Panser les dépossessions culturelles (1) – Mélanges des cultures

Cette première réflexion se propose d’ouvrir une série d’arguments venant répondre à la question aujourd’hui étiquetée d’appropriation culturelle, mais que je préfère présenter sous l’angle de la dépossession, choix sémantique que je justifierai prochainement. En attendant, voici une première analyse d’un argument qu’on entend souvent et qu’il convient de décortiquer.

(1) Toutes les cultures se sont toujours mélangées.

1 : Analyse philosophique logique

La réponse sémantique :

Si on comprend cet énoncé au sens fort, il est possible de jouer la carte de la rigueur et trouver l’exemple de sociétés qui se sont développées sans échanges avec l’extérieur. Autrement dit la faiblesse de l’argument reposerait sur un contre-exemple prouvant le caractère non universel de l’affirmation. Cette réponse ne semble pas suffisante pour au moins deux raisons.

La première est qu’une telle affirmation a valeur de généralité sans prétention à l’inclusion littérale de toutes les cultures. Cela veut dire que les cultures qui sont désignées ici sont celles que nous connaissons majoritairement et qui relèvent le plus souvent d’identités culturelles nationales. Bien sûr, la réduction du débat aux seules entités culturelles acceptées, connues  reconnues pose un problème de rapports de pouvoir entre les cultures hégémoniques et les cultures minorisées, ceci étant une question différente bien que proche.

La seconde raison pour laquelle on ne peut se satisfaire d’attaquer cette proposition sur le plan sémantique est que celle-ci n’est pas seulement l’énoncé d’une vérité qui aurait prétention historique ou scientifique. C’est un argument au sens logique du terme (avec deux propositions et une conclusion), mais dont les prémisses semblent si évidentes qu’elles sont implicites… Et c’est justement là que se trouve la faille.

La formulation complète de l’argument :

L’argument complet est en fait un argument moral, qui vise à déterminer ce qu’il est possible de faire ou ne pas faire. On passe souvent de la vérité générale à la conclusion qui est :

(C1) Il n'y a aucun mal à ce que les cultures se mélangent.

Cette conclusion semble indiscutable. Qui voudrait la discuter ?

Cette conclusion est alors elle-même la prémisse d’un autre argument moral encore plus puissant, puisque combinée avec l’idée que le racisme est mal et que le racisme se définit comme le rejet du mélange des culture, cette conclusion amène à une autre conclusion : être contre le mélange des cultures c’est mal.

(C1)Il n'y a aucun mal à ce que les cultures se mélangent
(Def) Le racisme c'est la volonté de conserver la pureté de la race---
(C2)Être contre le mélange des cultures c'est être raciste

Cette conclusion est encore une fois difficilement discutable.
C’est pourtant ce qu’on va faire.

Ce qui est beaucoup plus discutable en revanche c’est le passage que l’on fait entre deux propositions proches mais différentes :

A. Le mélange des cultures est une bonne chose.
B. Le mélange des cultures est une chose nécessaire.

L’expression (A) n’est pas autre chose que la reformulation de (C1) “Il n’y a aucun mal à ce que les cultures se mélangent”. En revanche on confond souvent (A) et (B) alors que ce sont des choses très différentes, et c’est justement là que les choses sont importantes, ce qui nous fait revenir à notre premier argument logique. Une chose nécessaire est une chose inévitable, que l’on est obligé de faire, or,

Ce n’est pas parce qu’une chose est bonne qu’elle est nécessaire, et ce n’est pas parce qu’une chose est nécessaire qu’elle est bonne.

J’affirme ici, au contraire des affirmations A et B que le mélange des cultures n’est ni forcément bon, ni forcément nécessaire. Pour cela, revenons au début.

En effet, pour passer de (1) à (C1), il manque une prémisse.

(1) Toutes les cultures se sont toujours mélangées.
(2) Prémisse manquante---
(C1) Il n'y a aucun mal à ce que les cultures se mélangent.

