Définir le concept d’identité – Ce que n’est pas l’identité – Nathalie Heinich

Cette série de notes de lecture s’inscrit dans notre recherche concernant les identités postcoloniales et postmigratoires. Il s’agit pour l’auteur de ce carnet de rendre compte des différents travaux existants, de s’enrichir des théories et des concepts utilisés dans certaines situations pour les mettre à l’épreuve de sa propre recherche. Il s’agit donc d’une lecture partiale, intéressée, orientée des textes.

Ce que n’est pas l’identité, Nathalie Heinich

Ce court essai est divisé en chapitres qui aboutissent à la proposition suivante :

L’identité c’est la résultante de l’ensemble des opérations par lesquelles un prédicat est affecté à un sujet.

Cette question s’inscrit dans un débat politique, mais l’auteure refuse de laisser le terme se faire enfermer dans une définition restreinte de l’un ou l’autre des bords politiques. Pour le dire autrement, elle cherche à dépasser l’utilisation politique que les identitaires d’extrême-droite peuvent en faire pour défendre une identité qui serait nationale. Elle refuse également de réserver l’usage de ce concept aux combats pour les minorités. En somme, elle défend un usage purement sociologique du terme, avant et au-delà de ses réappropriations politiques. La difficulté soulevée étant bien celle d’une polysémie du terme. On peut alors facilement et faussement réduire une position politique à l’autre sous prétexte de partager un même “vocabulaire”, d’où l’importance de définir le terme utilisé.

Cette opposition politique trouve son pendant, souvent sa justification, du côté de l’épistémie. Là encore, la rhétorique est bien cadrée. Il s’agit de rejeter dos à dos les conceptions purement essentialistes et purement constructivistes de l’identité pour proposer une vision plus nuancée. L’identité ne peut être donnée par essence, que ce soit à l’échelle individuelle ou collective, nous changeons. L’identité ne peut être complètement construite et donc objet d’une volonté détachée de toute matérialité. Nos identités reposent malgré tout sur des éléments concrets donnés par le corps, la territorialité, etc. Même si, en tant qu’êtres sociaux, nous pouvons jouer sur et négocier les représentations et les relations qui gouvernent nos interactions, cela se fait avec, contre ou à partir de corps qui persistent. Autrement dit, les identités sont belles et bien des constructions, mais ces constructions sont réelles dans la mesure où elles ont des effets sur le réel. Ce point permet de répondre à certaines positions qui, sous prétexte de refuser de s’enfermer dans des visions essentialistes de l’identité, finissent par en rejeter l’existence même.

L’auteure rejette aussi dos à dos deux faces d’une même pièce : l’assimilation et la différenciation qui renvoient à l’identité personnelle et l’identité sociale. À la fois nous aspirons à devenir des êtes uniques, à la fois nous revendiquons la ressemblance et à l’appartenance à des groupes, donc à d’autres personnes. Nous ne pouvons pas être seulement assimilés, c’est-à-dire uniformes, sans personnalité propre, et nous ne pouvons pas être seulement uniques, en ne ressemblant à personne d’autre. L’identité sociale renvoie à la désignation par autrui et la présentation pour autrui, c’est-à-dire la manière dont les autres nous perçoivent et la manière dont nous mettons en avant qui on aimerait être. Ces deux aspects contribuent aussi à la manière dont nous nous percevons nous-même, le rapport de soi à soi.

Cette dynamique entre le regard des autres, le regard introspectif et la façon dont on cherche à faire coïncider les deux dans la manière de nous présenter implique que l’identité est changeante, elle évolue, et elle peut être soumise à des crises, des remises en question. Sur ce point, l’auteure insiste sur la limite de l’analogie entre l’identité individuelle et l’identité collective voire nationale.

C’est bien de l’individu comme sujet dont il s’agit dans cet ouvrage. Tout ce qui est présenté est alors pertinent dans cette optique. Pour autant, on aurait aimé approfondir la question de l’identité collective. La sociologue affirme que le sentiment de perte d’identité ne peut être que porté par un sujet et ne peut donc pas s’appliquer à une nation. C’est vrai, mais il faut aussi pouvoir rendre compte du sentiment, qu’il soit positif ou négatif, qui lie un individu au groupe national. Cela sera pour une autre fois.

Le dernier chapitre, “Ce qu’est l’identité” tente de faire une synthèse des arguments avancés et propose la définition que nous recopions ici aussi :

L’identité c’est la résultante de l’ensemble des opérations par lesquelles un prédicat est affecté à un sujet.

Les termes sont choisis et argumentés : résultante implique que l’identité est un “fait” social, qu’il a une matérialité ; l’ensemble des opérations renvoie à son caractère multiple et au caractère de production sociale ; l’idée de prédicat implique que l’identité s’exprime par des catégories de langage ; ce processus est un processus social, c’est-à-dire que des personnes affectent d’autres personnes, ici le sujet. Cette personne n’est pas un simple objet, mais en tant que sujet, ressent des émotions et est consciente de son identité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search