Diaspora et conscience de la dispersion

L’auteur : Emmanuel Ma Mung, est chercheur au CNRS, spécialiste de la diaspora chinoise.

Mots-clés : approximation des individus, contiguïté spatiale, continUite temporelle, diaspora, migration, Monde-propre.

Résumé : Cet article pose la question de savoir comment un corps social satialement dispersé peut se
reproduire. La réponse proposée est que cette reproduction se réalise par la création d’un monde propre à la diaspora (un monde approprié à son existence) dans laquelle interviennent plusieurs processus : la représentation et la conscience de la dispersion qui sont à la base de la formation d’une subjectivité collective ; l’introduction de la question des origines qui permet l’invention d’une continuité
temporelle (généalogique) entre les individus ; l’approximation des individus qui permet de traduire le temps généalogique inventé en contiguïté spatiale imaginée et d’articuler ainsi un espace et un temps propres à la diaspora, un espace-temps approprié.

Le principe même d’une diaspora est de se constituer en dehors de l’espace géographique d’origine de celle-ci. Beaucoup d’études se concentrent sur la construction culturelle de la communauté, ici, l’auteur insiste sur le rapport à l’espace géographique et à ce qu’il explique comme la conscience de la dispersion.

Cette conscience de la dispersion introduit la question des origines car elle permet aux membres de la diaspora de penser la dispersion comme distribution réglée à partir d’un point de départ et non comme simple pulvérisation d’atomes séparés. Elle met de l’ordre dans la dispersion en lui donnant un sens au double sens du terme : en lui donnant une direction (de l’origine vers le présent) et une signification (le corps social est le produit d’une histoire).

L’auteur aborde la question de la reproduction de la diaspora : comment un groupe social fait-il pour maintenir son identité de groupe ? Pour la diaspora, il faut alors se demander comment ce groupe s’est constitué historiquement. Pour le cas des Vietnamiens aux États-Unis, on comprend bien que la communauté s’est constituée à partir de l’évènement de la perte du territoire. Et la reproduction de la communauté passe par la transmission de cet évènement.
Comme il le précise, la diaspora n’est pas seulement la somme d’individus éparpillés. Le groupe s’est constitué à la fois dans la fuite du régime communiste mais également dans l’accueil par les États-Unis, vus et construits comme des sauveurs. Le nouveau territoire d’accueil étant alors une recréation du territoire perdu, en mieux.

De plus, il y a le sentiment de dispersion qui se traduit par une conscience du transnational appuyée par le fait que de nombreuses familles sont géographiquement éclatées, éparpillées avec des frères, des oncles, des cousins sur différents continents. L’article évoque aussi l’importance des outils numériques dans le renforcement du lien identitaire-communautaire des diasporas.

Ensuite, le chercheur considère les espaces communautaires culturellement marqués, comme les Chinatown pour la diaspora chinoise ou le Little Saigon, Little Hanoi des Vietnamiens, comme non seulement des plate-formes d’échanges culturels mais aussi une recréation du lieu d’origine. Il s’agit de recréer un lieu géographique auquel se rattacher. Cela est, encore une fois, d’autant plus vrai pour les Vietnamiens qui ont le sentiment d’avoir perdu leur pays.

Elles se présentent alors comme des fragments de Chine au delà des frontières : des Chines ultramarines.

Cela ajoute un ancrage géographique qui, bien que nétant pas situé géographiquement au même endroit que les parents ou ancêtres, revêt une dimension symbolique et des ressources culturelles bien différentes du simple pays d’installation des migrants.

Le concept de continuité généalogique vient apporter plus de nuances à la question des origines qui voudrait se contenter soit d’une réponse ethnique soit d’une réponse géographique du lieu de naissance. Il permet d’expliquer la complexité de la question des origines pour les membres de diasporas aux parcours familiaux complexes. On comprend alors qu’une famille d’origine chinoise mais dont les générations ont migré en Asie du Sud-Est dans différentes régions puis en Europe, par exemple, ne pourra se contenter d’une réponse simple.

Pour autant, l’auteur ne prend pas le temps de le préciser ici, mais on pourrait aussi répondre que le critère culturel, souvent porté par la langue, est un marqueur fort de l’identité du groupe en migration. Les minorités chinoises au Vietnam, par exemple, se considèrent géographiquement du Vietnam mais culturellement d’une ethnie ou d’une autre, dont ils parlent la langue.
Cela dit, le concept de continuité généalogique appuie l’idée que l’identité se rapporte toujours à une généalogie, une histoire familiale multifocale.

Cette origine « polytopique » en vient par une sorte de forçage logique, à être non pas un lieu unique (bien que celui-ci demeure comme référence quasi mythique) mais une multitude de lieux. En même temps, cette multiplicité est réunie par le geste généalogique, et c’est la dispersion même, le déploiement spatial du corps social qui devient matrice et s’offre comme espace d’origine.

Enfin, le concept d’approximation des individus est “l’opération qui consiste à mettre en proximité des individus, à estimer et juger que tels individus sont proches (plutôt que tels autres) et que ce faisant ils forment un ensemble”.

Pour le dire peut-être plus simplement, il s’agit d’insister sur le fait qu’un groupe social est constitué de membres mais que ces membres pour constituer ce groupe ont besoin de se rapprocher, dans tous les sens du terme.

Cette proximité est imaginaire au sens où elle est à proprement parler imaginée, car les individus peuvent être très éloignés physiquement. Elle se réalise ici le long de la ligne du temps (généalogie). Elle est donc diachronique. Mais comme toutes les choses nous apparaissent selon une dimension diachronique et une dimension synchronique, cette continuité diachronique appelle et impose même une continuité synchronique c’est-à-dire spatiale. L’approximation des individus d’abord diachronique dans notre exemple appelle sa contrepartie synchronique. C’est cette continuité synchronique que j’appelle contiguïté spatiale ou, plus précisément, géographique.

Se rapprocher de manière diachronique, à travers le temps, avec ses ancêtres, c’est se rapprocher de la mémoire, de la culture où des lieux dans lesquels ont évolué les générations qui nous ont précédé. Ce concept est très important dans la culture vietnamienne où cette idée de discontinuité dans le temps est affaiblie par le fait que les esprits des anciens sont toujours aussi avec nous, dans nos foyers. Pour autant, cela demande un certain soin, une volonté de maintenir ce lien avec le lieu, le territoire, la maison qu’elle soit d’origine ou refondée ailleurs.
Sur ce point, il y aurait beaucoup à étudier l’importance de la maison, du foyer, chez les Vietnamien.nes et d’autant plus dans un contexte post-migratoire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search