La prémisse nécessaire pour que cet argument soit valide (au sens logique) ne peut être qu’un argument naturaliste, fataliste, téléologique.

J’appelle naturaliste le fait de s’en remettre à l’idée d’une nature donnée des choses, une essence sur laquelle il serait impossible d’agir.
Cette impossibilité d’action m’amène alors aussi à définir cette idée comme fataliste. Ceci est une position plutôt morale.
Enfin, je qualifie de téléologique ce qui admet que l’histoire suit une fin donnée par avance, que les événements s’enchaînent selon la réalisation d’un plan, d’une logique elle aussi immuable.

On peut donc traduire cette idée avec des énoncés comme :

On ne peut pas changer l'ordre des choses. La nature ne fait rien en vain. 
Ça s'est passé comme ça parce que ça devait se passer comme ça. 
C'est le destin.

Est-il possible d’accepter la prémisse téléologique ?

Refuser la fatalité

D’une manière générale, la prémisse implicite qui permet à l’énoncé principal de valider l’argument est difficilement acceptable.
L’accepter demanderait d’accepter qu’on ne peut changer l’ordre des choses et que les événements historiques ne sont pas contingents mais nécessaires.
Cela voudrait dire qu’il faut accepter l’ordre des choses.

Supposons alors que toute personne voulant défendre cet argument n’ait pas envie d’accepter cette prémisse, il faut soit trouver une autre prémisse, soit accepter d’abandonner l’argument ou alors réviser la conclusion.

2 : Rétablir les vérités historiques et sociales

Le mythe fondateur de notre civilisation

(1) Toutes les cultures se sont toujours mélangées.

Quand on dit ça, on sous-entend aussi également une autre prémisse qui est cette fois d’ordre “historique” :

(2) le mélange des cultures n'a jamais fait de mal à personne.

Et…comment dire…

J’aurais envie de dire qu’oser affirmer une telle chose (2) relève du manque de pudeur ou de l’absence de culture et d’éducation. Mais je dois avouer que moi-même, comme beaucoup d’autres, j’ai du apprendre, ré-apprendre et déconstruire les savoirs que j’avais sur l’Histoire et ma vision du monde.

La globalisation est une réalité présente, un fait historique et un mythe fondateur.

La globalisation est une réalité présente au sens où le mélange des cultures et des peuples est indéniable. C’est un fait historique puisque cette réalité découle d’une suite d’événements, notamment la traite négrière, la colonisation, les luttes pour l’indépendance, la concurrence économique dans un marché mondial capitaliste, etc. Et c’est enfin un mythe entendu comme un ensemble de discours et de récits qui ont pour but d’expliquer la réalité et l’histoire depuis certains points de vue et surtout d’offrir un horizon universaliste humaniste.

Les propositions (1) et (2) entretiennent le mythe de la globalisation comme processus nécessaire et bénéfique. Or, on confond souvent, encore une fois, ces différentes choses.

Une certaine globalisation comme organisation planétaire des différentes cultures, civilisations et peuples de manière harmonique et prospère n’est évidemment pas critiquable en soi. Tout dépend encore une fois de la manière et du contenu que l’on y voit.

En revanche, on est souvent aveuglé par cet idéal qui nous empêche de reconnaître les crimes et tragédies du passé. Ce déni colonial s’explique par une dissonance cognitive induite par deux choses contradictoires, l’une étant cette volonté de fonder une société juste, la seconde étant l’histoire complètement injuste et criminelle de notre société. Et c’est à ce moment-là que l’effet de dissonance cognitive en quelque sorte nous oblige à accepter, à invoquer je dirais même, la prémisse naturaliste et téléologique qui a cet avantage d’être intellectuellement simple et donc réconfortant.

Ce qui s’est vraiment passé : mélanges, métissages, créolisations…

Je ne ferai pas un cours d’histoire ici car l’histoire est remplie d’exemples, n’est qu’une succession de luttes entre dominants et dominé.e.s. Comme on le répète maintenant un peu dans les cercles académiques les plus critiques, il s’agit de faire l’histoire non plus du point de vue des vainqueurs, ce qui a toujours été le cas, mais d’aller chercher les histoires, les trajectoires de vies de celles et ceux que l’histoire oublie ou cherche à faire taire.

