De l’appropriation à l’inappropriable [Extrait]

Au lieu du discours sur l’appropriation, je suggère aux critiques et aux designers de s’engager dans un discours « inapproprié » qui recadrerait le débat en incluant toutes les choses que n’emportent pas
les créateurs occidentaux blancs lorsqu’ils se livrent ailleurs au pillage. Plutôt que d’être obsédé par le fait de définir certaines pratiques et formes d’appropriation culturelles comme « bonnes » ou
« mauvaises », « racistes » ou « post-raciales », respectueuses ou non, un discours inapproprié s’interroge sur ce qui n’est pas appropriable et pourquoi, ce qui ne peut pas être intégré et ne peut continuer à maintenir les structures de pouvoir existantes du système de la haute couture. Ce faisant, nous défions réellement l’idée que l’Occident détiendrait un pouvoir et une autorité absolus en matière de contrôle de la manière dont le monde voit, connaît la mode et en parle.

POUR UN DISCOURS INAPPROPRIÉ D’APPROPRIATION CULTURELLE
Minh-Ha T.Pham, Traduit de l’anglais par Zahra Ali
Éditions Kimé | « Tumultes »
2017/1 n° 48 | pages 117 à 125
ISSN 1243-549X


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search