Mémoire et internet – Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français

Cette série de notes de lecture s’inscrit dans notre recherche concernant la mémoire collective et s’interroge sur le rôle d’internet. Il s’agit pour l’auteur de rendre compte des différents travaux existants, de s’enrichir des théories et des concepts utilisés dans certaines situations pour les mettre à l’épreuve de sa propre recherche. Il s’agit donc d’une lecture partiale, intéressée, orientée des textes.

Gebeil, Sophie. « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français (1996-2013) », Migrations Société, vol. 151, no. 1, 2014, pp. 165-180.

Article à lire ici

Résumé de l’article :

Cet article aborde la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français dans les années 2000. Il s’agit de proposer une première approche des archives du web de l’INA et de la BnF comme source pour l’histoire de la période très contemporaine. Ces sources historiques inédites dévoilent les modalités selon lesquelles une diversité d’acteurs se saisit de la toile pour renouveler la scénographie de mémoires perçues comme marginalisées. Elles montrent la reconfiguration de ces mémoires en ligne, à l’aune des héritages et des filiations antérieures, du processus de mémorialisation et du temps commémoratif.

Nous sommes dans un contexte français, dans les années 2000, ce qui représente le cœur des débats sur le devoir de mémoire. Internet joue alors un rôle important puisqu’il permet d’offrir un espace d’expression de ces mémoires.

“À partir des archives du web, il s’agit de comprendre comment l’internet permet une reconfiguration de ces mémoires en transformant la scénographie et en mettant en visibilité de nouveaux acteurs mémoriels.” Cette problématique vaut pour d’autres situations.

Notons que l’objet de la recherche est déjà spécifique : il s’agit de considérer le web comme un espace d’archives – là où, en ce qui nous intéresse, nous pouvons aussi nous attarder sur le web dans sa dimension d’échanges dynamiques. Si ce sont des archives, se posent d’emblée des questions d’accessibilité, de visibilité (référencement), de compréhension et d’usage des documents.

Ce questionnement est celui de l’historienne qui a fait ce travail et qui ne sera pas le même pour un ou une sociologue.

Si on considère internet comme un espace social numérique, il a cette particularité de permettre la cristallisation d’échanges, de traces. Bien évidemment, ces traces peuvent être effacées mais elles peuvent aussi facilement être consultées et reproduites. La nature matérielle d’internet permet ainsi un archivage des différentes interactions qui y ont lieu, comme si l’on pouvait, sur le terrain, photographier une multitudes d’interactions à plusieurs instants.

La notion d’archives mobilisée dans cet article est différente. Il s’agit d’utiliser la numérisation des documents pour permettre un archivage de documents (photos par exemple) pré-existants.

L’auteure rappelle qu’on peut se perdre dans l’océan que constitue internet, et choisit alors de se concentrer sur quelques dispositifs numériques mémoriels, terme qui désigne en général les pages et sites webs. Elle justifie son approche qualitative par la triangulation des sources en ligne, hors ligne, des entretiens et l’étude de différentes sources. Son objectif, est de “proposer une analyse approfondie des conditions de production des mémoires”, de “décrypter la façon dont les acteurs se saisissaient des technologies du web pour donner à voir un discours mémoriel spécifique”, ici concernant l’immigration maghrébine.

La recherche présentée met en avant différents âges de la médiation en ligne des mémoires de l’immigration. Le premier est l’expérimentation, le second la multiplication, diversification des acteurs. Enfin, on tend vers une uniformatisation de la médiatisation mémorielle.

Sur la forme, les archives concernent des écrits et des images. Plus récemment, ce sont des contenus audiovisuels qui se développent. On remarque aussi, aujourd’hui, que les nouvelles plateformes tendent à favoriser le contenu vidéo. On peut s’interroger sur le rôle, c’est-à-dire l’implication des internautes concernant les médias auxquels iels accèdent. Est-ce simplement un rôle de consultation ou peut-on participer par l’édition de contenu ? On peut s’interroger sur la forme de la présentation des contenus. Les sites présentés dans cet article prennent par exemple des formes narratives fictionnelles.

Un exemple illustre l’usage détourné de photos dans le but de servir un récit qui se rapporte à d’autres événements. Cela soulève la question du contrôle éditorial de tels médias, notamment à l’heure de “post-vérité”.

La dernière partie de l’article concerne les reconfigurations des mémoires et se divise en différents points. Le premier concerne internet comme outil de visibilisation des mémoires et s’inscrit dans une tradition littéraire, militante et associative qui s’est appuyée sur des tracts, livres, et documentaires télévisuels avant de débarquer sur le net.

L’historienne distingue 4 registres mémoriels :

  • l’enracinement vise à inscrire la population immigrée dans l’histoire globale.
  • la spécificité culturelle ou cultuelle met en avant la culture de la population dans le but d’en préserver une certaine authenticité.
  • la douleur désigne le fait de considérer la mémoire de migration sous l’angle des souffrances
  • le militantisme s’inscrit dans une démarche politique, valorisant l’histoire des luttes de l’immigration, notamment à partir de l’anticolonialisme.

Elle distingue également 6 dispositifs mémoriels :

  • la patrimonialisation
  • la commémoration
  • l’anamnèse
  • la communalisation
  • la territorialisation
  • la revanche

On aimerait en savoir plus sur ces différences, mais on comprend l’idée des concepts.

Ce que nous pouvons retenir de cet article est d’abord la diversité des pratiques qui correpond aussi à une diversité d’acteurs et d’actrices, potentiellement de différentes générations.

Ce que nous avons observé concernant la diaspora vietnamienne, notamment en France, correspond à cette diversité des modes de présentation des questions mémorielles. Certains groupes, certaines pages sur les réseaux sociaux visent à jouer ce rôle d’archivage, notamment de photographies d’époque, avec pour seul but de rendre accessibles des documents historiques. D’autres s’investissent davantage politiquement et proposent un discours ancré dans la société actuelle, pour questionner les dynamiques postcoloniales. Les témoignages des familles, des personnes témoins de l’histoire, peuvent alors venir servir différents discours, différentes narrations et différents usages (voire abus) de la mémoire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search