Réflexions supplémentaires sur le racisme anti-asiatique actuel comme symptôme

Nous sommes fin Octobre 2020, alors que le gouvernement français reconfine la métropole, des messages d’une haine et d’une violence presque inédites appellent à s’en prendre aux Chinois. Ce racisme envers les Chinois est spécifique mais n’est pas nouveau. Pourtant, le fait que celui-ci ressurgisse maintenant n’est pas anodin. Il est le signe même d’une des facettes du racisme : le sentiment d’impuissance. Il a ceci de spécifique qu’il échappe au pouvoir dans son idéologie puisque les communautés asiatiques sont censées répondre au modèle d’intégration. On pourrait avancer l’hypothèse de la jalousie ou de la rancoeur des autres communautés minorisées mais cela est certainement plus complexe.

Je souhaite aussi, en m’opposant aux théories dites complotistes, adopter une perspective qui ne nourrisse pas l’idée de puissance de l’Etat. Je pose l’hypothèse que c’est justement l’absence de l’Etat, l’incapacité et l’irresponsabilité de l’Etat qui amène à ce genre de situations. Dans le même mouvement, cela ne signifie pas que nous ayons d’un Etat plus fort mais que continuions à prendre la mesure de notre puissance collective. Car le racisme florissant est bien la marque d’un tel échec qu’il faut dépasser.

L’idée principale est donc posée et simple : le racisme anti-asiatique se développe sur le sentiment d’impuissance générée par l’impotence de l’Etat actuel. Il convient de ne pas laisser ce vide se remplir de nos pires cauchemars. Il ne suffit pas non plus d’y opposer nos rêves les plus simplistes (où l’on nierait les catégories sociales de race, de genre et de classe pour les faire disparaître).

Un des messages appelant à s’en prendre aux Chinois a osé le parallèle avec la solution finale. S’il faut s’en défendre, cela est la marque de ce que représente pour certains les Chinois aujourd’hui : les bouc-émissaires. En comprenant cela on comprend plusieurs choses : – ce n’est pas l’identité chinoise ou la culture chinoise en soi qui est rendue problématique et qui constitue une menace mais c’est simplement l’idée d’une communauté “autre” et “altérisée” qui remplit une fonction ; – comme toutes les formes de racisme, il faut pouvoir identifier cet “autre” par des traits physiologiques ou biologiques qui sont donc des “marqueurs arbitraires” ; – ce racisme arbitraire suit une logique réductrice face à laquelle la raison ne peut pas grand chose : les Chinois ou tous les Asiatiques sont assimilés et perçus comme étant les mêmes ; – on comprend alors que cette fonction que joue les communautés visées aujourd’hui a visé d’autres populations et en visera d’autres plus tard.

Le contexte politique français, les conditions sociales de cette année ont montré les limites du pouvoir. Cette crise que nous traversons provoque de l’anxiété, de la frustration, de la peur, de la colère et autant d’émotions et de sentiments qui, à cette échelle et cette intensité peut mener aux pires scénarios comme aux élans de solidarité les plus réconfortants (et je ne parle pas de frapper dans ses mains une fois par jour). L’immobilisation, l’enfermement provoque l’étouffement des vies, des rêves, des espoirs. Ce n’est pas seulement le déplacement physique qui est limité mais c’est évidemment le mouvement politique qui est mis en cage. Alors on comprend la haine, la frustration, la colère, l’incompréhension, le sentiment d’être perdu quand c’est l’horizon lui-même qui est inaccessible. Pourtant, et c’est là que tout change, si cette haine, cette frustration et cette colère n’est pas canalisée politiquement c’est-à-dire en s’inscrivant dans une démarche de mise en commun, dans une démarche de réflexion sur les dynamiques de pouvoir et sur des actions collectives, elle ne peut que se transformer en cette énergie destructrice et prendre la forme du rejet de l’autre.

Si les appels haineux ont été relayés par certaines personnes noires ou arabes, soyons extrêmement vigilants en tant qu’asiatiques (ou pas) à ne pas tomber dans le même piège, il convient malheureusement de devoir rappeler qu’il ne faut pas attribuer à une communauté les propos ou les attitudes d’une partie de ses membres mais il faut savoir concilier l’exigence de responsabilité individuelle avec la pertinence d’une analyse sociologique complexe. Entre d’autres termes il est possible de dépasser les faux dilemmes. D’un côté chaque personne doit répondre de ses actes. De l’autre côté on peut expliquer et comprendre pourquoi certaines personnes, selon leurs trajectoires et leurs conditions sociales, auront plus de chance d’adopter certains discours et comportements. Sans cette deuxième dimension, on se contente du classique “il y a des cons partout” ou “quand on est con, on est con” qui scelle le pessimisme et l’immobilisme politique.

Je ne suis pas chinois, je suis d’origine asiatique mais les racistes s’en foutent complètement. Je ne suis pas chinois mais je suis visé et touché par ce qui se passe. Je condamne les individus (dont la connerie est bien réelle) mais la réponse ne peut être que individuelle et pour dépasser cela il faut comprendre d’où vient cette haine. Il faut arriver à sortir de la logique du buzz médiatique qui donne de l’importance aux événements individuels. S’il y a des cons partout et de tous temps, il est vrai, il faut se demander ce qui fait que la connerie prend cette forme à un moment donné, surtout quand les “puissants”, justement, ne le sont pas.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search