Si effectivement, toutes cultures se sont toujours mélangées, la question est de savoir comment s’est fait ce “mélange” ?

Ce mélange est le résultat de ce que Stuart Hall appelle avec cette tragique poésie le “vortex violent du syncrétisme colonial, […] une hybridité concoctée au cœur même de la marmite coloniale”.

Ce mélange des cultures qui s’est effectué effectivement dans toutes les cultures s’est fait dans la violence, dans des rapports d’imposition, d’acculturation. Ce ne sont pas simplement des objets, des pratiques ou des symboles qui ont été souillés, pillés, violés, volés, détruits, anéantis. Ce sont des hommes, des femmes, des familles, des villages, des tribus, des peuples entiers qui l’ont été.

La dépossession culturelle est historiquement d’abord une dépossession de soi, de son corps, de son territoire, de ses liens sociaux, de ses rituels, de ses traditions, du sens même de la vie, et jusqu’à la vie elle-même.

On ne peut mettre sur le même plan non pas toutes les cultures mais tous les mélanges. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas eu des mélanges et des échanges culturels par le passé. Cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas encore partout dans le monde, à toutes les échelles. Cela ne veut pas dire qu’il ne peut plus y en avoir.

Seulement, on ne peut justifier le tout est permis au nom du mélange comme nécessité historique. On ne peut encore moins justifier le mélange contemporain par le métissage et la créolisation comme processus modèles ou exemplaires. Car ces exemples se font dans la douleur et la violence. Peut-être devrions nous commencer par trouver d’autres concepts pour parler des phénomènes modernes et les distinguer de ceux qui ont certes fait naître des cultures mélangées et riches mais qui sont aussi le résultat d’une résistance, le symptôme d’une résilience, la conséquence d’une capacité d’adaptation subie, parfois violente et douloureuse.

L’histoire n’est pas terminée.

Cette deuxième partie intitulée “vérités historiques et sociales” se conclut sur une affirmation souvent ignorée ou niée : le contexte historique que je viens de décrire brièvement n’est ni une exception géographique ni une parenthèse historique. Les rapports de pouvoir réels qui existent entre les groupes sociaux hégémoniques et les autres minorisés ont lieu encore aujourd’hui dans toutes les sociétés.

Il faut alors noter plusieurs choses.

Quand on parle d’appropriation culturelle ou de dépossession culturelle, l’enjeu n’est pas une histoire de symboles mais bien une lutte pour les personnes qui la vivent dans la volonté de vivre pleinement dans l’assurance de pouvoir vivre une vie digne.

L’état de fait est à rappeler pour montrer que le mélange des gens ne garantit ni le succès d’une hybridation de la culture, ni le succès d’un vivre-ensemble. Autrement dit, le mélange simplement culturel ne suffit à faire que les personnes vivent une vie digne.

Cela nous amène à une dernière réflexion pour cette section : à qui doit profiter le mélange culturel ? En effet, lorsqu’il est fait l’éloge du mélange culturel, c’est toujours du point de vue hégémonique : il s’agit pour les Blancs de venir agrémenter leur culture, de l’étoffer, de lui donner un peu plus de cachet… Cette dissymétrie dans les rapports interculturels méritera une réflexion plus détaillée prochainement.

Pour résumer lorsqu’on dit que les cultures se sont toujours mélangées, on cherche à montrer que le mélange est une bonne chose parce que c’est une nécessité historique, universelle. Or nous avons vu deux choses principales : toute vérité historique est contingente et ne permet pas de dire ce qu’il faut faire dans le présent ou le futur, encore moins d’en déduire des vérités morales ; et les mélanges historiques sur lesquels on s’appuie pour justifier la globalisation contemporaine ne sont pas de bons exemples puisqu’ils reposent sur des rapports de pouvoir, de violence, de dépossession et de crimes et meurtres.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search