagi (États-Unis)

Toujours dans le style de musique rap mais dans un autre univers, cet artiste états-unien blasian (noir et asiatique) chante, rappe en vietnamien. Il s’agit dans ce morceau de faire l’éloge de la culture vietnamienne mais aussi de questionner l’identité diasporique, le comportement et certaines idées des Viet Kieus. Dans ce morceau, il insiste sur son identité vietnamienne qu’il oppose à une apparence occidentale. 

Dans cet autre morceau, il met clairement davantage en avant son identité noire et évoque le racisme et le mouvement Black Lives Matter.

La scène vietnamienne en Allemagne

Brittanya Karma

Tragiquement décédée du covid, cette artiste allemande d’origine vietnamienne chantait dans la langue de ses ancêtres sur des thématiques politiques et des sons entraînants. Ce morceau fait référence à la fierté, tự tin en vietnamien, contre le bodyshaming c’est-à-dire les critiques sur son physique.

Nashi44

Puisqu’elle en a marre de répondre à la question “d’où tu viens ?” cette chanteuse a fait une chanson qui met les choses au clair et annonce la couleur de son engagement antiraciste et féministe : “de la chatte” [de sa mère] est en effet la traduction de ce morceau aux paroles directes et puissantes.

Vinh Khuat

Ce compositeur-auteur-interprète chante en anglais, allemand et vietnamien sur des airs pop rock, qui rappellent parfois la variété vietnamienne. Ses textes (a priori) jusqu’ici ne mentionnent pas directement son identité vietnamienne ou son expérience diasporique. C’est plutôt dans l’appropriation de la langue vietnamienne et sa mise en valeur en musique qu’il s’est fait connaître tant dans son pays de naissance qu’au Vietnam.

Né dans le centre de l’Allemagne, il a été repéré grâce à des émissions de télévision dans son pays natal et au Vietnam. Il représente la possibilité pour les deuxièmes générations de représenter la culture vietnamienne à travers le monde.

Et sinon…

Ce qui est davantage une blague qu’autre chose mais traduit cet esprit banane déjà évoqué par Renne Dang, le morceau de la mannequin polonaise d’origine vietnamienne est clairement plus léger que les autres morceaux présentés avant.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search