L’avènement de la mémoire, Pierre Nora

Le « devoir de mémoire », expression dominante de l’époque, était au départ une notion morale liée au souvenir de la Shoah, qui a elle-même trouvé son nom avec le film de Claude Lanzmann en 1985. Elle a pris une valeur beaucoup plus générale, quasi mécanique, liée au sentiment de la perte autant qu’au sentiment de la dette. Les deux se rejoignent pour donner sa nécessité au gonflement de la mémoire, à l’hypertrophie des institutions et des instruments de mémoire : archives, musées, bibliothèques, collections, numérisation des stocks, banques de données, chronologies et autres formes d’accumulation et d’enregistrement. C’est l’explosion de la continuité historique et temporelle qui donne à la mémoire toute son actualité.

— Nora Pierre

Source : Nora Pierre, « L’avènement de la mémoire », Le Débat, 2020/3 (n° 210), p. 232-234. DOI : 10.3917/deba.210.0232. URL : https://www-cairn-info.scd1.univ-fcomte.fr/revue-le-debat-2020-3-page-232.htm

L’explosion de ces mémoires [des minorités] a eu pour effet, notamment, de modifier le statut respectif et les rapports réciproques de l’histoire et de la mémoire. […] L’histoire était le domaine du collectif ; la mémoire, celui du particulier. L’histoire était une, la mémoire plurielle.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search