Dépasser les clivages historico-politiques ? [Note de lecture]

Lire l’article sur Academia.

L’article de Phi Hong Su est intéressant à plus d’un titre. Dans le champ des études sur la diaspora vietnamienne, on parle surtout des communautés les plus importantes numériquement. Si l’Allemagne et la situation de Berlin qui est étudiée pour sa recherche n’est pas forcément la plus connue, elle est originale en raison du contexte particulier qui a fait se côtoyer dans la même ville différentes personnes, familles et communautés aux parcours et origines géographiques et politiques différentes. Après la seconde guerre mondiale et jusqu’à la chute du mur, il y avait deux Allemagnes et une capitale coupée en deux, justement séparée par ce fameux mur. De chaque côté se sont constituées des communautés vietnamiennes de réfugiés et de travailleurs contractuels. Les familles réfugiées avaient, comme dans les autres pays d’accueil de l’Ouest, fui le régime communiste au moment de la réunification de 1975. De l’autre côté, à l’Est, ce sont des travailleurs venus se former qui ont pour certains fini par s’installer pour de bon.
L’article s’intéresse aux perceptions mutuelles des différentes personnes.
La chercheuse s’intéresse à la façon dont les différentes catégories politiques et régionales se recoupent, s’opposent.
Tout le monde est conscient des stéréotypes régionaux et politiques qui associent au Nord le régime communiste et au Sud l’anticommunisme. On ne peut évidemment pas rabattre simplement le fait d’être du Nord avec le fait d’être pro-communiste. D’ailleurs, beaucoup disent qu’en ayant vécu le communisme directement, ils ont d’autant plus de raisons d’y être opposés.
De plus, des manières d’être distinguent les personnes selon leur lieu d’origine. Il est facile alors de réduire, de simplifier les identités et de rabattre sur une origine géographique une appartenance politique. Outre les différences culturelles minimes, liées à la nourriture, la langue ou des traditions, l’article montre en quoi des valeurs morales et des comportements, avec les jugements associés, sont invoquées au nom d’un régionalisme ou d’un autre. Ceux du Nord sont plus comme ça, ceux du Sud sont plus comme ça.
L’article, intitulé “There’s no solidarity”, souhaite interroger les effets de la chute du Mur sur ces perceptions, et les potentielles solidarités ou méfiances des Vietnamien.nes entre elleux, sur la base de leur région d’origine. Des travailleurs, venus de l’Est, ont ainsi profité de l’occasion pour essayer de migrer vers l’Ouest le moment venu, tous n’ont pas eu l’occasion d’obtenir le soutien de personnes venues du Sud.
Évidemment, les répondants nous disent que c’est plus compliqué que ça, dépassent les clivages refugié/travailleur ; communiste/anticommuniste parfois mais vont prévaloir des solidarités en fonction des liens de parenté ou de région d’origine. Le stigmate se retourne alors envers les migrants les plus récents, accusés de participer à des activités criminelles ou illégales.

Cet article met en lumière la complexité de l’identité diasporique vietnamienne qui est souvent réduite à ses représentations états-uniennes qui réduisent celle-ci à l’image de réfugiés du sud anticommunistes, invisibilisant les multiples récits et trajectoires dissonants.

Cela nous pousse à nous questionner sur la réception de l’héritage de ces catégories historiques et politiques que les premières générations ammènent avec elles quand elles quittent le pays, aussi parce que cela est un socle identitaire très fort pour certaines communautés (États-Unis). Les générations qui n’ont pas grandi dans les contextes décrits dans l’article (Nord ou Sud du Vietnam ; République Socialiste ou République Démocratique du Vietnam) vont alors refondre et reforger de nouvelles catégories d’appartenance politique, redéfinir leur rapport à l’histoire, recréer leur lien avec la culture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search