Travail de mémoire et charge mémorielle (2) – [Notes de recherche]

Après avoir défini ce qu’était la charge mémorielle dans les grandes lignes, nous pouvons nous demander comment elle se manifeste dans les détails.

Il s’agit d’une injonction à s’occuper du travail de mémoire, il s’agit d’une norme implicite qui consiste à valoriser le travail de mémoire en général et qui pousse à prendre en charge le devoir de mémoire en particulier pour les personnes concernées. Il y a un implicite qui veut que connaître ses origines est important, nécessaire et est une bonne chose. Nos sociétés valorisent les héritages nationaux, régionaux ou locaux et renforcent cette idée qu’il faut connaître son passé, son histoire, savoir d’où l’on vient. À l’échelle individuelle, la notion d’identité nous pousse à valoriser nos parcours et les parcours de nos familles et les inclure dans nos identités personnelles. C’est d’autant plus vrai pour les personnes dites “issues de l’immigration”.
Mon hypothèse concernant ce concept de charge mémorielle consiste à affirmer le fait que pour les populations issues de l’immigration, cette charge mémorielle est plus importante et résulte, particulièrement en France peut-être, d’une double injonction contradictoire : la nécessité de connaître son histoire familiale comme expliqué avant mais également la difficulté et parfois l’impossibilité, le refus de valoriser cet héritage. Ceci est spécifique aux deuxièmes générations et suivantes qui, contrairement aux premières générations, sont déjà plus ou moins intégrées dans la société d’accueil. Ici se pose la question de quand et comment commence le devoir de mémoire, qui en porte la charge ? On pourrait simplifier en disant que la première génération ne porte pas le poids du devoir de se souvenir mais plutôt du devoir de créer les conditions d’intégration de leurs enfants, et si devoir de transmission il y a, on peut se demander dans quelles mesures il est différent de celui du devoir de mémoire des générations suivantes.

La question de la charge mémorielle nous invite à nous poser la question de savoir qui fait peser ce poids, et qui porte le poids, et comment cette charge est transmise ou soulagée. Parfois cette charge est trop lourde à porter et peut être niée, rejetée, abandonnée, pendant un moment plus ou moins long. Cette charge mémorielle peut aussi sauter des générations.

Il paraît évident (mais c’est là qu’il faut prouver l’évidence) que les personnes d’origine française nées en France ne porteront pas cette charge mémorielle, puisque le travail de mémoire est porté par les institutions, notamment les écoles.

Nous devons aussi effectuer un travail de distinction de la charge mémorielle de ses composantes raciales, les deux se recoupent mais ne s’impliquent pas entièrement.

La charge mémorielle est le poids de la dette que nous devons aux générations qui nous précèdent. Cette dette s’est constituée par les sacrifices, les silences et les tabous qui ont été nécessaires pour que nous puissions grandir dans de meilleurs conditions qu’eux.

Cette dette, cette charge mémorielle on ne choisit pas de la payer ou non. On sait, on a ça en nous, dans le sang, on veut la payer. En même temps, et c’est là toute la tension et tout le poids qui pèse, cette dette est impossible à payer.

De même, cette charge mémorielle est infinie. Non pas qu’elle ne puisse jamais s’alléger, on peut venir à trouver une paix et une sérennité en s’appropriant son histoire. Mais on ne peut jamais se débarasser entièrement du poids des vides, des manques, des absences qui sont propres à toutes histoires. On pourrait même dire que ce fardeau devient plus léger à mesure que l’on prend conscience de son poids, à mesure que l’on accepte de ne pas avoir à le porter indéfiniment.

Il est peut-être ainsi toujours trop tard pour commencer et aussi toujours encore temps pour finir un travail de mémoire qui n’a de limites que celles que l’on se donne. On a toujours du retard sur l’histoire qui, par définition, est déjà passée. Il faut accepter la frustration de ne pas connaître, de ne pas pouvoir comprendre, vivre même ces expériences qui nous précèdent et nous font. Il y a quelque chose d’existentiel à vouloir assister à sa propre création, c’est une énigme indéchiffrable. Il est aussi toujours temps de s’arrêter dans cette quête, dans cette enquête, quand ce qu’on trouve ne fait pas plus que de nous perdre.

La charge mémorielle est à la fois un désir de connaître, une libido sciendi, autant qu’un besoin de retrouver une place dans une histoire commune. La charge mémorielle se manifeste et ne prend de sens que dans un contexte social et politique particulier où justement, la mémoire fait défaut. C’est en cela un cri qui affirme son droit à l’existence et qui revendique les moyens pour y parvenir, pour se maintenir comme élément d’un tout. Ce cri est un cri de rage, de colère mais aussi un cri d’alerte. Il met les autres face au danger de l’oubli, face à la complexité de l’histoire commune. C’est un cri qui appelle à l’aide pour porter le poids d’une histoire complexe et diverse.

La charge mémorielle c’est l’espace qu’occupent les interrogations, les questions liées à son histoire. C’est l’énergie dépensée à faire un travail qui n’est pas pris en charge par la société, parfois même contre elle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search