L’identité culturelle selon François Jullien

Je crains, je l’ai dit, qu’on ne se trompe là de concepts et que, ces concepts n’étant pas adéquats, le débat ne puisse déboucher. Autant dire que je crois qu’un débat portant sur l’« identité » culturelle est vicié dans son principe. C’est pourquoi je proposerai un déplacement conceptuel : en place de la différence invoquée, je proposerai d’aborder le divers des cultures en termes d’écart ; en place d’identité, en termes de ressource ou de fécondité.

Face à quoi, l’écart se révèle une figure, non pas d’identification, mais d’exploration, faisant émerger un autre possible. Par suite, l’écart n’a pas une fonction de classification, dressant des typologies, comme le fait la différence, mais consiste précisément à en déborder : il produit, non pas un rangement, mais un dérangement.

Dans la différence, la distinction une fois faite, chacun des deux termes oublie l’autre ; chacun s’en retourne de son côté.
Dans l’écart, à l’inverse, les deux termes séparés restent en regard – et c’est en quoi l’écart est précieux à penser.

L’écart, par la distance ouverte entre l’un et l’autre, a fait apparaître de l’« entre », par conséquent, et cet entre est actif. Dans la différence, chacun s’en retournant de son côté, s’étant séparé de l’autre pour mieux identifier son identité, il n’y a pas d’« entre » qui s’ouvre entre eux et plus rien ne se passe.

Car l’entre, qui n’est ni l’un ni l’autre, n’a pas d’en-soi, n’a pas d’essence, n’a rien en propre. À proprement parler, l’entre n’« est » pas. Mais il n’est pas « neutre » pour autant, autrement dit inopérant. Car c’est dans l’« entre », cet entre ouvert par écart et qui ne se laisse pas résorber, que « quelque chose » effectivement passe (se passe) qui déclôt l’appartenance et la propriété, celle qu’on bâtit par différence, et que se défait donc l’identité.

Car il apparaîtra sans peine que le propre du culturel, à quelque échelle qu’on le considère, est d’être pluriel en même temps que singulier. Ou, pour le dire à l’envers, qu’il faut se défaire de la représentation commode, mais indélébilement mythologique elle aussi, selon laquelle il y aurait d’abord une unité-identité culturelle qui en viendrait ensuite, comme par malédiction (Babel), ou du moins par complication (de par sa prolifération), à se diversifier.

De même, en aval, traiter du divers des cultures en termes de différence conduira à vouloir isoler et fixer chacune d’elles dans son identité. Or cela est impossible puisque le propre du culturel est de muter et de se transformer – cette raison est massive puisqu’elle tient à l’essence même de la culture. Une culture qui ne se transforme plus est une culture morte (comme on parle d’une langue morte : une langue qui, parce qu’on ne la parle plus, n’évolue plus).

Elle [la culture] advient toujours localement, dans une proximité et dans un paysage : dans une langue et dans une ambiance, celle-ci formant prégnance. Ou je dirais, mieux encore que localement, focalement : de la culture se déploie toujours comme un certain « foyer ». Au travers donc du singulier – car seul le singulier est créatif.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search